Saint François de Sales

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Saint François de Sales

Prêtre catholique savoyard né le 21 août 1567 au château de Sales près de Thorens-Glières dans le département de la Haute-Savoie, François de Sales est décédé le 28 décembre 1622 à Lyon à l'âge de 55 ans. Le 8 décembre 1602, il est ordonné évêque de Genève.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 51 citations de Saint François de Sales :

Les humilités que l'on voit le moins sont les plus fines.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Il ne faut qu'une saignée faite à propos pour redonner la vie, et qu'une répréhension faite aussi à propos pour sauver une âme de la mort éternelle.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Il n'est pas en notre pouvoir de n'avoir point de passion, et Dieu veut que nous les ressentions jusqu'à la mort pour notre plus grand mérite. Le péché consiste dans les actes que nous en faisons par un mouvement de notre volonté.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

L'amour ne nous trouvant pas égaux, il nous égale ; ne nous trouvant pas unis, il nous unit.
Saint François de Sales ; Le traité de l'amour de Dieu (1616)

Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit.
Saint François de Sales ; L'introduction à la vie dévote (1609)

Estimons beaucoup et faisons grand état de ce qui nous est dit en confession ; car nous ne saurions croire le grand profit que retirent de ce sacrement les âmes qui y viennent avec l'humilité requise.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

La modestie est une vertu qui règle notre maintien extérieur ; et elle a deux vices opposés, à savoir : la légèreté dans les gestes et contenances, et l'affectation ou contenance affectée.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Ne faisons rien par humeur, même les actions qui seraient les plus saintes, mais faisons-les pour plaire à Dieu.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Celui qui peut exercer la douceur parmi ses douleurs, la générosité parmi les mauvais traitements, et la paix entre les tracas, est presque parfait. La douceur, la suavité de cœur et l'égalité d'humeur sont vertus plus rares que la chasteté.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

La volonté nous porte souvent à des dévotions relevées et pleines d'éclat, et nous craignons le mépris. La vertu solide se contente de Dieu.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Toute dévotion est fausse qui est incompatible avec notre état.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

En quoi voulons-nous témoigner notre amour à celui qui a tant souffert pour nous, si ce n'est entre les contrariétés, les répugnances et les aversions ? Hé ! mettons notre tête à travers les épines des difficultés ; laissons transpercer notre cœur de la lance de contradiction ; mangeons l'absinthe, buvons le fiel, et avalons le vinaigre des amertumes temporelles, puisque c'est notre doux Sauveur qui le veut.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Tout ce qui n'est pas pour l'éternité n'est que vanité.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Les marques d'amitié que nous donnons contre notre propre inclination aux personnes pour lesquelles nous sentons de l'aversion, sont meilleures et plus agréables à Dieu, que celles que nous donnons, poussées par une affection sensible.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Pour témoigner notre amour au prochain, il est nécessaire de lui procurer tout le bien que nous pourrons, tant pour l'âme que pour le corps, priant pour lui, et le servant cordialement aux occasions.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Il faut toujours interpréter en la meilleure part qu'il se peut ce que nous voyons faire au prochain. Dans les choses douteuses, nous devons nous persuader que ce que nous avons aperçu n'est point mal ; dans les choses évidemment mauvaises, nous devons en avoir compassion, et nous humilier de ses fautes comme des nôtres propres.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

L'amour-propre ne meurt jamais qu'avec notre corps.
Saint François de Sales ; Lettre à Mme la présidente de Herce, le 7 Juillet 1610.

C'est une bonne pratique d'humilité de ne regarder les actions d'autrui que pour y remarquer les vertus, et non jamais les imperfections : car tandis que nous n'en avons point la charge, il ne faut pas tourner nos yeux de ce côté-là, encore moins notre attention.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Nous nous devons à Dieu, à la patrie, aux parents, aux amis. À Dieu premièrement, puis à la patrie ; mais premièrement à la céleste, secondement à la terrestre ; après cela à nos proches, mais nul ne nous est si proche que nous-mêmes ; enfin à nos amis, mais nous sommes le premier de tous.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Il n'en est pas des soins spirituels comme des corporels : En ceux-ci les épines durent et les roses passent ; en ceux-là les épines passeront, et les roses dureront.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Dieu ne se plaît que dans les cœurs approfondis par l'humilité, et élargis par la charité.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)

Le désir qui précède la jouissance, aiguise et affine le ressentiment d'icelle.
Saint François de Sales ; Le traité de l'amour de Dieu (1616)

Penser savoir ce qu'on ne sait pas, c'est une sottise expresse.
Saint François de Sales ; L'introduction à la vie dévote (1609)

La vraie amitié requiert la communication du bien et non pas du mal.
Saint François de Sales ; L'introduction à la vie dévote (1609)

Nous devons toujours nous défier de nous-même, marcher avec une sainte crainte, demander continuellement le secours du ciel. Les ennemis de notre âme peuvent être repoussés, mais non pas tués ; ils nous laissent quelquefois en paix, mais c'est pour nous faire une plus forte guerre.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)