Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

René Barjavel

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de René Barjavel Romancier, nouvelliste, essayiste et journaliste français né le 24 janvier 1911 à Nyons dans le département de la Drôme, René Barjavel est décédé le 24 novembre 1985 à Paris à l'âge de 74 ans. Il meurt des suites d'une crise cardiaque, et repose au cimetière de Bellecombe-Tarendol situé dans la Drôme. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Ce dictionnaire vous propose 48 citations de René Barjavel :

Les hommes rêvent, se fabriquent des mondes idéaux et des dieux. Les femmes assurent la solidité et la continuité du réel.
René Barjavel ; Une rose au paradis (1981)
Ce qui fait le prix et la qualité de la vie humaine, c'est sa brièveté.
René Barjavel ; Demain le paradis (1986)
L'amour, c'est l'oubli de soi.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Une femme qui aime n'admet pas qu'un homme puisse avoir une pensée, un geste, un soupir, qui ne lui soit pas destiné. Elle ne tolère pas qu'il travaille, qu'il respire.
René Barjavel ; Colomb de la lune (1962)
La médecine dite préventive à base de piqûres, vaccinations, cuti-réactions et autres interventions violentes dans l'organisme, est une vaste entreprise de démolition de l'individu et de l'espèce. En luttant contre cinq ou six maladies hypothétiques, elle prépare la voie à toutes les autres. Que la médecine se borne donc à soigner les malades, et fiche la paix aux bien portants.
René Barjavel ; Le journal d'un homme simple (1951)
Ce qui s'apprend sans peine ne vaut rien et ne demeure pas.
René Barjavel ; L'enchanteur (1984)
Les femmes aiment que l'homme qui les aime, pendant qu'il les aime, leur donne un nom de nuit. C'est la marque de leur entente, la clé secrète du langage de l'amour que l'on parle à voix basse, quand chaque mot qui ne signifie rien dit tout. Et s'il arrive que ce nom de nuit échappe aux lèvres de l'homme pendant les heures diurnes, la femme sent tout à coup la chaleur de son sang dans son corps.
René Barjavel ; Colomb de la lune (1962)
La forme la plus exquise du comportement politicien consiste à utiliser un fait vrai pour en faire un mensonge.
René Barjavel ; Demain le paradis (1986)
Rien n'est impossible à la mauvaise volonté de l'homme.
René Barjavel ; Si j'étais Dieu (1976)
Vous êtes toute ma vie. Vous êtes pour moi les fleurs du monde, toute la lumière et tout le bleu du ciel, et les chansons, et l'herbe fraîche qui pousse, et la rosée du matin. Mon amour, le jour qui approche et qui me donnera vous, tout abandonnée, dans mes bras, me brûle à l'avance d'une joie de soleil. Lorsque je pense au doux moment où vous m'appartiendrez, mon cœur devient brasier, et mon sang est de l'or en feu. Je voudrais vivre déjà cette heure merveilleuse, qui lèvera tout ce qui nous sépare encore, et fera de nous un seul être, à tout jamais.
René Barjavel ; Le voyageur imprudent (1943)
Il n'est pas de joie aussi saine, aussi complète, aussi réconfortante, aussi naturelle, aussi propre, aussi exaltante, aussi apaisante, aussi nourrissante, que celle qu'éprouvent un homme et une femme jeunes, normaux, équilibrés, bien assortis et amoureux, à faire ensemble l'amour. Cela doit arriver à peu près à un couple sur mille. Et je crois que je me montre optimiste.
René Barjavel ; Le journal d'un homme simple (1951)
L'amour lié au sexe est égoïste, possessif, souvent furieux et destructeur. C'est le contraire de l'amour vrai, désintéressé, total. Celui-là, je crois qu'on ne le trouve que chez les chiens.
René Barjavel ; La tempête (1982)
On est parvenu à donner la vie à des enfants sans père, mais jamais sans mère.
René Barjavel ; Le diable l'emporte (1948)
Le mal a commencé le jour où Dieu a donné une compagne à Adam.
René Barjavel ; Le diable l'emporte (1948)
La plupart des hommes ne font pas autre chose que gagner leur pain.
René Barjavel ; Le voyageur imprudent (1943)
Les têtes bouillonnent sous les toits du Collège. Le temps des examens est proche. La chaleur, l'angoisse, l'impatience croissent chaque jour. Des joues se creusent, des yeux battus attestent des longues veillées passées à des révisions intensives. La tension nerveuse gagne les petites classes où elle se transforme, les premières chaleurs aidant, en paresse physique, en inattention et bâillements. Ces dernières semaines de l'année de travail sont les plus pénibles, interminables
