Nicolas de Condorcet

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Nicolas de Condorcet
Philosophe, mathématicien et homme politique français né le 17 septembre 1743 à Ribemont en Picardie, Nicolas de Condorcet est décédé le 29 mars 1794 à Bourg-la-Reine en région Île-de-France. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Ce dictionnaire vous propose 56 citations de Nicolas de Condorcet :

Réduire un homme à l'esclavage, l'acheter, le vendre, le retenir dans la servitude, ce sont de véritables crimes, et des crimes pires que le vol.
Nicolas de Condorcet ; Les réflexions sur l'esclavage (1781)
La liberté naturelle consiste dans le droit de faire tout ce qui ne nuit pas au droit d'autrui.
Nicolas de Condorcet ; Le vie de Turgot (1786)
L'amitié ne s'aveugle pas sur les défauts, elle les voit, mais elle les juge avec indulgence.
Nicolas de Condorcet ; Le vie de Turgot (1786)
La faiblesse est un défaut que nous a donné la nature, que nous ne pouvons détruire, contre lequel nous avons sans cesse à nous défendre, et dont aucun homme de bonne foi, et capable de quelque courage, ne se vantera jamais d'avoir toujours triomphé.
Nicolas de Condorcet ; Le vie de Turgot (1786)
La vie humaine n'est point une lutte où des rivaux se disputent des prix ; c'est un voyage que des frères font en commun, et où chacun employant ses forces pour le bien de tous, en est récompensé par les douceurs d'une bienveillance réciproque, par la jouissance attachée au sentiment d'avoir mérité la reconnaissance ou l'estime. Une émulation qui aurait pour principe le désir d'être aimé, ou celui d'être considéré pour des qualités absolues, et non pour sa supériorité sur autrui.
Nicolas de Condorcet ; Les cinq mémoires sur l'instruction publique (1792)
Il n'y a de peuples vraiment paresseux dans les nations civilisées que ceux qui sont gouvernés de manière qu'il n'y aurait rien à gagner pour eux en travaillant davantage.
Nicolas de Condorcet ; Les réflexions sur l'esclavage (1781)
Toute l'ambition des enfants est de devenir des hommes. Ils ne voient dans les hommes que la supériorité de leurs forces ; et ils ne peuvent savoir combien les préjugés et les passions rendent si souvent les hommes plus faibles et plus malheureux que des enfants.
Nicolas de Condorcet ; L'éloge de Blaise Pascal (1776)
La basse calomnie cherche toujours des crimes à ceux qui sont opprimés.
Nicolas de Condorcet ; L'éloge de Blaise Pascal (1776)
Il faut douter même de la nécessité de douter de tout.
Nicolas de Condorcet ; L'esquisse d'un tableau historique (Posthume, 1795)
L'ingratitude, fille de l'intérêt et de la vanité, est le vice des petites âmes.
Nicolas de Condorcet ; Les pensées et maximes (1794)
Choisis un travail qui dédommage de ce qu'il coûte par le plaisir qu'il procure.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
L'indulgence porte à plaindre les hommes plutôt qu'à les condamner.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Le bonheur est dans la jouissance du plaisir et dans l'absence de la douleur.
Nicolas de Condorcet ; L'esquisse d'un tableau historique (Posthume, 1795)
Si tu veux que la société répande sur ton âme plus de plaisirs ou de consolations que de chagrins ou d'amertumes, sois indulgente, et préserve-toi de la personnalité comme d'un poison qui en corrompt toutes les douceurs.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Ne te borne pas à ces sentiments profonds qui pourront t'attacher qu'à un petit nombre d'individus ; laisse germer dans ton cœur de douces affections pour les personnes que les événements, les habitudes de la vie, tes goûts, tes occupations, rapprocheront de toi.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
L'habitude du travail sert à nous faire envisager d'un œil plus ferme les revers de fortune.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Le plaisir de l'occupation qui se renouvelle tous les jours préserve de l'ennui.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
L'insensibilité de l'égoïsme prend souvent le nom de philosophie.
