Publilius Syrus, ou Publius Syrus

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Publilius Syrus

Poète latin, né esclave, venu de la Syrie à la suite des triomphes de Pompée, affranchi par Domitius qui lui laissa le nom de sa patrie originaire, protégé par César, Publilius Syrus (Publilius le Syrien) est né vers 85 avant Jésus-Christ, il est mort à une date inconnue après 43 av. J.-C.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 148 citations de Publilius Syrus :

C'est doubler le prix d'un service que d'y joindre la célérité.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Une heure vous rend souvent ce que beaucoup d'années vous ont ravi.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Qui ne veut pas bien employer sa vie, mieux vaut, pour son honneur, qu'elle lui soit ravie.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Que l'esprit soit pour l'homme bouclier plus qu'épée.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

L'intempérance est la nourrice de la médecine.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Il n'y a d'agréable que ce que la variété assaisonne.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Dès que dans un État la liberté succombe, tout citoyen se tait, muet comme la tombe.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Avoir l'air d'être heureux n'est pas le bonheur, l'homme véritablement heureux l'est au fond du cœur.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Une âme blessée, dans tout son tourment, n'écoute la raison que difficilement.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

À table de conteur laisse à d'autres le rôle, tu passes pour bavard quand tu crois être drôle.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Un esprit qui sait craindre sait aussi choisir la voie la plus sûre.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Trop de familiarité fait naître le mépris.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

La fortune veille à ce que l'homme ne soit jamais sans douleurs.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

C'est mourir deux fois que mourir au caprice d'autrui.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

On ne rit pas de tout avec tout le monde.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Seconder un coupable, c'est l'être deux fois.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Une dignité déshonore celui qui en est indigne.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

La fortune ne se contente jamais de nuire une seule foi.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

La fortune est, comme le verre, brillante et fragile.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

L'orgueil détruit l'intérêt que le malheur inspire.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Dompter sa colère, c'est vaincre un grand ennemi.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Il est honteux de dire ce qu'il n'est pas honnête de faire.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

L'emprunteur se place au-dessous du préteur.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

L'oubli de soi-même est la pierre de touche de la vraie grandeur.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

Vénus impérieuse est moins forte que Vénus caressante.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.