Henri-Frédéric Amiel

Quelques mots sur l'auteur :

Henri-Frédéric Amiel

Écrivain et philosophe suisse romand, Henri-Frédéric Amiel est né le 27 septembre 1821 à Genève. Connu pour son journal intime monumental (16 867 pages), Henri-Frédéric Amiel est mort à l'âge de 59 ans le 11 mai 1881 à Genève.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 145 citations de Henri-Frédéric Amiel :

Un coin de ciel bleu reparaît à l'Orient, c'est comme un rideau de théâtre qui remonte.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 26 août 1873.

L'inertie, volontaire ou non, est le crépuscule funéraire de l'individu, et la société est pleine de malheureux qui se sont ensevelis eux-mêmes tout vivants sous la chape de plomb de l'homicide oisiveté.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 6 janvier 1853.

Qui aime bien égratigne sans scrupule.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 20 janvier 1880.

Ne prends au sérieux que les gens sérieux et les choses sérieuses.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 juillet 1848.

Rien de grand sans un grand amour, mais pas de grand amour sans calvaire.
Henri-Frédéric Amiel ; Il penseroso (1858)

Je me dérobe dans la frivolité comme la sépia dans son nuage d'encre.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 23 novembre 1850.

La frivolité guillerette n'est qu'une gageure littéraire et comme un tic de jeunesse.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 14 août 1875.

On ne recommence pas la vie quand elle approche de son terme.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 27 août 1879.

On ose appeler amour des escrimes de coquetterie qui ne sont pas même des amourettes.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 14 avril 1875.

Une mauvaise femme me rendrait un démon, un Barbe-bleue, et misanthrope féroce.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 26 novembre 1849.

Le scepticisme coupe toutes les racines de l'être et de la volonté.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 19 janvier 1872.

De jour, la source rit et jase en la verdure, mais, prête bien l'oreille, elle pleure la nuit.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 1er octobre 1872.

La moquerie, c'est le pire des genres d'esprit et le plus facile.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 7 septembre 1869.

On doit à sa propre dignité de ne pas se traduire au dehors en caricature.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 5 mai 1872.

Aimer, c'est être doublement, car c'est comprendre et rendre. Ainsi deux êtres qui s'aiment en valent trois ; et c'est peut-être pourquoi ils deviennent trois. La génération est ainsi le symbole visible de ce miracle de l'amour, qui fait que 1 + 1 = 3.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 16 avril 1869.

L'activité est plus que le mérite ; ce qui ne se meut pas, ou plus, est tenu pour mort.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 20 décembre 1852.

Être choyé, c'est beaucoup ; pouvoir être utile, c'est plus encore.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 19 décembre 1852.

Mieux vaut échouer par le concours que d'être nommé par faveur.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 15 novembre 1848.

Si je ne puis vivre avec vous pour vous, je vivrai pour vous sans vous.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 27 septembre 1871.

Aucune grâce peinte ne veut une grâce vivante.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 9 juillet 1851.

Malheur aux débonnaires, car chacun marche sur eux comme sur un tapis.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 7 juillet 1874.

Familiarité amène mépris.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 6 août 1865.

Qui se domine peut seul guider sa vie, et seul la concevoir.
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1852)

Il faut parfois une peine pour arriver à un plaisir.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 26 décembre 1872.

Un paysage quelconque est un état de l'âme.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 31 octobre 1852.

Quelques œuvres de Henri-Frédéric Amiel :