Citations Fénelon - Ses 74 citations

François de Salignac de La Mothe-Fénelon

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Fénelon

Homme d'Église, théologien, pédagogue et écrivain français né le 6 août 1651 au château de Fénelon à Sainte-Mondane, François de Salignac de La Mothe-Fénelon, dit Fénelon, est décédé le 7 janvier 1715 à Cambrai dans la région Nord-Pas-de-Calais à l'âge de 63 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 74 citations de Fénelon :

Toute la vie d'un fourbe est un continuel manquement de parole.
Fénelon ; Charles Quint et François Ier (1712)

La finesse, la hauteur et la sévérité sont les vraies maximes du gouvernement.
Fénelon ; Louis XI et Louis XII (1712)

Faites le malheur du monde, et vous y trouverez le vôtre.
Fénelon ; Léger et Ébroïn (1712)

Dans la solitude, on y est sans fruit, quand on y est malgré soi.
Fénelon ; Léger et Ébroïn (1712)

On passe mal son temps à se croire toujours entre des poignards.
Fénelon ; Caligula et Néron (1712)

Le plus grand des plaisirs est de tromper un trompeur !
Fénelon ; Achille et Ulysse (1712)

La tyrannie est souvent plus funeste aux souverains qu'aux peuples.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

La simplicité est la droiture d'une âme qui s'interdit tout retour sur elle et sur ses actions.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Il y a une simplicité qui est un défaut, et il y a une simplicité qui est une merveilleuse vertu.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Je me hais souvent, et j'ai raison de me haïr. Quand je me trouve amolli par les plaisirs, jusqu'à supporter les vices des hommes, et prêt à leur complaire ; quand je sens réveiller en moi l'intérêt, la volupté, la sensibilité pour une vaine réputation parmi les sots et les méchants ; je me trouve presque semblable à eux, je me fais mon procès, je m'abhorre, et je ne puis me supporter.
Fénelon ; Socrate, Alcibiade et Timon (1712)

Dès qu'une tromperie en attire une autre, il n'y a plus rien d'assuré parmi les hommes.
Fénelon ; Charles Quint et François Ier (1712)

Un prisonnier qui a du courage se met en liberté dans sa prison.
Fénelon ; Charles Quint et François Ier (1712)

Avant de se jeter dans le péril, il faut le prévoir et le craindre : mais quand on y est, il ne reste plus qu'à le mépriser. Montrez un cœur plus grand que tous les maux qui vous menacent.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

L'amour-propre est un censeur âpre, rigoureux, soupçonneux et implacable.
Fénelon ; Lettre à la duchesse Douairière de Mortemart, le 11 octobre 1710.

Quiconque est capable de mentir est indigne d'être compté au nombre des hommes.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

Le malheur ajoute un nouveau lustre à la gloire des grands hommes.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

C'est la destinée de la vertu d'être livrée à la persécution des lâches et des méchants.
Fénelon ; Hercule et Thésée (1712)

Ceux qui veulent qu'on ne parle pas mal d'eux n'ont qu'une seule ressource, qui est de bien faire.
Fénelon ; Louis XI et Philippe de Commines (1712)

Il faut laisser les morts en paix, et ne jamais flétrir leur mémoire.
Fénelon ; Louis XI et Philippe de Commines (1712)

L'homme le plus heureux est celui qui croit l'être.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Qui ne craint point la mort est au-dessus de tout.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

L'amour-propre, avide et timide, craint toujours de manquer ; il s'accroche à tout comme une personne qui se noie, se prend à tout ce qu'il trouve, même à des ronces et à des épines, pour se sauver.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Les péchés sont entrés dans le monde par l'intempérance, c'est l'abstinence qui y ramène les vertus.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

La principale prudence consiste à parler peu, à se défier bien plus de soi que des autres.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Il n'y a ni vertu, ni vrai courage, ni gloire solide, sans humanité.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)