Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Rémy de Gourmont

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Rémy de Gourmont Écrivain, romancier et journaliste français né le 4 avril 1858 au manoir de la Motte à Bazoches-au-Houlme, près d'Argentan, dans l'Orne, Remy de Gourmont est décédé à Paris le 27 septembre 1915. Il meurt d'une congestion cérébrale, et repose au cimetière du Père-Lachaise à Paris. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Ce dictionnaire vous propose 139 citations de Rémy de Gourmont :

Mon bonheur à moi, c'est de lire en toi le divin poème que tu es.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
En amitié comme en amour, sait-on jamais ce qu'est un sentiment ? Où il commence, où il finit, s'il finit jamais ; on l'éprouve, voilà tout. Ce sentiment est. Ne pas lui demander autre chose, ne pas l'interroger. Surtout ne pas le contrarier, le laisser vivre librement.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
Je dois faire tant de choses qu'il y a des jours, du moins des heures, où je trouve préférable de ne rien faire du tout. Ce sont les moments où on sent le mieux la vie.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
Aimez : l'amour vous met au cœur un peu de joie ; aimez, l'amour allège : aimez, car le bonheur est pétri dans l'amour comme un lys dans la neige !
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
On sait comment on aime, on ne sait jamais comment on est aimé.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
Je passe pour insensible et dur, et j'aime qu'on le croie. J'ai tellement voulu refréner, et dominer ma sensibilité, que j'y suis parvenu, quelquefois trop bien. D'autres fois, cela m'échappe.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
De près, je traite un peu les personnes comme un tableau ou une statue, auxquels on n'a pas l'idée de confier le plaisir que leur présence vous donne.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
Il y a des hommes n'ayant pour mission parmi les autres que de servir d'intermédiaires : on les franchit comme des ponts, et l'on va plus loin.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
Je suis difficile à séduire. Mon premier mouvement est de rentrer dans ma coquille. Pourtant, malgré cet instinct, je me souviens fort bien que je fus frappé, en te voyant, la première fois, par l'absence de coquetterie, que j'ai en horreur et qui me glace.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
Le naturel est très rare chez une femme, il faut y être préparé.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
L'amour est toujours triste, parce qu'il est toujours passé quand on s'en aperçoit : se souvenir, c'est la vie même.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
La petite fille n'attend pas de sa poupée une déclaration de tendresse. Elle l'aime, et voilà tout. C'est ainsi qu'il faut aimer.
Rémy de Gourmont ; Des pas sur le sable (1914)
La maladie, la vieillesse, la mort, trois grandes humiliations pour l'homme.
Rémy de Gourmont ; Des pas sur le sable (1914)
Tout s'arrange très bien avec de l'amitié et de la confiance.
Rémy de Gourmont ; Les lettres à Francis Jammes (1906)
Le Sourire est un dieu charmant, un Dieu charmeur. Ah ! chère, il t'aime, il vient à toi, en roi. Il installe son charme et sa grâce en ton cœur : Il adore tes lèvres, tes yeux, tes dents, ta voix.
Rémy de Gourmont ; Les lettres à Sixtine (1921)
Le Sourire est un dieu charmant, mais si léger qu'il ne pèse pas plus qu'un oiseau sur la branche : Il voltige et s'envole, il déjoue les aguets ; quand on croit le tenir, il a fui comme un charme ; pas plus qu'une hirondelle on ne le prend au piège, et s'il était captif, il mourrait dans sa cage.
Rémy de Gourmont ; Les lettres à Sixtine (1921)
Tu me déplais avec ta face noire et borgne, je t'aimerais mieux aveugle.
Rémy de Gourmont ; Judith Gautier (1904)
Les trois quarts des divorces actuels ont pour mobiles la basse recherche des plaisirs sûrs, la peur d'une souffrance, la lâcheté, en un mot. Des facilités plus grandes pour divorcer y ajouteraient le goût du dévergondage, le plaisir du changement, le caprice.
Rémy de Gourmont ; Les réflexions sur la vie (1895-1898)
Jadis, je partais après déjeuner à la chasse au bonheur. Je ne l'ai jamais rencontré et cela ne me décourageait pas, car j'avais vu son ombre passer et cela avait suffi pour me tendre les nerfs et me remuer le cœur. Quel jour me suis-je découragé, quel jour d'amertume et de désolation ? Ah ! je me souviens. Ce jour-là le grand oiseau m'avait frôlé la joue, et j'avais saisi son aile errante : une plume m'en resta aux doigts. C'est avec cela que j'écris quand je ne contemple pas les mouvements de mon chat et les joies que lui donnent les moineaux. Mais je la cache. Il ne faut pas qu'il apprenne que l'on peut parfois arracher une plume aux ailes du bonheur, une plume vaine, une plume morte et qui n'est bonne qu'à écrire l'histoire des rêves dont on a vu passer l'ombre ou les ailes au-dessus de la vie.
