Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Nicolas Massias (3)

Les meilleures citations de Nicolas Massias :

L'égalité de nature constitue l'égalité des droits.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Là, où une mère presse son fils contre son sein, a commencé la société.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

La faiblesse de l'homme en a fait un être sociable ; le lion naît vêtu et armé, et il est solitaire.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Dieu garde un bon musulman d'écouter aux portes de son harem !
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

L'amour a vingt manières de rendre ridicule un honnête homme.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Celui qui n'a point connu le véritable amour a manqué sa vocation d'homme.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

La beauté des femmes doit plus à leurs qualités morales que ces qualités ne doivent à leur beauté.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

La bonté est la lumière du cœur et de l'esprit, elle s'éteint dans la sottise, comme dans un air privé d'oxygène.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Le cœur, dans mille occasions, redresse les torts de l'esprit.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

La civilité est l'art de rendre ceux avec qui nous vivons, contents d'eux-mêmes et de nous.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Les conseils changent rarement l'esprit, plus rarement le caractère.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

La fausse et la véritable délicatesse sont, l'une la pruderie, et l'autre la pudeur de la vertu.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Il est bien rare que ce que nous donnons vaille le plaisir que nous avons de le donner.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Il n'y a pas de droit qui n'impose un devoir.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

L'origine du droit est dans l'avantage de tous.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Les douleurs, sourdes à la raison, écoutent le temps qui les emporte et les endort de lassitude.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Qui ne profite point de l'expérience restera un enfant toute sa vie.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

On répare difficilement les fautes contre la probité, jamais celles contre l'honneur.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Tout le monde a assez de force pour être méchant mais pas toujours assez pour être bon.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

L'homme sage ne saurait haïr un ennemi, parce qu'il trouverait dans cette haine un ennemi plus à craindre encore.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

La haine excessive est inhumanité, parce que dans l'ennemi reste toujours l'homme.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

La fausse humilité n'est que le déguisement le plus subtil de l'orgueil.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

La justice est la vengeance de l'homme social, comme la vengeance est la justice de l'homme sauvage.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Les méchants sont persécuteurs, et ils ont leurs raisons pour s'en prendre aux bons plutôt qu'aux méchants : on ne fait point la guerre à ses alliés naturels.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Il est plus facile et plus sûr de profiter de l'occasion que de la faire naître.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

On n'est opiniâtre que parce qu'on a la vue courte, et qu'on voit toujours le même objet.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

L'orgueil diminue en raison de la connaissance de soi-même.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

La pruderie est l'hypocrisie de la pudeur.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

On a tant abusé du mot sensibilité qu'avec le meilleur naturel on serait ridicule de se vanter d'être sensible.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Les vieillards qui ont donné de mauvais exemples ont appris des conséquences de leur conduite à donner de bons conseils.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Il ne faut point prendre pour des vertus, des actions et des intérêts arrangés avec industrie.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

Louer les gens des vertus qu'ils n'ont pas, c'est quelquefois les forcer à les avoir.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

En fait de sots, les meilleurs sont ceux qui le sont tout à fait.
Nicolas Massias - Œuvre : Les pensées et réflexions morales (1848)

À mesure que la société se perfectionne, la force perd ce que gagne la justice.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

La vertu enregistre jusqu'à nos intentions ; la gloire ne couronne que le succès.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

La renommée d'une femme est déjà une atteinte à sa pudeur.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Le froid jargon de la galanterie exprime dignement le sentiment qu'inspirent les coquettes.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

La bravoure est dans le sang, le courage est dans l'âme.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Que l'éducation soit négative pour ce qu'il est bon d'oublier ; qu'elle soit positive pour tout ce qu'il est bon de retenir.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

L'homme, quoi qu'on en ait dit, ne se déprave pas en cultivant son intelligence, présent de la nature et portion la plus précieuse de lui-même.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

L'éducation ne donne pas la science, mais les instruments de la science.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Il n'est aucun penchant naturel dont on ne puisse tirer parti pour l'éducation.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

L'amour-propre trouve plus son compte à faire des grâces qu'à rendre justice.
Nicolas Massias - Œuvre : Le rapport de la nature à l'homme (1823)

La liste des auteurs populaires :