Henri-Frédéric Amiel

Quelques mots sur l'auteur :

Henri-Frédéric Amiel

Écrivain et philosophe suisse romand, Henri-Frédéric Amiel est né le 27 septembre 1821 à Genève. Connu pour son journal intime monumental (16 867 pages), Henri-Frédéric Amiel est mort à l'âge de 59 ans le 11 mai 1881 à Genève.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 127 citations d'Henri-Frédéric Amiel :

La raison et la volonté sont les deux déesses de la vie pratique.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 4 août 1872.

Les ennuyeux en ce monde sont légion.
Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1852)

Chaque espérance est un œuf d'où peut sortir un serpent au lieu d'une colombe.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 5 avril 1851.

Pour rassurer l'amour-propre des nains il faut se faire même plus petit qu'eux.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 2 juin 1872.

Tout ou Rien, je ne puis qu'être tout haine ou tout amour, tout entier bon ou tout entier méchant.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 3 juillet 1853.

Si la conscience nous rappelle notre devoir, l'amour-propre nous parle surtout de notre mérite.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 10 août 1878.

Le pardon volontaire et gratuit est une surabondance de l'amour.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 5 juillet 1875.

Un frais sourire est le plus efficace des cordiaux.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 17 septembre 1872.

La solitude est mauvaise conseillère, et l'isolement aigrit.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 3 novembre 1869.

La rêverie est le dimanche de la pensée.
Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1852)

Gardons-nous des faux amis ; il n'est bonne dorure, ami, que d'être d'or.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 25 décembre 1879.

La souffrance du corps est peu de chose vis-à-vis de la souffrance du cœur.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 8 décembre 1873.

Le découragement est une incrédulité, l'abstention une désertion.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 18 septembre 1864.

Les salutaires amitiés sont celles qui stimulent, qui animent, qui augmentent notre vitalité, qui éveillent en nous l'étincelle, la verve, le courage, qui nous rendent plus forts et meilleurs.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 29 mars 1866.

Plus on aime, plus on souffre.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 26 décembre 1868.

Une erreur est d'autant plus dangereuse qu'elle contient plus de vérité.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 26 décembre 1852.

Chaque vie se fait son propre destin.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 16 décembre 1847.

À peine commençons-nous à savoir vivre, qu'il faut déjà apprendre à mourir.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 21 avril 1872.

Deux imbéciles se font un certain plaisir d'écraser leur supérieur naturel, et de lui prouver que 2 est le double de 1.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 18 avril 1871.

Il n'y a pas de vérité religieuse, il y a des croyances plus ou moins sincères et désintéressées.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 23 août 1877.

Etre, c'est être fort : la force fait la vie, elle fait la santé, la beauté, la vertu.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 avril 1871.

Le corps c'est l'âme visible et le temple du Saint-Esprit.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 23 mars 1873.

Vivre, pour un cœur amoureux, c'est aimer. Aimer, c'est n'être plus seul, c'est sentir sa propre vie par un autre et dans un autre ; c'est de deux faire un. L'abolition du moi, et son remplacement par le nous, est son impérieux désir, son indestructible instinct.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 17 avril 1866.

L'amour, c'est la mort du moi pour la naissance du nous.
Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1821-1881)

Le rire est un palliatif, un émulsif ; la gaieté est un bon génie, qui entretient la santé du cœur.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 30 juillet 1848.

Quelques œuvres de Henri-Frédéric Amiel :