Mère, fille et fils, de Évariste Boulay-Paty (1851)

Mère, fille et fils.

Recueil : La famille (1851)

Peu s'aiment comme nous, ma mère, je le crois ;
Peu sentent aussi bien le bonheur de famille,
Ce long gazouillement du nid dans la charmille,
Ce doux cercle au foyer. Ah ! plaignons les coeurs froids !

Nous sommes nos échos, nous ; des liens étroits
Attachent à la mère et le fils et la fille ;
C'est de reflets chéris que notre regard brille,
Et nous ne formons plus qu'une existence à trois.

Entre ta fille tendre et ton fils qui t'adore,
Ces êtres que lu fis, et dont l'éclat le dore,
Tu vis en t'écoulant, intarissable amour !

Belle onde, flot à flot, et caresse à caresse,
Tu réfléchis les bords que fleurit ta tendresse,
Et ces bords tous les deux t'embrassent à leur tour !


Évariste Boulay-Paty
(1804-1864)