Nicolas de Condorcet ; Les pensées et maximes (1794)
Ne prends point l'habitude de la dissimulation, aie plutôt le courage d'avouer tes torts. Le sentiments de ce courage te soutiendra au milieu de tes regrets ou de tes remords. Tu n'y ajouteras point le sentiment si pénible de ta propre faiblesse et l'humiliation qui poursuit le mensonge.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Il n'est point de société possible et durable sans justice.
Nicolas de Condorcet ; Les pensées et maximes (1794)
Avant de juger un autre avec sévérité, avant de t'irriter contre ses défauts, de te révolter contre ce qu'il vient de dire ou de faire, ne crains point de faire un retour sur tes propres fautes ; interroge ta raison ; écoute surtout la bonté naturelle que tu trouveras au fond de ton cœur.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
N'exige jamais de autres qu'un peu au-dessous de ce que tu ferais pour eux.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Les mauvaises actions sont moins fatales par elles-mêmes au bonheur et à la vertu que par les vices dont elles font contracter l'habitude aux âmes faibles et corrompues. Les remords, dans une âme forte, franche et sensible, inspirent les bonnes actions, les habitudes vertueuses qui doivent en adoucir l'amertume. Alors ils ne se réveillent qu'entourés des consolations qui en émoussent la pointe, et l'on jouit de son repentir comme de ses vertus.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Jouis de ta vie sans la comparer à celle d'autrui, sans examiner si les autres sont plus heureux que toi.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Un des plus sûrs moyens de bonheur est d'avoir su conserver l'estime de soi-même, de pouvoir regarder sa vie entière sans honte et sans remords, sans y avoir une action vile, ni un tort ou un mal fait à autrui, et qu'on n'ait pas réparé. Rappelle-toi les impressions pénibles que des torts légers, que de petites fautes t'ont fait éprouver, et juge par là des sentiments douloureux qui suivent des torts plus graves, des fautes vraiment honteuses. Conserve soigneusement cette estime précieuse sans laquelle tu ne saurais entendre raconter les mauvaises actions sans rougir, les actions vertueuses sans te sentir humiliée.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Crains le faux enthousiasme des passions ; celui-là ne dédommage jamais ni de leurs dangers, ni de leurs malheurs. On peut n'être pas maître de ne pas écouter son cœur, mais on l'est toujours de ne pas l'exciter ; et c'est le seul conseil utile et praticable que la raison puisse donner à la sensibilité.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Jouis des sentiments des personnes que tu aimeras, mais surtout jouis des tiens. Occupe-toi de leur bonheur, et le tien en sera la récompense. Cette espèce d'oubli de soi-même, dans toutes les affections tendres, en augmente la personnalité, on est trop souvent mécontent des autres. L'âme se dessèche, se flétrit, s'aigrit même. On perd le plaisir d'aimer, celui d'être aimé est corrompu par l'inquiétude, par les douleurs sécrètes, que trop de facilité à se blesser reproduit sans cesse.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
N'oublie jamais que celui qui reçoit est par la nature l'égal de celui qui donne ; que tout secours qui entraîne de la dépendance n'est plus un don, mais un marché, et que, s'il humilie, il devient une offense.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
Ne te borne pas à donner de l'argent aux plus démunis, sache aussi donner tes soins, ton temps, tes lumières, ces affections consolatrices qui souvent sont plus précieuses que des secours.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)
L'habitude des actions de bonté, celles des affections tendres, est la source de bonheur la plus pure, la plus inépuisable. Elle produit un sentiment de paix, une sorte de volupté douce qui répand du charme sur toutes les occupations, et même sur la simple existence. Prends de bonne heure l'habitude de la bienfaisance, mais d'une bienfaisance éclairée par la raison, dirigée par la justice.
Nicolas de Condorcet ; Les conseils à sa fille (1794)