Gustave Flaubert

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Gustave Flaubert

Écrivain français né le 12 décembre 1821 à Rouen dans la Seine-Martime, Gustave Flaubert est mort foudroyé par une hémorragie cérébrale, à Croisset au hameau de Canteleu, le 8 mai 1880. Flaubert repose depuis le 11 mai 1880 au cimetière monumental de Rouen.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 97 citations de Gustave Flaubert :

Le pédantisme de la futilité m'exaspère. Bafouons le chic !
Gustave Flaubert ; Lettre à Guy de Maupassant, le 3 mai 1880.

Critique : Toujours éminent. Le critique est censé tout connaître, tout savoir, avoir tout lu, tout vu. Quand il vous déplaît, l'appeler Aristarque, ou eunuque.
Gustave Flaubert ; Le dictionnaire des idées reçues (1913)

Chien : Spécialement créé pour sauver la vie à son maître. Le chien est l'ami de l'homme.
Gustave Flaubert ; Le dictionnaire des idées reçues (1913)

Le rôle de confident, s'il est honorable, n'est pas toujours amusant, ni le calomnié du reste.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 30 avril 1847.

On n'a que faire journellement des grandes vertus ni des beaux dévouements, le caractère est tout.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 20 mars 1847.

Le bonheur n'est pas de chercher le bonheur, mais d'éviter l'ennui.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet (1846)

Candeur : Toujours adorable. On en est rempli ou on n'en a pas du tout.
Gustave Flaubert ; Le dictionnaire des idées reçues (1913)

La femme est belle quand un frisson d'amour la fait vibrer et trembler sous les baisers.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 21 septembre 1841.

Baiser : Dire embrasser, plus décent. Doux larcin. Le baiser se dépose sur le front d'une jeune fille, la joue d'une maman, la main d'une jolie femme, le cou d'un enfant, les lèvres d'une maîtresse.
Gustave Flaubert ; Le dictionnaire des idées reçues (1913)

Tu pioches ? C'est un peu humiliant, le travail est ce qui rabaisse l'homme ! Les sots prétendent que c'est là sa gloire, mais pour moi, c'est bien le signe de la malédiction divine, la marque d'une décadence.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 25 novembre 1841.

Heureux ceux qui ne doutent pas d'eux et qui allongent au courant de leur plume tout ce qui leur sort du cerveau ; moi j'hésite, je me trompe, je me dépite, j'ai peur.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet (1847)

Ce ne sont pas les grands malheurs qui sont à craindre dans la vie, mais les petits. J'ai plus peur de piqûres d'épingle que de coups de sabre, de même on n'a pas besoin à toute heure de dévouements et de sacrifices, mais il nous faut toujours de la part d'autrui des semblants d'amitié et d'affection, des attentions et des manières.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet (1847)

Rien ne se brise net dans le cœur ; les liens se dénouent d'eux-mêmes et ne se coupent pas ; l'arbre se pourrit sur pied et ne tombe pas en un seul jour.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 13 avril 1847.

Bataille : Toujours sanglante. Il y a toujours deux vainqueurs, le battant et le battu.
Gustave Flaubert ; Le dictionnaire des idées reçues (1913)

Ballons : Avec les ballons, on finira par aller dans la lune. On n'est pas près de les diriger.
Gustave Flaubert ; Le dictionnaire des idées reçues (1913)

Les plaisirs de la famille sont préférables aux plaisirs du monde, s'ils sont plus vertueux.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 25 novembre 1841.

La somme de félicité départie à chacun de nous est mince, et quand nous en avons dépensé quelque peu, nous sommes tout moroses.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 21 avril 1840.

Il est triste de ne pouvoir aller où l'on veut quand la fortune toujours nous lie les pieds.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet (1847)

Le plus grand supplice que l'on puisse endurer est de vivre avec des gens qu'on n'aime pas.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet (1847)

Le bonheur est un mensonge dont la recherche cause toutes les calamités de la vie. Mais il y a des paix sereines qui l'imitent et qui sont supérieures peut-être.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet (1847)

Après ne pas vivre avec ceux qu'on aime, le plus grand supplice est de vivre avec ceux que l'on n'aime pas, c'est-à-dire avec plus des trois quarts du genre humain.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 8 novembre 1847.

À mesure que je me détache des artistes, je m'enthousiasme davantage pour l'Art.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 12 août 1847.

Chaque jour je m'aperçois du peu que j'ai et la profondeur de mon vide n'est égale qu'à la patience que je mets à le contempler.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 20 mars 1847.

Quand on cherche le plaisir on le trouve. Mais le bonheur, c'est un usurier qui vous fait rendre cent pour dix.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 20 décembre 1846.

On ne meurt pas de malheur ; on en vit, ça engraisse.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 19 décembre 1846.

La colère n'a pas de force, c'est un colosse dont les genoux chancellent et qui se blesse lui-même encore plus que les autres.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 13 décembre 1846.

La vie doit être une éducation incessante, il faut tout apprendre depuis parler jusqu'à mourir.
Gustave Flaubert ; Les pensées (1915)

C'est une chose étrange et curieuse à la fois, pour un homme de bon sens, l'art que les femmes déploient pour vous forcer à les tromper ; elles vous rendent hypocrites malgré vous, et puis elles vous accusent d'avoir menti, de les avoir trahies.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet, le 30 septembre 1846.

Ah ! la faim ! ce mot-là, ou plutôt cette chose-là, a fait les révolutions ; elle en fera bien d'autres !
Gustave Flaubert ; Ecrits de jeunesse, Agonies (1964)

La vue de la bûche qui brûle dans ma cheminée me fait autant de plaisir qu'un paysage.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 9 mai 1852.