Recueil de poésie et de citations ainsi que des proverbes.

Simone de Beauvoir (2)

Les citations célèbres de Simone de Beauvoir :

Il n'est pire amertume que de se sentir la fleur, le parfum, le trésor qu'aucun désir n'exige : qu'est-ce qu'une richesse qui ne m'enrichit pas moi-même, et dont personne ne souhaite le don ?

Simone de Beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Quand on a été mal aimé dans son enfance et qu'on a adopté le point de vue de ses parents, on a constitué de soi une image déplaisante dont on ne se débarrasse jamais.

Simone de Beauvoir - Tout compte fait (1972)

Un sot ne doit prendre à son gré la sottise pour une vertu.

Simone de Beauvoir - Pyrrhus et Cinéas (1944)

Certaines femmes sont des « pondeuses » plutôt que des mères.

Simone de beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Mentir, c'est offenser Dieu.

Simone de Beauvoir - Mémoires d'une jeune fille rangée (1958)

La femme est ce que son mari la fait, c'est à lui de la former.

Simone de Beauvoir - Mémoires d'une jeune fille rangée (1958)

Beaucoup de femmes ne s'abandonnent à l'amour que si elles sont aimées en retour, et l'amour qu'on leur manifeste suffit parfois à les rendre amoureuses.

Simone de Beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Un vaniteux béat peut être d'agréable commerce, encore qu'il parle trop de soi, mais il prête à rire.

Simone de Beauvoir - La force des choses (1963)

Un jobard prend pour argent comptant toutes les politesses.

Simone de Beauvoir - La force des choses (1963)

Pour la première fois, dans l'angoisse et dans la tendresse, un homme désirait une femme, pour la première fois une femme se sentait devenir entre les bras d'un homme une idole de chair. Un printemps neuf fleurissait, unique comme chaque printemps.

Simone de Beauvoir - Tous les hommes sont mortels (1946)

Il y a des moments où le temps s'arrête. Des moments où l'on est par-delà la vie et où l'on voit. Et puis le temps se remet en marche, le cœur bat, vous tendez la main, vous avancez le pied ; vous savez encore mais vous ne voyez plus.

Simone de Beauvoir - Tous les hommes sont mortels (1946)

Qu'était-ce qu'aimer, pour lui, aujourd'hui ? Il tenait à moi comme à une vieille habitude mais je ne lui apportais plus aucune joie.

Simone de Beauvoir - L'âge de discrétion (1967)

Il n'y a pas une grande distance entre la trahison de l'absence et l'infidélité.

Simone de Beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Jouir d'un bien, c'est en user, c'est se jeter avec lui vers l'avenir.

Simone de Beauvoir - Pyrrhus et Cinéas (1944)

Trahie, abandonnée, oui ; une blessure trop saignante pour que je supporte d'en parler. Nous sommes retombés dans le silence. Allait-il s'établir définitivement entre nous ? Un couple qui continue parce qu'il a commencé, sans autre raison : était-ce cela que nous étions en train de devenir ? Passer encore quinze ans, vingt ans, sans grief particulier, sans animosité, mais chacun dans sa gangue, rivé sur son problème, ruminant son échec personnel, toute parole devenue vaine ?

Simone de Beauvoir - L'âge de discrétion (1967)

Deux êtres qui s'aiment, assis à côté l'un de l'autre, sont encore deux êtres solitaires.

Simone de Beauvoir - Quand prime le spirituel (1979)

Point de passion qui s'allie mieux à la luxure que l'ivrognerie et la gourmandise.

Simone de Beauvoir - Faut-il brûler Sade ? (1972)

Tes seins blancs sont meilleurs à ma bouche gourmande que la fraise des bois.

Simone de Beauvoir - Mémoires d'une jeune fille rangée (1958)

Ce qu'il y a de plus scandaleux dans le scandale, c'est qu'on s'y habitue.

Simone de Beauvoir - Djamila Boupacha (1962)

Mon pessimisme n'est qu'une forme de l'optimisme.

Simone de Beauvoir - Lettre aux Américains (1949)

Quand on veut rompre, on écrit, pour annoncer la rupture.

Simone de beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Une amoureuse sincère se contente d'être glorifiée en un cœur.

Simone de beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Tout adulte est un juge.

Simone de Beauvoir - Les Mandarins (1954)

L'adolescence est le passage entre le monde donné de l'enfance et l'existence d'homme à fonder.

Simone de Beauvoir - L'Amérique au jour le jour (1948)

Rares sont les femmes qui savent créer avec leur partenaire un libre rapport.

