Les citations sur mère et fils

Ce dictionnaire contient 21 pensées et citations : La mère / Le fils.

Que j'aime à voir cette jeune mère près du berceau de son fils, suivant sur ses traits les pensées qui l'occupent dans son sommeil, évitant avec une merveilleuse adresse tout ce qui peut l'arracher à un semblable bien-être, et méditant l'heureuse impression qu'elle fera naître à son réveil ! Que les yeux d'une mère, dans cet état sont admirables d'expression ! La bonté, la joie, l'émotion y brillent, et parfois quelques larmes viennent ajouter de nouveaux charmes à un tableau que tout homme sensible n'oubliera jamais.
Emile Mathieu ; Études cliniques sur les maladies des femmes (1848)
Garde-toi de te mêler à un entretien entre un fils et sa mère.
Victor Cherbuliez ; Le comte Kostia (1863)
Quand le chevreau est là, la chèvre est tout proche.
Maxime Du Camp ; Les forces perdues (1867)
Permettez-moi de vous dire que, en général, l'opinion des fils sur leurs mères est insoutenable : Ils ne songent pas assez qu'une mère n'est mère que parce qu'elle aima et qu'elle peut aimer encore. C'est pourtant ainsi, et il serait déplorable qu'il en fût autrement. J'ai remarqué que les filles, au contraire, ne se trompent pas sur la faculté d'aimer de leurs mères ni sur l'emploi qu'elles en font : elles sont des rivales ; elles en ont le coup d'œil.
Anatole France ; L'Île des pingouins (1908)
La mère est une maîtresse femme, qui entend la vie et le succès. Elle a la prévoyance qui calcule juste et les bras longs qui exécutent avec activité. Elle suffit à pousser tout son monde, et le mari comme les fils, et trouve du temps pour beaucoup d'autres protégés.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 9 décembre 1880.
Toutes les mères viennent en aide aux sottises de leurs fils et les protègent contre la dureté des pères.
Térence ; L'héautontimorouménos - IIe s. av. J.-C.
Tu sais, mon chéri, je t'aime, tu es mon fils adoré, je donnerais ma vie pour toi.
Jacques Salomé ; Contes d'errance, contes d'espérance (2007)
Ôter une mère à son fils, c'est lui ôter plus qu'on ne peut lui rendre.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile et Sophie - Posthume.
Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
Pierre Louis de Lacretelle ; Les pensées et réflexions (1817)
Que ton fils, en suçant le lait de sa mère, ne s'abreuve pas en même temps de ses larmes.
Pythagore ; Les fragments - VIe s. av. J.-C.
Un fils a besoin de sa mère, une mère ne peut pas se passer de son enfant.
Simone de Beauvoir ; L'âge de discrétion (1967)
Un fils qui ne travaille pas pour nourrir sa vieille mère, est un rameau stérile jusque dans la racine.
Ménandre ; Les maximes et pensées morales - IVe s. av. J.-C.
Un fils doit un jour se dégager de sa mère pour vivre pleinement sa vie.
Erik Orsenna ; L'entreprise des Indes (2010)
Le simple sanglot d'une mère à son fils est un viatique.
Henry Bataille ; L'Amazone, le 10 novembre 1916.
Un fils ne juge jamais sa mère.
Henry Bataille ; Maman Colibri, le 8 novembre 1904.
Quand son fils est malade, une mère ne le quitte pas un instant, elle veille sur son enfant, et le soigne avec le dévouement le plus admirable.
Madame de Sévigné ; Lettre au comte de Bussy-Rabutin (1687)
Ma mère n'avait pas de moi, mais un fils.
Albert Cohen ; Le livre de ma mère (1954)
Aveugle en ses tendresses, une mère d'un fils protège les faiblesses.
Térence ; L'héautontimorouménos - IIe s. av. J.-C.
Une mère ne voit pas que son fils vieillit, surtout si lui-même refuse de grandir.
Frédéric Beigbeder ; Un roman français (2009)
La valeur, mon fils, ne se conseille point, c'est la nature qui la donne.
La marquise de Lambert ; L'avis d'une mère à son fils (1726)
Un grand fils aime beaucoup à montrer à sa mère qu'il en sait plus qu'elle.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)

Autres dictionnaires à consulter :