René Barjavel ; Tarendol (1946)
L'homme doit retrouver la voie de l'amour, et au bout de l'amour il trouvera Dieu.
René Barjavel ; Les chemins de Katmandou (1969)
Ce qui pousse une fille vers un garçon, un garçon vers une fille, c'est le besoin de satisfaire le besoin le plus personnel. Lorsque cet appétit est réciproque, il donne naissance, chez l'un et l'autre partenaire, à un état nerveux particulier qui leur fait éprouver un intense bien-être à se retrouver, à rester ensemble, à se parler, à se regarder, à penser l'un à l'autre, sans même aller jusqu'à l'accomplissement de l'acte sexuel.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Tout le monde n'est pas capable d'être heureux. Il y a des couples qui, simplement, ne sont pas malheureux. Il y a ceux qui sont heureux et ceux qui sont très heureux. Et il y en a quelques-uns dont la désignation a été une réussite absolue, et dont l'union semble avoir commencé au commencement de la vie du monde.
René Barjavel ; La nuit des temps (1968)
Si les hommes veulent être heureux, qu'ils se chargent eux-mêmes de leur bonheur !
René Barjavel ; Le voyageur imprudent (1943)
Je suis libre ! Je fais ce que je veux moi !
René Barjavel ; Les chemins de Katmandou (1969)
Vivre les malheurs d'avances, c'est les subir deux fois.
René Barjavel ; La nuit des temps (1968)
L'inutilité totale, degré suprême du luxe.
René Barjavel ; Le journal d'un homme simple (1951)
Si Dieu avait eu besoin d'être adoré, il n'eût créé que des chiens : le chien est plus apte que l'homme à l'amour.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
La pièce la plus réussie est celle qui donne tout au spectateur.
René Barjavel ; Le journal d'un homme simple (1951)
Le meilleur roman est celui qui demande le plus à la sensibilité et l'imagination de son lecteur.
René Barjavel ; Le journal d'un homme simple (1951)
L'imagination n'est qu'un jeu de la mémoire qui construit ce qu'elle connaît.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Tout être vivant normalement constitué n'est qu'un organe de reproduction.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Tout le monde n'est pas capable d'être heureux.
René Barjavel ; La nuit des temps (1968)
La sagesse fait le bonheur de tous.
René Barjavel ; Ravage (1943)
Votez oui, votez non, vous serez toujours les cons !
René Barjavel ; Le journal d'un homme simple (1951)
Les enfants sont des sages.
René Barjavel ; La charrette bleue (1980)
L'homme méchant n'est jamais qu'un pauvre imbécile.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Le sourire appartient aux enfants, et aux hommes qui leur ressemblent.
René Barjavel ; Ravage (1943)
Les enfants qui s'aiment ne pensent à rien d'autre qu'à s'aimer.
René Barjavel ; Tarendol (1946)
Nos petits-enfants seront en paix, ou ne seront pas.
René Barjavel ; Demain le paradis (1986)
L'homme m'embête ! Si on l'écoutait, on ne s'occuperait que de lui !
René Barjavel ; Si j'étais Dieu (1976)
La vérité, c'est ce qu'on croit.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Rien ne justifie la souffrance des innocents.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Tout homme en sait autant que Dieu, mais il ignore ce qu'il sait.
René Barjavel ; Colomb de la lune (1962)
On se sait jamais rien, sauf ce qui est sans importance.
René Barjavel ; La tempête (1982)
Un écrivain professionnel débute dans son métier à la maternelle, quand il trace son premier bâton.
René Barjavel ; Le prince blessé (1974)
Les amants inventent leur propre vocabulaire, mais il n'a de signification que pour eux.
René Barjavel ; L'enchanteur (1984)
Le monde est infini non seulement dans toutes les directions de l'espace, mais aussi dans ses vérités.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Quand on se croit obligé d'exprimer sa gratitude, on perd la moitié de sa joie.
René Barjavel ; Une rose au paradis (1981)
Le naturel est miraculeux.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Un dé à coudre rempli de tourbillons de rien: c'est l'humanité.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Chaque fleur est un sexe. Y avez-vous pensé quand vous respirez une rose ?
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)

La liste des auteurs populaires :