Simone de Beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Les femmes se forgent elles-mêmes les chaînes dont l'homme ne souhaite pas les charger.

Simone de Beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Le suicide seul réalise l'égoïsme de manière définitive.

Simone de Beauvoir - Faut-il brûler Sade ? (1972)

Mieux vaut vivre étourdiment que plier sous l'ennui et le dégoût.

Simone de Beauvoir - Cahiers de jeunesse (1926-1930)

Les innocents ne peuvent toujours servir de boucliers aux coupables.

Simone de Beauvoir - Djamila Boupacha (1962)

Vouloir, c'est s'engager à persévérer dans sa volonté.

Simone de Beauvoir - Pour une morale de l'ambiguïté (1947)

L'homme qui a gagné une fortune songe aussitôt à en gagner une autre.

Simone de Beauvoir - Pour une morale de l'ambiguïté (1947)

Un peu de bonté sied : après tout, on n'est pas des brutes !

Simone de Beauvoir - L'existentialisme et la sagesse des nations (1948)

Il faut toujours miser sur la réussite.

Simone de Beauvoir - L'invitée (1943)

On ne gagne rien sans perdre quelque chose.

Simone de Beauvoir - Tout compte fait (1972)

Il faut considérer la vie comme une partie que l'on peut gagner ou perdre.

Simone de Beauvoir - Pour une morale de l'ambiguïté (1947)

Le sentiment ne résiste ni à la vie quotidienne ni à l'absence.

Simone de Beauvoir - L'existentialisme et la sagesse des nations (1948)

Le cœur de l'homme est un mécanisme grossier dont le seul ressort profond est l'intérêt.

Simone de Beauvoir - L'existentialisme et la sagesse des nations (1948)

Tout régime progressiste combat l'analphabétisme.

Simone de Beauvoir - Faut-il brûler Sade ? (1972)

Un mariage raté est un mariage où l'amour s'est éteint.

Simone de Beauvoir - Questions féministes (1978)

Je t'aime de toutes mes forces.

Simone de Beauvoir - Les lettres au Castor (1926-1939)

Si tu m'aimes comme je t'aime, pourquoi perdre les trois quarts de notre vie à attendre ?

Simone de Beauvoir - Les Mandarins (1954)

On peut s'attendre dans le bonheur quand on s'aime assez fort.

Simone de Beauvoir - Les Mandarins (1954)

Le bonheur est une vocation moins commune qu'on imagine.

Simone de Beauvoir - La force de l'âge (1960)

La vérité est indestructible, le temps n'y change rien.

Simone de Beauvoir - La femme rompue (1967)

Je t'aime, je t'aimerai toujours, malgré tout.

Simone de Beauvoir - Quand prime le spirituel (1979)

Je t'aime, mets-toi ça dans la tête !

Simone de Beauvoir - Les Mandarins (1954)

Un père qui pardonne est la plus parfaite image de la Divinité.

Simone de Beauvoir - La vieillesse (1970)

Une liberté qui ne s'emploie qu'à nier la liberté doit être niée.

Simone de Beauvoir - Pour une morale de l'ambiguïté (1947)

La déchéance biologique entraîne l'impossibilité de se dépasser, de se passionner, elle tue les projets.

Simone de Beauvoir - La vieillesse (1970)

Au bout de quinze ans de mariage, c'est normal qu'on cesse d'aimer sa femme !

Simone de Beauvoir - La femme rompue (1967)

Il y a des jours où Dieu est si loin qu'il semble absent.

Simone de Beauvoir - Une mort très douce (1964)

Nul n'est plus arrogant à l'égard des femmes, agressif ou dédaigneux que celui qui est inquiet de sa virilité.

Simone de Beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Comment s'aime-t-on sur la terre ? On lutte ensemble.

Simone de Beauvoir - Les bouches inutiles (1945)

La mort semble bien moins terrible, quand on est fatigué.

Simone de Beauvoir - Les Mandarins (1954)

Il y a en toute réussite une part d'échec.

Simone de Beauvoir - Pour une morale de l'ambiguïté (1947)

Tout enfant qui naît est un dieu qui se fait homme.

Simone de Beauvoir - Le deuxième sexe (1949)

Choisir la vie, c'est toujours choisir l'avenir.

Simone de Beauvoir - Les bouches inutiles (1945)

« Les citations précédentes

La liste des auteurs populaires :

Le dictionnaire des meilleurs auteurs français et étrangers »
Top