Goswin de Stassart (3)

Les citations de Goswin de Stassart :

Ne soyons jamais les esclaves de l'or, mais il n'est pas mauvais qu'il puisse devenir le nôtre.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

On peut pardonner l'injustice qu'on a subie, mais il est rare qu'on pardonne celle qu'on a faite.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La confiance est un trésor à réserver pour ses amis.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Conserver ses amis dans la disgrâce, c'est prouver qu'on les avait bien choisis.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La flatterie n'est excusable que lorsqu'elle sert de passeport à d'importantes vérités.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La sagesse n'est bien souvent que l'impuissance de l'imagination.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

L'espoir est le plus grand véhicule du succès, tandis que le découragement le rend impossible.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

L'orgueil ne pardonne pas plus un bienfait qu'un outrage.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

L'égoïsme porte en lui-même sa punition, son supplice.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Des éloges que nous font les envieux, il en sort toujours quelque venin.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Il y a moyen de tout dire, mais il faut beaucoup de tact pour tout dire impunément.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Une réserve excessive tient lieu de prudence et d'esprit à la médiocrité.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La vanité peut être considérée comme l'éteignoir de l'esprit.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Dire qu'un homme n'a point de vices, ce n'est pas dire qu'il a des vertus.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La patience est le guide le plus sûr dans le chemin de la fortune.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Ce qu'on appelle un bon mot cesse de l'être, s'il y manque la vérité.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Il est plus facile d'être généreux que de résister à la tentation d'en tirer ensuite vanité.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

L'œil de la police est fort utile dans un État, mais ses mains y sont de trop.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Trop souvent, pour n'être pas à rien faire, on s'amuse à faire des riens.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

L'envie réussit trop souvent à flétrir de son souffle impur les lauriers de la gloire.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La beauté comme le talent, pour avoir toute sa perfection, a besoin que la politesse lui serve de vernis.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Le cœur gémit fort souvent des succès de l'esprit.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Les services les plus nombreux ne peuvent étouffer les clameurs de l'envie.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Les privations nous font mieux apprécier les jouissances, elles sont au plaisir ce que l'ombre est au tableau.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Pour combattre la gloire qui l'offusque, la médiocrité manque rarement d'appeler la calomnie à son secours.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)