Citations Pierre Choderlos de Laclos - Ses 50 citations

Pierre Ambroise François Choderlos de Laclos

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Pierre Choderlos de Laclos

Écrivain et militaire français né le 18 octobre 1741 à Amiens en Picardie, Pierre Choderlos de Laclos est décédé le 5 septembre 1803 à Tarente en Italie. De petite noblesse, il obtient un succès fulgurant par un seul roman, Les liaisons dangereuses, chef-d’œuvre publié le 23 mars 1782 en quatre volumes. Le roman, édité en deux mille exemplaires, se vend en un mois seulement.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 50 citations de Pierre Choderlos de Laclos :

Mieux vaut m'avoir pour ami que pour ennemi.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

On ne condamne pas un coupable sans lui nommer ses accusateurs.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Il n'y a rien de si difficile en amour que d'écrire ce qu'on ne sent pas.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

À force de chercher de bonnes raisons on en trouve, on les dit et après on y tient.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Une occasion manquée se retrouve, mais on ne revient jamais d'une démarche précipitée.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Il suffit, pour perdre l'estime d'autrui, d'avoir l'air d'y attacher trop peu de prix.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Les hommes ne peuvent juger les pensées que par les actions.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Le mal est sans remède quand les vices se sont changés en mœurs.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

Souvent le paradoxe est le commencement d'une vérité.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

Un mot pour l'autre peut changer toute une phrase, le même a quelquefois deux sens.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Le plaisir, qui est l'unique mobile de la réunion des deux sexes, ne suffit pas pour former une liaison.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Lis dans mon cœur, il a pour toi l'amitié la plus tendre.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

L'amour abrutit ceux qu'il domine.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Quelque douce que soit notre illusion, n'allons pas croire qu'elle puisse être durable.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

La haine est toujours plus clairvoyante et plus ingénieuse que l'amitié.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

La finesse a été donnée à la femme pour compenser la force de l'homme ; mais la nature, pour l'intérêt du dernier, a sagement contrebalancé la finesse des femmes par leur passion.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

L'amour, que l'on nous vante comme la cause de nos plaisirs, n'en est au plus que le prétexte.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Un médisant qui ne perd pas l'occasion de dire une méchanceté.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

L'amour ne connaît pas les obstacles.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

On ne sort de l'esclavage que par une grande révolution.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

Peu d'hommes savent apprécier la femme qu'ils possèdent, et se mettre à l'unisson de son cœur.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Tu es, et tu seras toujours, la véritable souveraine de mon cœur.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Chaque sentiment a son langage qui lui convient, se servir d'un autre, c'est déguiser sa pensée.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Chez une femme, la figure attire, mais c'est le corps qui retient.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

La curiosité éveille le désir, et le désir embellit toujours son objet.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)