Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni, dit Michel-Ange

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Michel-Ange

Sculpteur, peintre, architecte et poète florentin de la Haute Renaissance né le 6 mars 1475 à Caprese en Toscane, Michel-Ange est décédé le 18 février 1564 à Rome, il avait alors 88 ans. Ses œuvres les plus connues sont universellement considérées comme des chefs-d'œuvre de la Renaissance.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 44 citations de Michel-Ange :

Ah Seigneur ! dans mes heures dernières, tends vers moi tes bras cléments ; enlève-moi à moi-même, et fais de moi un être qui te soit agréable.
Michel-Ange ; Madrigal LIV (1540)

Ce qui, dans le monde, réjouit le plus grand nombre de personnes n'est pas toujours si apprécié et si cher qu'il n'y ait quelqu'un sentant combien ce qui est doux pour les autres est amer et cruel pour lui-même.
Michel-Ange ; Madrigal LIII, À Louis Del Ricio (1540)

Aujourd'hui, lassé par les ans, je donne des ailes à mes pensées et je me stimule moi-même vers un but plus noble et plus sûr ; et de mes erreurs, dont mille pages certainement sont remplies désormais, je demande pardon à Dieu.
Michel-Ange ; Sonnet LII (1540)

L'amour pour que, par hasard ma flamme ne s'éteigne point, dans le temps froid de l'âge moins vert, a tourné de nouveau son arc contre moi, et il me harcèle chaque fois qu'il se rappelle qu'il ne perd jamais ses coups sur mon noble cœur.
Michel-Ange ; Madrigal LV, L'amour (1540)

L'amour dans les années d'autrui reverdit la saison par le charme d'un beau visage.
Michel-Ange ; Madrigal LV, L'amour (1540)

Les souffrances humaines ont leur terme par la mort.
Michel-Ange ; Madrigal LVII, La souffrance (1540)

Il n'y a pas de malheur égal à la perte du temps.
Michel-Ange ; Madrigal LVIII, Le temps (1540)

Chaque pensée du temps passé qui me revient à la mémoire m'est chère en partie et en même temps m'attriste et m'afflige, car la raison me reproche les jours perdus, dont la perte ne se répare pas.
Michel-Ange ; Sonnet LVIII, À Dieu (1540)

Ma douleur est si grande que ni la raison ni le temps ne l'apaiseront jamais.
Michel-Ange ; Sonnet I, À Vittoria Colonna (1540)

J'écris seulement pour exhaler la douleur intérieure dont se nourrit mon cœur.
Michel-Ange ; Sonnet I, À Vittoria Colonna (1540)

L'amour, c'est l'aile que Dieu a donnée à l'homme pour monter jusqu'à lui.
Michel-Ange ; Les lettres familières (1475-1564)

Le plus lent ne fuit pas le plus rapide.
Michel-Ange ; Sonnet XIV, À Vittoria Colonna (1540)

L'amour ranime, redresse, et déploie nos ailes pour un vol sublime.
Michel-Ange ; Sonnet VIII, À Vittoria Colonna (1540)

Amant, fuyez l'amour, fuyez son feu, son incendie est âpre et sa blessure est mortelle.
Michel-Ange ; Sonnet XVII, Les amants (1540)

Jamais ne passe une nuit, jamais ne passe un jour, sans que dans ma pensée je ne te voie et ne t'attende ; on n'a jamais pu chauffer une fournaise ou un four, à un point tel que mes soupirs ne soient encore plus cuisants, et quand il m'arrive de te voir auprès de moi, j'étincelle comme le fer dans un feu ardent, et je voudrais te dire tant de choses que dans ma précipitation à parler, la flèche ne peut être décochée.
Michel-Ange ; Stances, 7, À Vittoria Colonna (1540)

Les caresses enlèvent aux serpents leurs morsures.
Michel-Ange ; Stances, 6, À Vittoria Colonna (1540)

Un faible courage succombe sous un don trop abondant.
Michel-Ange ; Sonnet XXIII, À Vittoria Colonna (1540)

La mort n'est pas comme on le croit le plus grand des maux pour celui qui, par la grâce éternelle, remonte du dernier jour au premier, jusque auprès du trône de Dieu.
Michel-Ange ; Madrigal XXV, Sans titre (1540)

À quoi me sert d'être aimant ? À quoi bon vivre très longtemps ? Cela m'épouvante : vivre peu est encore trop, pour qui souffre.
Michel-Ange ; Madrigal XXV, Sans titre (1540)

Le pire est de vivre, puisqu'en aimant je ne recueille que chagrins. Si le ciel est l'ami des amants, le monde leur est cruel et ingrat.
Michel-Ange ; Madrigal XXV, Sans titre (1540)

Bienheureux, vous qui là haut, dans le ciel, jouissez du prix des larmes dont le monde ne dédommage pas, l'amour, vous domine-t-il encore ? ou en avez-vous été délivrés par la mort ?
Michel-Ange ; Madrigal XXV, Sans titre (1540)

La rumeur blesse l'honneur, et donne la mort.
Michel-Ange ; Épître, À Vittoria Colonna (1540)

O femme, belle au-dessus de toutes les femmes, comment celui qui te vénère, qui t'adore et te sert, peut-il te rendre revêche, sauvage, hautaine et méchante ?
Michel-Ange ; Épître, À Vittoria Colonna (1540)

L'habitude, quand on aime le beau, embellit ce qu'il y a de laid.
Michel-Ange ; Madrigal XXIV, S'il est dans une femme (1540)

La pâleur provient de l'état de son cœur.
Michel-Ange ; Madrigal XXIII, Si par effet d'un cœur (1540)