Julian Hartridge Green, dit Julien Green

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Julien Green
Écrivain américain de langue française né le 6 septembre 1900 à Paris, Julien Green, né Julian Hartridge Green, est décédé le 13 août 1998 dans sa ville natale à l'âge de 97 ans. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 33 citations de Julien Green :

Faire l'amour, c'est si souvent une caricature du bonheur. Le bonheur est beaucoup plus grand, beaucoup plus profond, et beaucoup plus simple. Et parce qu'il est simple, il ne s'analyse ni ne se décrit. On ne raconte pas le bonheur, mais il y a des moments où il fond sur nous, sans raison apparente, au plus fort d'une maladie ou pendant une promenade à travers des prés, ou dans une chambre obscure où l'on s'ennuie ; on se sent tout à coup absurdement heureux, heureux à en mourir, c'est-à-dire si heureux qu'on voudrait mourir, afin de prolonger à l'infini cette minute extraordinaire.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Il arrive que les deux tiers du jour ressemblent si visiblement à du cauchemar qu'un bon tiers des vingt-quatre heures exige de la nature un sérieux plongeon dans l'alibi du sommeil.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Je nie que l'amour soit une passion forte. La peur, voilà la passion forte ! C'est avec la peur qu'il faut badiner si l'on veut goûter la joie de vivre dans ce qu'elle a de plus intense.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
La Révolution a fait s'asseoir la Raison sur le maître autel de Notre-Dame de Paris. La Raison est restée ce qu'elle est depuis toujours, mais l'autel en a souffert.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Je sens une difficulté d'être, comme quelqu'un qui voit le monde s'abîmer sous ses yeux, alors qu'il le garde intact dans son cœur.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Le souvenir d'une grâce ancienne est quelquefois une nouvelle grâce.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Je l'aime si profondément que mon amour semble devenu une condition de ma vie. Mon cœur se fend quand il me parle. Je suis prêt à tout croire, et tout faire, s'il me le demande.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
L'amour des forêts, de la solitude dans une forêt, il me semble que je l'ai porté en moi depuis ma plus petite enfance. D'aussi loin que je puisse me souvenir j'ai aimé la présence des arbres et le bruit du vent dans le feuillage. Ce n'est ni au bord de la mer, ni dans la montagne que j'ai vraiment connu la paix, mais dans les bois.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
On ne raconte pas le bonheur, on ne raconte pas l'amour.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
L'amour de Dieu est intolérant, l'amour de Dieu ne souffre pas de partage, l'amour de Dieu demande plus, toujours plus à mesure qu'il reçoit. On lui sacrifie ses biens, ce n'est pas assez ; sa famille, ce n'est pas assez ; sa patrie, ce n'est pas assez ; il veut tout, jusqu'à cette pauvre vie humaine qui palpite dans notre cœur. Bienheureux ceux que dévore cet amour insatiable.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Aux déclarations d'amour succèdent des protestations d'amour.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Une once de construction vaut mieux qu'une tonne de destruction.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Je parle assez peu de religion, ce sujet finissant toujours par me bouleverser. Il y a en moi un fanatique mal assoupi qu'il vaut mieux ne pas réveiller.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
La vie humaine ne vaut rien si elle n'est pas le signe d'une activité quelconque, si elle n'a pas cette excuse.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Il y a des jours où ce qui est exprimable me paraît si loin de l'essentiel que je me demande si cela vaut la peine d'écrire. Les mots qu'il faut mettre en rang comme de vieux chiens savants, fatigués des tours qu'on exige de leur bonne volonté.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
L'illusion de l'activité vaut mieux que l'immobile et négatif supplice d'être. D'être quoi ? D'être rien, de ne pas être.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Mieux vaut se retirer dans la solitude que de se mêler à des gens épris de violence.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
La vie est un roman qui a besoin d'être récrit.
Julien Green ; Mon premier livre en anglais (1931)
Quel homme a jamais pu être sûr de ce qui se passe derrière son dos ?
Julien Green ; L'autre sommeil (1931)
Seule la monotonie d'un mal le rend vraiment insupportable.
Julien Green ; L'autre sommeil (1931)
La piété que n'accompagne pas une vive affection ressemble à une forme ennoblie du mensonge.
Julien Green ; L'autre sommeil (1931)
Dommage qu'on ne connaisse ses parents que lorsqu'ils commencent à vieillir, à perdre ce qui faisait d'eux des êtres humains.
Julien Green ; L'autre sommeil (1931)
Le seul fait de vivre est oppressant et l'on ne s'y habitue, sans doute, qu'en accomplissant des besognes imbéciles.
Julien Green ; L'autre sommeil (1931)
Rien ne ressemble plus à des vies ratées que certaines réussites.
Julien Green ; Journal, 16 mai 1959.
Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade.
Julien Green ; Journal, 23 mai 1941.
Dieu n'ayant pu faire de nous des humbles fait de nous des humiliés !
Julien Green ; Journal, 5 février 1959.
L'âme humaine est comme un gouffre qui attire Dieu, et Dieu s'y jette.
Julien Green ; Journal, 26 mars 1961.
L'oubli est une grâce, ni plus ni moins.
Julien Green ; Journal, 5 janvier 1937.
Il y a autant de générosité à recevoir qu'à donner.
Julien Green ; Les années faciles (1928-1934)
On ne peut pas écrire quand on a la crainte perpétuelle de pécher en écrivant.
Julien Green ; Journal, 26 mai 1945.
Le plaisir tue en nous quelque chose.
Julien Green ; Journal, 9 juin 1937.
Le grand péché du monde moderne, c'est le refus de l'invisible.
Julien Green ; Journal.
La sincérité est un don comme un autre : n'est pas sincère qui veut.
Julien Green ; Les années faciles (1928-1934)

La liste des auteurs populaires :