Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Émile de Girardin, né Émile Delamothe (2)

Les citations célèbres de Émile de Girardin :

L'objection est à l'idée ce que le poids dans la balance est à l'objet qu'il sert à peser. Par la force ou la faiblesse des objections, on juge de la justesse ou de la fausseté des idées.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
La France est une nation prodigue et routinière... Nous n'avons pas de scrupules lorsqu'il s'agit de dépenser follement l'argent des contribuables ; nous ne ressentons de craintes que lorsqu'il s'agit de l'employer utilement. C'est, en effet, l'esprit de tous les prodigues qui se ruinent : il n'y a jamais pour eux de placements ni assez sûrs ni assez avantageux !
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Ce qu'il faut désormais aux nations, ce sont moins des additions de territoires que des certitudes de débouchés ; or, des débouchés ne se conquièrent pas la baïonnette au bout du fusil: ils se conquièrent en vendant et en transportant à meilleur marché que ses concurrents les produits de son sol ou de son industrie.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Une grande nation n'a que cette seule alternative : Conquérir ou Civiliser.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
L'influence d'une grande nation est dans la sagesse de ses lois, la plénitude de ses libertés, l'essor de sa prospérité et l'ordre de ses finances.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Il y a deux dictionnaires : le dictionnaire à l'usage des gens, y compris la plupart des diplomates, qui parlent pour ne rien dire ; et le dictionnaire à l'usage des penseurs, qui parlent pour donner à leur pensée un corps qui la rende saisissable. Rien de plus dangereux que les mots qui ne sont pas réellement des noms. Il n'est pas un seul de ces mots qui n'ait été couvert de sang.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
De toutes parts, le vieux monde s'écroule ; de toutes parts, le nouveau monde s'élève. L'un entre au tombeau ; l'autre sort du berceau.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Le monde, dans ses combinaisons, est moins varié qu'il ne le paraît : les mêmes fruits sont portés chaque année par les mêmes arbres ; les mêmes conséquences sont ramenées par les mêmes causes ; les mêmes expiations rappellent les mêmes fautes.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
La modestie est comme l'ombre qui fait valoir la lumière, c'est la chasteté du mérite, c'est la virginité des belles âmes.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
On ne brise pas impunément tous les ressorts du travail, tous les anneaux du crédit : car, parvenue à un certain degré, la misère est un torrent qui renverse et emporte toutes les digues.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
La misère publique est la cuve où toutes les passions fermentent !
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
La misère méritée est la sanction pénale de la paresse et de l'inconduite.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Le salaire des ministres peut être faible ou nul, sans inconvénient, parce que les fonctions ministérielles ne doivent pas être une carrière, mais un acte de dévouement à ses idées, à ses convictions, à son pays.
Émile de Girardin ; Les questions de mon temps (1836-1846)
Partagez le commandement d'une armée entre neuf généraux de division, imposez-leur l'obligation de ne livrer de batailles qu'après en avoir soumis le plan à la majorité des voix, et vous me direz combien de victoires vous aurez... perdues !
Émile de Girardin ; Les questions de mon temps (1836-1846)
Tout ministère qui ne se résume pas dans un homme, dans une volonté, tout ministère qui sera composé de neuf membres, tout ministère qui aura besoin de délibérer sur tout sera faible : car il ne pourra prendre de grand parti sur rien; il manquera de spontanéité, d'initiative, de décision ; il emploiera à vaincre la difficulté de se réunir et de se mettre d'accord le temps qu'il devrait réserver à l'étude des questions, à la maturité des solutions, à la vérification des idées.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Un ministère ne tombe jamais que sous le poids de ses fautes. Loin de l'ébranler, les attaques injustes, les accusations exagérées ne servent qu'à l'affermir. Elles exercent sur lui l'action du marteau qui enfonce le clou sur lequel il frappe. Elles le fortifient par la lutte ; elles le grandissent par le triomphe.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Vouloir faire marcher en avant un ministère sans idées, autant vaudrait entreprendre de faire remorquer un convoi par une locomotive sans combustible !
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Autorité et mensonge, prestige et mauvaise foi, ce sont là des choses qui s'excluent.
Émile de Girardin ; Questions politiques (1858)
L'art de gouverner, c'est l'art de choisir ses hommes.
Émile de Girardin ; Études politiques (1838)
La paix, comme la guerre, a ses champs de bataille ; il ne suffit pas qu'un peuple soit brave devant la mort, il faut encore qu'il soit brave devant la liberté, et que, pour un petit péril et un petit mal, il ne renonce pas à une grande victoire et à un grand bien. Lorsqu'un peuple est brave devant la liberté, la confiance qu'il puise en lui-même lui fait traverser sans émotion les crises les plus graves. Il ne s'effraye de rien, parce qu'il calcule tout.
Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Semez le mensonge, il n'en sortira jamais que complications, périls, honte, faiblesse et témérité.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Le plus respectable des sentiments est celui de la fidélité.
Émile de Girardin ; Questions politiques (1858)
Ce qu'il y a de pire, ce n'est pas la médiocrité proprement dite : c'est la médiocrité satisfaite d'elle-même ; c'est la médiocrité qui prend pour le but le point où elle s'arrête à mi-chemin et quelquefois même au premier pas.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Par la maternité, la femme se relève et s'élève. Elle n'est plus irresponsable et désœuvrée. Elle tient dans ses mains — elle le sait — l'œuvre de l'avenir, et elle en répond. La trame qu'elle ourdit est celle de l'humanité. La fonction qu'elle accomplit est la plus haute, la plus noble, la plus difficile de toutes les fonctions. En est-il, en effet, de plus difficile, de plus noble et de plus haute que celle de concevoir un enfant, de le porter neuf mois dans ses entrailles, de lui donner la vie au risque de perdre la sienne, de l'allaiter pendant plus d'une année, de l'élever, de l'instruire, de discerner ses qualités, de reconnaître ses défauts, de former son caractère, son cœur et son esprit ?
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
C'est par la clémence souveraine s'exerçant librement que se manifestent et se prouvent la modération et la fermeté d'un système politique. La clémence est un gage de force accordé par la confiance du souverain à la sécurité publique.
Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Le droit de punir commence par n'être que la satisfaction du besoin de vengeance.
Émile de Girardin ; Du droit de punir (1871)
On n'a le droit, sous aucun prétexte, de tuer, de violer, ni de voler.
Émile de Girardin ; Du droit de punir (1871)
Tuer un homme et lui voler l'argent qu'il possède est un acte criminel puni par la justice. Tuer cinq cent mille hommes et leur voler le sol sur lequel ils étaient nés est un acte glorieux, immortalisé par l'histoire ! A-t-on ouvert le cerveau humain pour vérifier si entre le meurtre et le vol glorifiés et le meurtre et le vol qualifiés il y a une séparation qui empêche la confusion et mette à l'abri de la méprise la logique laissée par l'ignorance à l'état brut et primitif ?
Émile de Girardin ; Du droit de punir (1871)
Qui assure ses arrières n'est jamais dépourvu.
Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
L'apprenti, la plupart du temps, n'est que le domestique de l'atelier.
Émile de Girardin ; La liberté dans le mariage par l'égalité (1854)
La force n'engendre que la force.
Émile de Girardin ; Paix et liberté (1864)
Ouvriers sans travail ; gouvernement sans idées.
Émile de Girardin ; Pouvoir et impuissance (1865)
L'hypocrisie a des alliés et des cautions que la vertu n'a pas.
Émile de Girardin ; La politique universelle (1852)
La liberté, c'est le mouvement ; l'autorité, c'est l'immobilité.
Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
La division tue ; l'unité vivifie.
Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Où l'on reconnaît qu'un gouvernement a été sage, habile, prudent, prévoyant c'est alors que, soumis à des épreuves difficiles, il en triomphe facilement.
Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Quand la douleur absorbe les facultés, on ne cherche pas les remèdes, on les évite.
Émile de Girardin ; Émile (1827)
Aimer la liberté, c'est aimer l'ordre qui en est à la fois la conséquence et la garantie.
Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Avec l'autorité, rien de plus difficile que de gouverner ; avec la liberté, rien de plus facile.
Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
L'art de gouverner, c'est l'art d'accroître le bien-être et la moralité d'un peuple.
Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Qui dit concurrence dit rivalité.
Émile de Girardin ; Les questions de mon temps (1836-1846)
Tout le monde parle de progrès, et personne ne sort de la routine.
Émile de Girardin ; Les questions de mon temps (1836-1846)
L'esprit d'exclusion engendre l'esprit d'exclusion.
Émile de Girardin ; L'ornière (1871)
La tolérance est la corruption du sentiment de la liberté. Pourquoi j'aime la liberté et pourquoi je n'aime pas la tolérance, c'est que la tolérance est toujours et inévitablement l'arbitraire et l'inégalité. Si elle n'était jamais ni l'inégalité ni l'arbitraire, elle serait la liberté sous un autre nom, et que m'importerait le nom si j'avais la chose !
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Il n'y a que deux manières de commander la confiance : par la prudence ou par l'audace.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
L'Anglais a la crainte du péril et l'amour de la loi ; le Français a la haine de la loi et le mépris du danger.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Il y a des passions qu'il ne faut jamais déchaîner.
Emile de Girardin ; Les questions de mon temps (1836-1846)
Je crois à la force de la patience, mais je ne la confonds pas avec la prodigalité du temps.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)
Qui a raison finit toujours par être le plus fort : ce n'est qu'une question de temps et de patience.
Emile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)

La liste des auteurs populaires :