Ximénès Doudan

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Ximénès Doudan
Critique et moraliste français né à Douai en 1800 dans le département du Nord en région Hauts-de-France, Ximénès Doudan est décédé le 20 août 1872 à Paris. L'intégralité de son œuvre ne fut découverte qu'à titre posthume. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 32 citations de Ximénès Doudan :

Les souvenirs d'enfance prennent, peu à peu, en vieillissant, le caractère de l'idéal.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Diviser son temps pour mieux avancer : un remède et un allègement.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Il ne faut jamais quitter son mari parce que cela fait trop de peine de le revoir.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Être en équilibre en soi, ou prendre son équilibre dans le milieu où l'on vit : deux classes d'hommes.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Les nouvelles idées fausses sont plus puissantes que les vieilles.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Il y a dans l'art d'écrire quelque chose que les jolies femmes ont dans l'art de s'habiller.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
La patience ne peut guère aller loin si elle ne chemine en compagnie de l'action.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Tout, au-dehors, dit à l'individu qu'il n'est rien. Tout, au-dedans, lui persuade qu'il est tout.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Celui-là seul aime la nature qui tire des idées morales des spectacles du monde extérieur.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
L'homme a encore plus le désir de la beauté qu'il n'en a la connaissance ; de là les caprices de la mode.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Une belle femme, pour séduire et étonner, doit avoir les traits communs et fondamentaux de son sexe. Ce qu'elle a de particulier et de charmant, n'est charmant qu'à la condition d'apparaître sur ce fonds commun de nature féminine.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Il faut une grande force d'esprit pour retrouver le bien dans la morale professée par un sot circonspect ; moins d'esprit expose à le prendre en quelque dédain.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Que chacun respecte les croyances d'autrui ; qu'il n'abuse point de sa force pour détruire ce qu'il ne saurait remplacer, mais que chacun aussi sache discerner et confesser résolument ses doutes, s'il en est requis.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Être sincère, c'est la grande condition de l'être moral.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Il faut faire ce qui est décidé, et ne se reposer que par force.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
L'homme doit s'accoutumer à vivre au milieu des problèmes, sans quoi il passera les trois quarts de sa vie à attendre le repos. Il doit avoir en soi le principe de son repos ; et ce repos, au-dessus des soucis et des problèmes, ne se trouve que dans l'action.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
L'habitude amène l'ennui de ce qui a trop duré.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Il faut l'imagination des autres à ceux qui n'en ont pas. Ceux qui en ont en mettent partout.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Les vieilles idées sont des préjugés, et les nouvelles bien souvent des caprices.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Il y a une prétendue bienveillance dans les jugements sur les uns qui vient de l'hostilité contre les autres.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Ce que pensent et ce que disent et ce que font les gens en succès est pris pour règle, disons même, pour axiome. Mais après leur chute ou leur défaite, l'axiome est comme convaincu d'impuissance, et on recommence à juger.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
La nature humaine n'est pas très riche. Lui demander l'harmonie en dehors de la médiocrité est injuste. De là les ridicules des honnêtes gens.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Il y a quelque fantaisie de se faire exorciser, bien que cette cérémonie ne soit plus guère en usage dans l'Église. Aujourd'hui, c'est l'homéopathie qui a remplacé l'exorcisme.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
La loi du progrès, seule consolation des êtres qui ne sont pas parfaits.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Dans un pays que la guerre a ravagé, on rencontre des maisons qui n'ont plus d'occupants et dont le toit tombe en débris. Ceux qui ont habité longtemps dans ces demeures ont tous péri. Il n'y a plus personne pour les peupler de souvenirs, et pourtant elles racontaient à ses anciens hôtes toute l'histoire du passé. Nul n'est là pour entendre le doux et triste langage des temps évanouis.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
La pensée de la mort nous fait songer à ceux qu'on va quitter, à ceux que l'on ne reverra plus.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Il faut se parler à soi-même. La parole donne aux pensées, outre la précision, l'autorité.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Ne dites rien contre l'affectation du style ; c'est bien souvent un travail nécessaire pour faire sortir sa pensée du marbre où elle est enfermée.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
La mesure dans l'expression, c'est l'entente avec les lois impérieuses de la morale et du monde.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Un excellent précepte pour l'art d'écrire : sachez nettement ce dont vous avez besoin, termes et expressions, et vous le trouverez.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
L'habitude des plus grandes idées les ternit. La littérature en change l'aspect et leur rend leur éclat.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)
Les esprits qui ont le plus de couleur et de pensées mêlées à l'imagination sont ceux qui sont les plus paresseux à produire parce que le travail de reproduire cette confusion est difficile. Les esprits secs et froids et nets sont productifs. Ils n'ont que la peine de décalquer un trait fort simple.
Ximénès Doudan ; Les pensées, essais et maximes (1880)