Robert Mauzi (2)

Les citations célèbres de Robert Mauzi :

L'inégalité doit apparaître comme la condition de l'épanouissement individuel. C'est elle qui permet à chacun d'orienter son instinct de vivre vers les fins qui lui sont personnelles. Elle n'est donc responsable d'aucune aliénation, ne fait que sanctionner la coexistence harmonieuse et hiérarchisée des volontés particulières et traduire dans les structures sociales l'inégalité qui existait déjà naturellement entre ces volontés.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'inégalité entre les hommes, loin de nuire, contribue à la vie et au maintien de la société. La société, de même que la nature, établit une inégalité nécessaire et légitime entre ses membres. Cette inégalité est juste, parce qu'elle est fondée sur le but invariable de la société, je veux dire sur sa conservation et son bonheur.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Ne jouissant de rien et craignant tout, insensible à la joie, trop vulnérable au malheur, l'âme du riche ne fait qu'osciller indéfiniment entre l'inquiétude et l'ennui.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'inégalité est inscrite dans la nature. Les hommes ne sont point nés égaux ; il n'en est pas qui possèdent exactement les mêmes forces, le même esprit, les mêmes passions.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Inquiète et libre à la fois, la sensibilité cherche des stimulants et des ivresses. Le salut est dans le rapprochement de toutes ces âmes avides, de ces cœurs anxieux. La sociabilité devient l'unique et providentielle dimension de l'homme.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
On ne peut se rendre heureux qu'en contribuant au bonheur des autres.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Être heureux au milieu des autres, c'est être heureux par les autres.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
On ne peut s'aimer soi-même sans désirer d'être heureux ; on n'est vraiment heureux qu'en remplissant exactement ses devoirs et en fournissant à ses besoins. Le travail étant un devoir pour tous les hommes et leur unique ressource légitime pour subvenir à leurs besoins, leur bonheur dépend donc de le bien remplir.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
La lecture et la méditation guérissent la plus terrible des douleurs.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'état le moins malheureux pour l'homme est celui qui approche le plus de l'insensibilité, pourvu, néanmoins, que cette insensibilité soit naturelle et non survenue.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'homme oscille tout le temps entre deux envoûtements et deux risques : d'un côté, l'enivrement du cœur et les souffrances que l'on doit en attendre ; de l'autre, la quiétude de la raison, mais l'ennui qui dissout toute vie inactive.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Les cœurs blessés portent le deuil éternel de leurs illusions perdues.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Le bonheur ne doit pas dépasser les bornes de la condition humaine : il est absurde qu'un homme convoite la félicité d'un dieu. Jamais l'âme ne doit s'aliéner aux passions qui l'entraîneraient à la dérive. Toute vie est vouée au désastre, qui ne choisit pas cette sagesse comme centre de gravité.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Le bonheur est de jouir de la présence de ceux qu'on aime.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Il suffit pour être heureux de préférer la vie au néant. Une telle félicité n'exige comme prudence que d'éliminer les maux imaginaires, de se résoudre à l'inéluctable, de manière à laisser jouer sans mélange l'attachement naturel que nous avons pour la vie. Le bonheur, en ce sens, c'est l'existence retrouvée dans sa pureté originelle. Quand elle n'est pas obscurcie par des angoisses ou déviée par des chimères, l'âme libère spontanément ce plaisir de vivre qui est l'une de ses composantes virtuelles. Si l'homme savait épuiser son existence, il éprouverait qu'il n'a pas besoin de raison pour être heureux.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Le bonheur n'est qu'une éclaircie dans un ciel toujours brouillé et souvent noir.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'homme doit devenir son maître à force de bon sens, de raison, de justice et de vertu.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Ne seront heureux ici-bas que les gens constitués pour l'être. Tous les efforts des autres ne pourront viser qu'une œuvre limitée d'accommodement ; ils ne changeront pas le fonds de leur tempérament et resteront tristes et malheureux, s'ils sont fâcheusement doués d'une âme mélancolique.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
La Fortune fait tournoyer à sa guise les hommes qu'elle saisit déjà tout ligotés, les jette dans des situations soudaines, s'amuse à intervertir les destins, à décevoir ceux qui ont misé sur elle, et à surprendre ceux qui ne l'attendent plus.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Le commencement du bonheur, c'est d'espérer ce qu'on désire.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Le plus heureux des hommes est rarement celui qu'on pense.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
On est assez heureux pourvu qu'on ne fasse jamais le sot projet d'être parfaitement sage.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Dans ce monde où nul homme n'ose être lui-même, tous les êtres sont interchangeables.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'homme mondain tire toute son existence des regards d'autrui.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'homme du monde se compose de l'être profond et d'un masque, qui cache le premier sans l'effacer. Si l'on prend un masque, c'est moins pour se dissimuler que pour se reconnaître : on veut ressembler à tout le monde, et par là on se rassure.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
On est malheureux parce qu'on se fait du bonheur une image forgée à travers mille rêves qui n'ont d'autre existence qu'en nous-même.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
La vie humaine est une suite vertigineuse de faux-pas et de reprises, d'illusions et de désenchantements, d'obstinations et de brusques réveils.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
La vanité rend toujours content de soi et toujours mécontent de son état.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Les biens que le monde foisonne, il ne tient qu'à l'homme de les cueillir.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'homme est constitué de manière à n'être jamais heureux, parce que ses exigences sont impossibles à satisfaire et se détruisent elles-mêmes. Le mal est vraiment dans la nature de l'homme, au point que le malheur est la forme même de l'être.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'homme en soi est bien souvent une chose absurde, un tissu de contradictions.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
La pensée ravive les blessures qu'elle voudrait guérir.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'homme est plus sensible à la douleur qu'au plaisir.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Dieu est au monde ce que le pilote du vaisseau est à son bâtiment. Il ne quitte jamais le gouvernail et dirige à tout instant la marche du navire.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Il est vain de se prétendre heureux si l'on ne sait absolument se suffire à soi- même.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
La seule façon de limiter la souffrance est de se réduire le plus possible, afin de n'offrir au monde que la plus petite surface. Il faudrait en somme renoncer à être homme, pour esquiver les maux attachés à la qualité d'homme.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Les tentations détournent l'homme du bonheur plus qu'elles ne l'y conduisent.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Le bonheur appartient à ceux qui ont inventé un milieu entre la solitude et la sociabilité, sachant se tenir par rapport au monde à la bonne distance.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Le pêcheur de plaisirs ramène dans ses filets tous les biens de la vie.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
La mélancolie est « la sensation douloureuse, mais affaiblie, d'une profonde douleur ». Elle est à l'affût de toutes les occasions qui lui rappellent et entretiennent cette douleur.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'ennui coule de l'assouvissement comme de sa source naturelle.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Le bonheur repose sur le choix que chacun fait de ses plaisirs.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'idée du bonheur appartient à la fois à la réflexion, à l'expérience et au rêve.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
L'homme heureux est ce virtuose qui, au lieu de vivre simplement sa vie, la crée comme l'artiste crée l'œuvre d'art.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Le bonheur est chose personnelle qui n'a rien de commun avec l'ordre du monde et s'embarrasse peu de l'intérêt général. Résultat d'un travail pratiqué sur soi-même, il s'atteint à force de discernement, de goût et de mesure.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Oubliez toujours ce que vous êtes, dès que l'humanité vous le demande ; mais ne l'oubliez jamais, quand la vraie gloire veut que vous vous en souveniez.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)

La liste des auteurs populaires :