Félix Guillaume Marie Bogaerts

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Félix Bogaerts

Romancier, artiste, dessinateur, poète et historien belge né le 2 juillet 1805 à Bruxelles, Félix Bogaerts est décédé à l'âge de 45 ans le 16 mars 1851 à Anvers, ville belge située dans la Région flamande.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 60 citations de Félix Bogaerts :

Quelque grande que soit la violence des flots qui battent le rocher, ils n'en sauraient arracher l'arbuste dont les racines se cramponnent aux entrailles du granit : quelque terribles que soient les vagues de l'infortune, elles ne sauraient non plus vous entraîner dans leur cours, si les leçons de la sagesse ont jeté dans votre cœur leurs puissantes racines.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

La prière est à l'âme attristée ce que la rosée est à la plante altérée.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Si vous craignez les chutes, ne gravissez pas la montagne.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Tel perd la seconde place qui ne voulait que la première.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Ce n'est pas à leur premier éclat, mais à la durée de leur brillante empreinte qu'on distingue les fausses monnaies des véritables ; sans peine vous discernerez de même le vrai savoir de ce frivole étalage d'érudition qui n'en porte que la passagère apparence.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Voulez-vous que jamais on ne se rende maître de vous, soyez-le toujours de vous-même.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Si vous reculez devant une répugnance, elle ne reculera plus devant vous.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Ne voir dans les événements de ce monde que des combinaisons humaines et n'y reconnaître nulle part le doigt de Dieu, c'est être myope au point de ne discerner que de près et les uns après les autres les détails d'un cadre immense, sans pouvoir les embrasser à la fois d'un seul coup d'œil.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Qui trop tôt se résout souvent trop tard se repent.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Soyez en paix avec tout le monde, et vous le serez avec vous-même.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Le duel est ou n'est pas un devoir prescrit par le véritable honneur ; s'il l'est, d'où vient qu'aucun peuple ne le proclame comme tel ? S'il ne l'est pas, où donc est la honte à ne pas s'y soumettre ?
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

La voix du peuple ne se doit baisser que devant celle de Dieu.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Nos connaissances seraient véritablement plus nombreuses, si nous cherchions moins à les multiplier.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Aux yeux du sage les habits dorés prouvent le mérite d'un homme, comme la richesse de sa reliure atteste la valeur d'un livre.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Un homme blasé est un clavier muet, aucun son n'en sort.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Parti du pied de la montagne, prenez garde, en vous élevant vers sa cime, de coudoyer en passant ceux que vous devancez : le contre-coup pourrait vous faire retombe.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Les oracles de l'histoire sont comme ceux des prophètes, il faut qu'eux aussi s'accomplissent.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Qu'importent à l'homme de nombreuses mais vagues connaissances ? Que peuvent pour celui que le danger menace mille voix confuses qui l'assourdissent ? Qu'une seule alors lui donne un sage conseil et il est sauvé.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Ce n'est pas pour les peuples qu'il faut écrire l'histoire des rois : c'est pour ceux-ci qu'il faut écrire l'histoire des peuples.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Voulez-vous que l'appétit se mette avec vous à table ? Qu'avec vous aussi il en sorte.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

La liberté sans la vertu, c'est l'arme de la mort dans la main du brigand.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

À voir l'indifférence avec laquelle les hommes jouissent de leur prospérité et le chagrin que leur font éprouver les contrariétés, il semblerait qu'ils regardent le bonheur comme un lot qui nous est dû et les contrariétés comme des torts que le ciel nous fait.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Le jeu captive le malheureux qui s'y livre comme la glu retient prisonnier l’imprudent oiseau : il leur faut à tous deux des efforts inouïs pour recouvrer la liberté, et jamais ils n'y réussissent qu'au prix, l'un d'une partie de ses plumes, l'autre d'une partie de sa fortune et de son honneur.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

La société dont tous les membres exigeraient toute l'étendue de leurs droits ne serait qu'une société d'égoïstes.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

En marchant au combat, c'était en se rappelant, tantôt le souvenir d'une journée glorieuse, tantôt celui d'une défaite fatale, que le soldat romain se préparait à une victoire nouvelle. Quand nous combattons contre nous-mêmes, nous aussi, souvenons-nous et de la satisfaction que nous éprouvâmes aux jours de nos victoires, et de la honte qui suivit les défaites dues à notre lâcheté.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Pour déployer tes voiles attends que tu aies gagné le large.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Les masses populaires ne voient que ce qu'elles voient.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Chaque jour de la vie du sage est un jour de lutte : celui de sa mort est celui de sa victoire.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Le vieillard heureux est celui qui retrouve dans les souvenirs du passé l'accomplissement des espérances de sa jeunesse.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)

Cent amis ne peuvent vous faire autant de bien qu'un seul ennemi peut vous faire du mal.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)