Émile de Girardin, né Émile Delamothe

Quelques mots sur l'auteur :

Émile de Girardin

Journaliste et homme politique français né le 21 juin 1802 à Paris, Émile de Girardin est décédé le 27 avril 1881 dans sa ville natale. Fondateur du quotidien la Presse en 1836, il épouse en juin 1831 Delphine Gay (femme de lettres française) connue pour ses talents littéraires.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 60 citations de Émile de Girardin :

Quand on n'est pas le plus fort, il faut être le plus courageux.
Émile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Il est plus facile d'armer les nations que de les désarmer.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

L'instruction est à l'homme ce que la charrue est à la terre.
Émile de Girardin ; De l'Instruction Publique (1838)

La pire des tartuferies est celle de l'égoïsme.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Il n'y a de paix durable que celle qui ne s'achète au prix d'aucune faiblesse.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

L'orgueil fait repousser comme mauvaises les meilleures idées.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

L'homme qui renie son opinion par intérêt est un drôle.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Une grande nation n'a que cette seule alternative : Conquérir ou Civiliser.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

L'influence d'une grande nation est dans la sagesse de ses lois, la plénitude de ses libertés, l'essor de sa prospérité et l'ordre de ses finances.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Le monde, dans ses combinaisons, est moins varié qu'il ne le paraît : les mêmes fruits sont portés chaque année par les mêmes arbres ; les mêmes conséquences sont ramenées par les mêmes causes ; les mêmes expiations rappellent les mêmes fautes.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Le salaire des ministres peut être faible ou nul, sans inconvénient, parce que les fonctions ministérielles ne doivent pas être une carrière, mais un acte de dévouement à ses idées, à ses convictions, à son pays.
Émile de Girardin ; Questions de mon temps (1836 à 1846)

Un ministère ne tombe jamais que sous le poids de ses fautes. Loin de l'ébranler, les attaques injustes, les accusations exagérées ne servent qu'à l'affermir. Elles exercent sur lui l'action du marteau qui enfonce le clou sur lequel il frappe. Elles le fortifient par la lutte ; elles le grandissent par le triomphe.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Vouloir faire marcher en avant un ministère sans idées, autant vaudrait entreprendre de faire remorquer un convoi par une locomotive sans combustible !
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Tuer le meurtrier, c'est l'absoudre par imitation.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

L'art de gouverner, c'est l'art de choisir ses hommes.
Émile de Girardin ; Études politiques (1838)

Gouverner, c'est prévoir ; et ne rien prévoir, c'est courir à sa perte.
Émile de Girardin ; La politique universelle (1852)

Semez le mensonge, il n'en sortira jamais que complications, périls, honte, faiblesse et témérité.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Ce qu'il y a de pire, ce n'est pas la médiocrité proprement dite : c'est la médiocrité satisfaite d'elle-même ; c'est la médiocrité qui prend pour le but le point où elle s'arrête à mi-chemin et quelquefois même au premier pas.
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Par la maternité, la femme se relève et s'élève. Elle n'est plus irresponsable et désœuvrée. Elle tient dans ses mains — elle le sait — l'œuvre de l'avenir, et elle en répond. La trame qu'elle ourdit est celle de l'humanité. La fonction qu'elle accomplit est la plus haute, la plus noble, la plus difficile de toutes les fonctions. En est-il, en effet, de plus difficile, de plus noble et de plus haute que celle de concevoir un enfant, de le porter neuf mois dans ses entrailles, de lui donner la vie au risque de perdre la sienne, de l'allaiter pendant plus d'une année, de l'élever, de l'instruire, de discerner ses qualités, de reconnaître ses défauts, de former son caractère, son cœur et son esprit ?
Emile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Qui veut marcher droit, vite et sûrement, doit regarder ce qui est devant et non ce qui est derrière.
Émile de Girardin ; Pensées et maximes (1867)

Enfermer un malfaiteur avec des malfaiteurs plus pervertis que lui, ce n'est pas le punir, c'est encore moins le corriger ; c'est faire descendre dans son cœur le ressentiment, ce n'est pas faire monter la honte à son front !
Émile de Girardin ; Du droit de punir (1871)

Le droit de punir commence par n'être que la satisfaction du besoin de vengeance.
Émile de Girardin ; Du droit de punir (1871)

On n'a le droit, sous aucun prétexte, de tuer, de violer, ni de voler.
Émile de Girardin ; Du droit de punir (1871)

Tuer un homme et lui voler l'argent qu'il possède est un acte criminel puni par la justice. Tuer cinq cent mille hommes et leur voler le sol sur lequel ils étaient nés est un acte glorieux, immortalisé par l'histoire ! A-t-on ouvert le cerveau humain pour vérifier si entre le meurtre et le vol glorifiés et le meurtre et le vol qualifiés il y a une séparation qui empêche la confusion et mette à l'abri de la méprise la logique laissée par l'ignorance à l'état brut et primitif ?
Émile de Girardin ; Du droit de punir (1871)

La vie qu'on ôte à l'assassin ne rend pas la vie à la victime.
Émile de Girardin ; Du droit de punir (1871)