Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Jean Anouilh

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Jean Anouilh Écrivain et dramaturge français né le 23 juin 1910 à Bordeaux en Gironde, Jean Anouilh meurt à l'hôpital de Lausanne, en Suisse, le 3 octobre 1987 d'une crise cardiaque, à l'âge de 77 ans. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Ce dictionnaire vous propose 103 citations de Jean Anouilh :

Les apparences suffisent largement à faire un monde.
Jean Anouilh ; Le rendez-vous de Senlis (1937)
Ah ! nos nuits d'amour ! L'union des corps et des cœurs. L'instant, l'instant unique où on ne sait plus si c'est la chair ou si c'est l'âme qui palpite.
Jean Anouilh ; Eurydice (1942)
Le mariage, ma petite, c'est la robe ; après, évidemment, on a le mari !
Jean Anouilh ; Poissons rouges (1970)
Les femmes sont comme la soupe, il ne faut pas les laisser refroidir.
Jean Anouilh ; Ornifle (1955)
Les bonnes femmes, plus ça se lamente, plus c'est en train de penser à soi.
Jean Anouilh ; Cher Antoine ou l'amour raté (1969)
C'est ça la vie, penser à rien avec des copains qu'on aime bien.
Jean Anouilh ; Ne réveillez pas madame (1970)
Toute notre vie avec notre belle morale et notre chère liberté, cela consiste en fin de compte à nous accepter tels que nous sommes.
Jean Anouilh ; Le voyageur sans bagage (1937)
La dispute conjugale est un art, un art très ancien et très respectable.
Jean Anouilh ; Poissons rouges (1970)
On ne doit jamais battre une femme, même avec une fleur !
Jean Anouilh ; Tu étais si gentil quand tu étais petit (1972)
Les hommes vous supplient, on se croit la plus forte, et c'est vrai, pendant tout le temps qu'ils vous désirent, on peut tout. Leur argent, leur bonheur, leur famille, tout leur paraît vain. Mais si on laisse passer le bon moment, si on les laisse penser une seule fois, pendant une toute petite minute, qu'après tout ils pourraient vivre sans vous, c'est fini, ma belle ! Ils se retrouvent tout d'un coup avec leurs millions, leurs bonnes vies tranquilles, et toutes les autres jolies filles du monde, pour beaucoup moins cher, à leur disposition.
Jean Anouilh ; L'invitation au château (1947)
On prend toujours pour des imbéciles les gens qui ne se sentent pas comme vous.
Jean Anouilh ; Léocadia (1939)
il n'y a qu'un remède à l'amour : la fuite.
Jean Anouilh ; La répétition ou l'amour puni (1947)
Je ne saurai jamais si tu m'aimes vraiment et ce que cachent tes sourires ; et s'il t'advient de t'absenter une heure un jour, un ver me rongera le cœur à jamais. Car tu mentiras toujours et tu seras pour moi un éternel mystère... C'est cela vivre ! C'est cela être femme et aimer !
Jean Anouilh ; Cécile ou l'école des pères (1954)
La vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison.
Jean Anouilh ; Antigone (1944)
La vie est une eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir entre leurs doigts ouverts. Ferme tes mains, ferme tes mains, vite. Retiens-là.
Jean Anouilh ; Antigone (1944)
Les filles, c'est pur comme l'enfant, ça vous tend leur front pour le baiser du soir avec des yeux bien clairs où on peut lire jusqu'au fond, une dernière fois un soir. Et puis crac ! le lendemain matin, on les a pourtant enfermées à clef, on ne sait pas ce qui s'est passé, on ne peut plus rien y lire du tout, dans leurs yeux, ils vous fuient et elles vous mentent ! C'est devenu le diable.
Jean Anouilh ; L'alouette (1953)
L'amour, un temps prisonnier sur parole, s'étonne, s'ennuie, puis s'envole.
Jean Anouilh ; Le deux pigeons (1962)
Nous vivons dans un monde qui a complètement perdu l'usage du point-virgule, nous parlons tous par phrases inachevées, avec trois petits points sous-entendus, parce que nous ne trouvons jamais le mot juste.
Jean Anouilh ; La répétition ou l'amour puni (1947)
Le visage des vrais égoïstes est supportable ; on connaît le jeu, on est tous là pour le jouer ; mais celui des philanthropes est répugnant. On n'a pas le droit de ne penser à ce point qu'à soi-même !
Jean Anouilh ; Ornifle (1955)
Si tes amants t'ennuient, marie-toi, cela leur donnera du piquant.
Jean Anouilh ; Le bal des voleurs (1932)
Tout dans la vie est une question de volonté.
Jean Anouilh ; L'hermine (1932)
Le pain dont vivent les amants, c'est celui qu'on mange dans l'ombre, échappant à la loi des nombres, n'étant plus qu'un en étant deux.
Jean Anouilh ; Le deux pigeons (1962)
L'honnêteté n'est pas de tout repos, c'est entendu, mais ce n'est tout de même pas moi qui l'ai inventée !
Jean Anouilh ; Colombe (1974)
Il y a des êtres qui ont le génie de la solitude, ils ne savent pas retenir.
Jean Anouilh ; Cher Antoine ou l'amour raté (1969)
L'essentiel, quand on a un commandement, c'est de prendre une décision, quelle qu'elle soit. On s'effraie au début, puis avec l'expérience, on s'aperçoit que cela revient à peu près au même... quoi qu'on décide.
Jean Anouilh ; L'alouette (1953)
Il y a ainsi des êtres d'essence supérieure qui ne peuvent vivre qu'en beauté.
Jean Anouilh ; L'invitation au château (1947)
À vouloir être trop brillant, vous pensez faux !
Jean Anouilh ; Ardèle ou la Marguerite (1948)
N'aimer que soi, cela doit être bien monotone.
Jean Anouilh ; Cécile ou l'école des pères (1954)
Chacun de nous a un jour, plus ou moins lointain, où il doit accepter d'être un homme.
Jean Anouilh ; Antigone (1944)
Qui casse un œuf, casse un bœuf !
Jean Anouilh ; Les pièces farceuses, La culotte (1978)