Rémy de Gourmont ; La physique de l'amour (1903)
Tous les jours, après déjeuner, mon chat commence, comme un héros de Stendhal, sa chasse au bonheur. On a jeté du grain ou émietté du pain sur une corniche, vers laquelle trois fenêtres convergent et le voilà occupé à aller de l'une à l'autre au guet des moineaux. Il n'en a jamais pris un seul, jamais, parce que, de ces trois fenêtres, l'une est grillée et les autres toujours fermées. Cela ne le décourage pas et son émotion est toujours pareille, lorsqu'il aperçoit, à travers la vitre, ou à travers le lacis de fil de fer, l'oiseau de ses rêves. Il se tapit, puis il se dresse, les pattes crispées, un petit cri de concupiscence sort de sa gorge, toute sa fourrure frissonne. Quand les oiseaux s'envolent, il les suit des yeux, il court à la seconde fenêtre, à la troisième : il n'a pas un moment de répit. Enfin, lassé, non d'avoir en vain poursuivi son désir, mais d'avoir tant couru, il se pose sur un fauteuil, les pattes sous le ventre, la tête dans le cou et il s'endort.
Rémy de Gourmont ; La physique de l'amour (1903)
C'est pour avoir voulu concilier l'amour et le mariage qu'on aboutit si souvent au mariage malheureux, au mariage dont la solution la moins tragique est encore le divorce. L'amour est passager, mais le mariage se présente sous des aspects d'éternité.
Rémy de Gourmont ; Les petits crayons (1921)
Il n'y a point d'abîme entre l'homme et l'animal, les deux domaines sont séparés par un tout petit ruisseau qu'enjamberait un enfant. Nous sommes des animaux ; nous vivons des animaux et des animaux vivent de nous. Nous sommes parasités et nous sommes parasites. Nous sommes prédateurs et nous sommes la proie vivante des prédateurs. Et quand nous faisons l'amour, c'est bien, selon l'expression des théologiens, more bestiarum. L'amour est profondément animal, c'est sa beauté.
Rémy de Gourmont ; La physique de l'amour (1903)
Un livre sur l'amour est un livre d'aveux. C'est une confession psychologique et un rapport médical. Et ceci me semble d'autant plus véridique que l'on n'écrit jamais sur l'amour en état de santé parfaite. Il faut pour cela être malade de corps ou de sentiment, éprouver des troubles physiques ou psychologiques. Un homme parfaitement sain, jeune, fort et joyeux, fait l'amour et n'écrit pas sur l'amour.
Rémy de Gourmont ; Les promenades philosophiques (1905)
Toute atteinte à la liberté de l'amour est une protection accordée au vice. Quand on barre un fleuve, il déborde ; quand on comprime une passion, elle déraille.
Rémy de Gourmont ; La culture des idées (1900)
L'amour est un choix perpétuel. Il exige une liberté perpétuelle, car, sans liberté, il n'y a pas de choix. Il faut pouvoir s'en aller à tout instant.
Rémy de Gourmont ; Les réflexions sur la vie (1895-1898)
On peut s'embrasser sans s'aimer ; les soldats se battent bien sans se haïr.
Rémy de Gourmont ; Les promenades littéraires (1904)
Le bonheur, c'est du plaisir à deux.
Rémy de Gourmont ; Les promenades littéraires (1904)
La beauté est une femme, et la femme est la beauté.
Rémy de Gourmont ; La culture des idées (1900)
Dans le duel du chêne et du vent, c'est le roseau qui est balayé.
Rémy de Gourmont ; Les réflexions sur la vie (1895-1898)
En amour le contraire de ce qui est vrai est vrai aussi.
Rémy de Gourmont ; Les pensées inédites (1920)
Pour plaire, il faut prendre ce qui plaît à celles qui plaisent.
Rémy de Gourmont ; Les histoires magiques (1894)
Il faut, en état de déréliction, regarder autour de soi : d'autres douleurs s'exhalent, et cela console.
Rémy de Gourmont ; Les histoires magiques (1894)
En province les proverbes, cette archéologie grammaticale, sont encore monnaie courante de conversation : cela permet de ne rien dire du tout en ayant l'air de dire beaucoup.
Rémy de Gourmont ; Sixtine (1890)
Que celui qui veut parler avec moi apprenne ma langue.
Rémy de Gourmont ; Les réflexions sur la vie (1895-1898)
Les hommes sont loquaces. Pourquoi parlent-ils, la plupart du temps ? Pour parler ! Ainsi chantent les oiseaux. Voyez un paon, c'est une bête calme, quoique vaniteuse. Elle exécute lentement son petit tour de l'éventail, replie ses plumes, paraît méditer, puis tout à coup s'élance en grinçant comme une barrière. Qui saura pourquoi ce paon soudain parle ? Et cet homme, pourquoi ?
Rémy de Gourmont ; Les réflexions sur la vie (1895-1898)
Quand une femme s'endort la tête sur l'épaule de son amant, elle est toujours chaste.
Rémy de Gourmont ; Les lettres à l'Amazone (1914)
Préférez toujours la finesse à la force, et la ruse à la violence.
Rémy de Gourmont ; La culture des idées (1900)
Moi, je rêve si fortement, qu'il n'y a aucune lacune entre mes songes et ma vie.
Rémy de Gourmont ; Le château singulier (1894)
Le savoir commence là où commence ce que le monde ignore.
Remy de Gourmont ; Des pas sur le sable (1914)
Ce qu'il y a de terrible quand on cherche la vérité, c'est qu'on la trouve.
Rémy de Gourmont ; Des pas sur le sable (1914)