Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Louis-Philippe, comte de Ségur (2)

Les citations célèbres de Louis-Philippe de Ségur :

L'égoïste affecte parfois de la reconnaissance, car cette vertu a, comme les autres, ses hypocrites.
Louis-Philippe de Ségur ; La reconnaissance (1816)
L'homme, jamais content de son sort, passe sa vie à envier celui des autres.
Louis-Philippe de Ségur ; La reconnaissance (1816)
L'égoïsme est le plus bas et le plus étroit des esprits de parti : aussi l'égoïste n'est jamais reconnaissant ; il écrit à l'encre le mal qu'on lui cause, et au crayon le bien qu'on lui fait.
Louis-Philippe de Ségur ; La reconnaissance (1816)
Si vous voulez changer vos malheurs en bonheur véritable, jouissez et profitez du présent, remerciez les dieux au lieu de constamment les accuser, et surtout grandissez et fortifiez votre âme.
Louis-Philippe de Ségur ; Le malheur (1816)
L'envieux cesserait de se plaindre et de gémir, s'il savait qu'il y a un million d'hommes sur terre au moins qui envient la position dans laquelle il est aujourd'hui, et qu'il croit malheureuse.
Louis-Philippe de Ségur ; Le malheur (1816)
Le cœur a ses secrets pour guérir les blessures qu'il reçoit.
Louis-Philippe de Ségur ; Le malheur (1816)
Il faut envisager le passé sans regrets, le présent sans faiblesse, et l'avenir sans illusions.
Louis-Philippe de Ségur ; L'école de l'adversité (1816)
Qui donne pour être vu ne soulagerait pas un pauvre dans l'ombre.
Louis-Philippe de Ségur ; Les pensées diverses (1823)
L'enfance est sans regret du passé, elle profite du présent, sans craindre l'avenir.
Louis-Philippe de Ségur ; Le temps (1816)
Un doux souvenir est encore un bonheur.
Louis-Philippe de Ségur ; Le temps (1816)
Il est dans la vie des adoucissements pour le malheur mais non pour la honte.
Louis-Philippe de Ségur ; La honte (1816)
Le temps, cette image mobile de l'immobile éternité, crée, renouvelle, et détruit tout.
Louis-Philippe de Ségur ; Le repos (1816)
Les revers ralentissent, mais n'éteignent jamais l'ambition.
Louis-Philippe de Ségur ; L'ambition (1816)
Le temps fuit avec rapidité, profitez du présent sans vous projeter dans l'avenir.
Louis-Philippe de Ségur ; Le présent (1816)
L'adversité qui abat les cœurs faibles, grandit les âmes fortes.
Louis-Philippe de Ségur ; L'adversité (1816)
Aimez-vous, et si vous ne le pouvez pas, supportez-vous.
Louis-Philippe de Ségur ; La folie (1816)
Une vieille coutume est plus respectée qu'une nouvelle loi.
Louis-Philippe de Ségur ; La vieillesse (1816)
La vieillesse de l'égoïste est triste ; il n'a ni compagnon, ni successeur, ni espoir. Il remplit maussadement son cercle étroit, comme le limaçon sa coquille ; le passé est pour lui un vide, le présent un désert, et l'avenir le néant.
Louis-Philippe de Ségur ; La vieillesse (1816)
La folie est le contraire de la sagesse, comme l'erreur est l'opposé de la vérité.
Louis-Philippe de Ségur ; La folie (1816)
Le vieillard est presque plus voisin du ciel que de la terre.
Louis-Philippe de Ségur ; La vieillesse (1816)
Les conseils qui flattent les passions sont presque toujours les seuls qu'on écoute.
Louis-Philippe de Ségur ; L'histoire romaine (1822)
L'homme plein de lui-même a presque toujours le cœur et l'esprit vides.
Louis-Philippe de Ségur ; Les pensées diverses (1823)
La vie est un voyage, mais peu de voyageurs en rapportent une utile instruction.
Louis-Philippe de Ségur ; La vieillesse (1816)
La plus sublime des vertus qui puisse élever notre esprit et notre âme, c'est l'amour de l'humanité.
Louis-Philippe de Ségur ; La conscience (1816)
Un bon mourir vaut mieux qu'un mal vivre.
Louis-Philippe de Ségur ; La vieillesse (1816)
Une femme doit considérer un mari jaloux comme un malade qu'on n'ose abandonner un seul instant.
Louis-Philippe de Ségur ; La jalousie (1816)
Les hommes disent des femmes tout ce qu'il leur plaît, les femmes font des hommes tout ce qu'elles veulent.
Louis-Philippe de Ségur ; La vie en couple (1816)
Les grandes folies appartiennent au premier amour, et les grandes faiblesses au dernier ; l'un est le complément de la vie, et l'autre en est le reste.
Louis-Philippe de Ségur ; L'amour (1816)
Le vulgaire admire d'abord ce qui l'effraie, et croit voir la justice où il trouve la force.
Louis-Philippe de Ségur ; Le vulgaire (1816)
On règne par le caractère, et non par l'esprit.
Louis-Philippe de Ségur ; Le pouvoir (1816)