Publilius Syrus, ou Publius Syrus

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Publilius Syrus

Poète latin, né esclave, venu de la Syrie à la suite des triomphes de Pompée, affranchi par Domitius qui lui laissa le nom de sa patrie originaire, protégé par César, Publilius Syrus (Publilius le Syrien) est né vers 85 avant Jésus-Christ, il est mort à une date inconnue après 43 av. J.-C.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 173 citations de Publilius Syrus :

Mieux vaut ignorer une chose que de la savoir mal.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Quand l'accusateur plaide et juge à la fois, c'est la force qui règne à la place des lois.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Ou garde le silence, ou dis-moi des choses, qui fassent regretter de voir tes lèvres closes.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Quand de périls il marche accompagné, un jour de plus pour l'homme est un jour de gagné.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

La foule des faux amis s'attelle à la richesse, elle s'éprouve à l'heure où sonne la détresse.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

La foule est toujours une preuve de la plus mauvaise cause.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Une demeure n'est jamais trop petite ou trop étroite quand on y reçoit beaucoup d'amis.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Si tu obéis avec mauvaise volonté, tu es un esclave ; si tu obéis avec bonne volonté, tu es un serviteur.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Quand l'esprit est distrait et se trompe de route, les yeux ne tardent guère à ne plus y voir goutte.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Pour avoir désiré porter un front cornu, le chameau se trouva d'oreilles dépourvu.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Le barbare, aujourd'hui qui t'écrase du pied, implorera demain peut-être ta pitié.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

L'homme qui jeûne, après avoir donné le sien, est un vivant reproche à tous les gens de bien.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Les femmes, qui toujours vont à l'extrémité, vont aussi le plus loin dans la perversité.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Jamais, même au moment où le surprend la mort, l'honnête homme ne doit tromper, ni faire tort.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Au bonheur à venir rien n'est plus dommageable que de s'acoquiner par trop au confortable.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

La bonne renommée, aux ombres de la nuit, ne laisse pas voiler l'éclat dont elle luit.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

La volupté nuit toujours à celui qu'elle caresse.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Toujours trembler, toujours vivre dans la terreur ! Mieux vaut mourir : la mort est un sort bien meilleur.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

La terreur est toujours un dangereux système : plus on est craint, et plus on doit craindre soi-même.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Lorsqu'un grand citoyen descend dans le cercueil, ce jour, pour la patrie, est un long jour de deuil.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Est-il riche ? Voilà ce qu'on veut tous savoir, mais vertueux ? Qui songe à s'en apercevoir ?
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Ne vous déguisez pas les défauts d'un ami, mais ne vous posez point contre eux en ennemi.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Le moindre bruit, grossi par des voix charitables, suffit pour amener des maux incalculables.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Dès le jour où le vol a pu souiller leurs mains, la discorde naquit et brouilla les humains.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Chaque homme, plus ou moins, brille par un côté, et trouve quelque part sa spécialité.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.