Les proverbes et adages des Sanskrits

Notre proverbe favori :

Le proverbe sanskrit favori

Pour l'homme généreux le monde est une seule famille.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe s. ap. J.-C.

Nos 50 meilleurs proverbes sanskrits :

La libéralité est un moyen de conserver la fortune que l'on a acquise, de même qu'un canal empêche de se perdre les eaux qui sont à l'intérieur d'un étang.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Celui qui ne pratique pas avec une ferme résolution la vertu, cette clef qui ouvre la porte du ciel, est tourmenté plus tard par le remords, tant qu'enfin, courbé par la vieillesse, il meurt consumé par le feu de la douleur.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

L'humanité est changeante et mobile comme une goutte d'eau.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Les richesses ressemblent à la poussière qui s'attache aux pieds.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

En s'élevant à la hauteur des êtres supérieurs, on recueille le fruit de son élévation suivant ses œuvres : Vâsouki lui-même, suspendu au cou de Hara, est un ascète.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Pour les hommes généreux, le monde entier n'est qu'une seule famille.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Qu'est-ce que la vertu ? C'est la sensibilité à l'égard de toutes les créatures. Qu'est-ce que le bonheur ? Pour les êtres de ce monde, c'est la santé. Qu'est-ce que l'amitié ? C'est le sentiment d'un bon naturel. Qu'est-ce que la science ? C'est le discernement.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

La cupidité fait perdre la raison, la cupidité engendre la soif des richesses, et l'homme tourmenté par la soif des richesses ne trouve qu'affliction dans ce monde.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

N'avoir que des connaissances superficielles, acheter l'amour à prix d'argent, et devoir sa subsistance à autrui, voilà trois choses mortifiantes pour des hommes de cœur.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Mieux vaut vivre d'aumônes que d'être heureux en mangeant le bien d'autrui.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Mieux vaut mourir que de trouver du plaisir dans la calomnie.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Quand un homme peu intelligent a perdu sa fortune, toutes ses œuvres s'évanouissent, de même que les petits ruisseaux se dessèchent pendant les chaleurs de l'été.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Se livrer à la boisson ; fréquenter mauvaise compagnie ; s'éloigner de son mari ; courir de côté et d'autre ; dormir dans une maison étrangère, ce sont là six actions honteuses pour une épouse.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

L'amour des richesses et le désir de vivre sont deux sentiments très vifs chez tous les mortels, mais pour un vieillard, une jeune femme est un bien plus précieux que la vie même. Le vieillard ne peut ni jouir de l'objet de son amour, ni y renoncer ; il est comme le chien qui a perdu ses dents et qui ne peut plus que lécher un os avec sa langue.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Il ne faut jamais contracter aucune amitié, aucune liaison, avec l'homme méchant. Le charbon brûle lorsqu'il est chaud, mais quand il est froid, il noircit la main.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Pour la fourmi, la rosée est une inondation.
Proverbe sanskrit ; Avadanas, contes et apologues indiens.

Le feu est un objet de vénération pour les brâhmanes ; le brâhmane est un objet de respect pour les autres castes ; un mari est le seul objet que doivent vénérer les femmes : pour tout le monde, un hôte est un objet de vénération.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Il ne faut pas demeurer dans un pays où il n'y a ni usage du monde, ni crainte, ni pudeur, ni droiture et ni libéralité. Il ne faut point habiter là où n'existent pas ces quatre choses : un homme qui paie ses dettes, un médecin, un brâhmane versé dans les Védas, et une rivière où coule une eau pure.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Il faut abandonner un pays où il n'y a ni considération, ni moyens de s'instruire.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Les gens de bien ressemblent à la noix de coco, tandis que les méchants ont l'aspect de la jujube, et séduisent par leur extérieur. Lors même qu'ils ont rompu toute amitié, les hommes vertueux conservent toujours leurs qualités. On a beau briser la tige du lotus, les fibres qu'elle renferme n'en restent pas moins attachées.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Tous les métaux s'unissent parce qu'ils sont fusibles ; les animaux sauvages et les oiseaux, parce qu'ils ont un motif. L'union des insensés est fondée sur la crainte et la cupidité, mais celle des gens vertueux a son origine dans la vertu.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

La ténacité est la racine de la prospérité.
Proverbe sanskrit ; Avadanas, contes et apologues indiens.

Le méchant est comme le vase de terre, que l'on brise aisément et dont on recolle difficilement les morceaux ; mais l'homme de bien ressemble au vase d'or, que l'on brise avec peine et que l'on raccommode avec facilité.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

La réunion de petites choses et l'union des forces conduisent à un grand résultat : des brins d'herbe tressés en forme de corde suffisent pour attacher un éléphant furieux.
Proverbe sanskrit ; Hitopadésa - IXe siècle.

Quand le miel manque, on se contente de mélasse.
Proverbe sanskrit ; Avadanas, contes et apologues.