Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Jean-Lucien Arréat

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Lucien Arréat Écrivain français né à Pertuis dans le Vaucluse le 27 décembre 1841, Lucien Arréat est décédé le 8 mars 1922 à Paris. Lauréat du concours Péreire, et outre ses pensées, Lucien Arréat a publié chez Alcan : Une éducation intellectuelle (1877), Journal d'un philosophe (1887), La morale dans le drame ( 1889), et bien d'autres oeuvres de qualités totalement à ce jour oubliées.

Ce dictionnaire vous propose 100 citations de Lucien Arréat :

Les lois ne sont pas l'expression de droits absolus ou de devoirs mystérieux ; elles sont des compromis entre des intérêts opposés.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Les naïfs soufflent dans le vent pour le pousser ; les habiles, pour qu'il les pousse.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
L'infini : Une situation de notre pensée, une valeur purement logique.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Une culotte usée sur les bancs de l'école ne fait pas un savant.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
L'émotion fait que je pense ; mais elle trouble sans cesse ma pensée.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Individu ou peuple, l'affaire est de se battre et de n'être point battu.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Je m'étonne de la quantité de choses auxquelles peut croire un homme qui dit ne croire à rien.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Ni la solidarité ni la justice ne supposent ou n'exigent l'égalité, qui n'existe pas. L'égalité ! Tous les faits nous disent le contraire. Est-ce qu'on parie contre un pur-sang pour une rosse ?
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
La pire ignorance est celle qui vient d'un peu de science.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
L'homme veut toujours plus de bien-être et moins de bienfaits.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Nos pensées pénibles sont comme les mouches : on les chasse, mais elles reviennent.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Les convictions fermes n'ont d'autre fondement que le vain souci de rester dans leur erreur.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Ni tous les vivants ne méritent leur renommée, ni tous les morts leur oubli.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Rien ne se perd, tout se transforme. Mais pour nous, changer, c'est finir.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
En général, les femmes affectent de bien connaître les hommes, les hommes de mal connaître les femmes. Il semble que ce soit un refuge que se ménage l'amour-propre de chacun des sexes : pour les femmes, une revanche de leur faiblesse ; pour les hommes, un adoucissement à leurs infortunes.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
La grande affaire est de vivre : il faut bien que tous nos systèmes s'en arrangent.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Le rêveur, impatient de progrès, met à l'avance les aiguilles de l'horloge ; mais l'événement, brusquement, les ramène à l'heure.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Le respect comporte l'estime de soi-même autant que le sentiment de la dignité d'autrui.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Ce qui importe dans la ferveur de l'adolescence, ce n'est pas le sujet de l'émotion, mais l'émotion elle-même.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Le vaniteux a soif de louanges ; l'orgueilleux, de domination.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Les êtres, l'être : que de disputes dans l'entre-deux d'un pluriel et d'un singulier !
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
La caresse d'un être aimé endort notre douleur mieux que tous les raisonnements du monde.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
À chaque famille qui s'éteint, c'est une force sociale qui se perd.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
La colère est une faiblesse qui humilie, quand elle n'est pas une erreur que l'on regrette.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
La beauté réside dans la forme ; la grâce dans les mouvements, le charme dans l'expression.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Tous les hommes sont mortels, mais chacun pour soi-même, n'y croit pas.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
À force de compliquer notre vie, nous ne savons plus jouir de la vie.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
La mélancolie des jeunes gens n'est que l'appétit du bonheur.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
Nous souffrons de ne pas aimer, et tous nos attachements finissent dans la douleur.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
On se flatte de laisser sa faute derrière soi, mais on la retrouve devant soi.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)