Recueil de poésie et de citations ainsi que des proverbes.

Les citations célèbres de Georges Bernanos.

1 — Notre citation favorite de Georges Bernanos :

Photo de Georges Bernanos Qui s'aveugle volontairement sur le prochain, sous prétexte de charité, ne fait souvent rien autre chose que de briser le miroir afin de ne pas se voir dedans. Car l'infirmité de notre nature veut que ce soit d'abord en autrui que nous découvrions nos propres misères. Prenez garde de vous laisser gagner par je ne sais quelle bienveillance niaise qui amollit le cœur et fausse l'esprit. (Les dialogues des Carmélites publié en 1949.)

2 — Les pensées et citations célèbres de Georges Bernanos :

Être capable de trouver sa joie dans la joie de l'autre, voilà le secret du bonheur.

Georges Bernanos - Correspondance (1971)

Ne plus se sentir vivre, c'est la seule chose qui m'accable ! et c'est sans remède.

Georges Bernanos - Un mauvais rêve (1950)

La patience du pauvre aura raison de tout.

Georges Bernanos - Les grands cimetières sous la lune (1938)

Le sceptre du pauvre est la patience.

Georges Bernanos - Les grands cimetières sous la lune (1938)

La vie est toute patience.

Georges Bernanos - Lettre aux Anglais (1942)

Le grand nerveux est toujours son propre bourreau.

Georges Bernanos - Le journal d'un curé de campagne (1936)

L'optimisme est un ersatz de l'espérance, dont la propagande officielle se réserve le monopole.

Georges Bernanos - La liberté, pour quoi faire ? (1953)

Le sot ne nous entretient que de lui, car il s'aime exclusivement.

Georges Bernanos - Le crépuscule des vieux (1956)

À quoi bon se flatter d'échapper au passé, quand il nous presse si étroitement ?

Georges Bernanos - La grande peur des bien-pensants (1931)

Le désespoir est la charité de l'enfer ; il sait tout, il veut tout, il peut tout.

Georges Bernanos - Nous autres Français (1939)

Ne flatte pas le peuple qui veut.

Georges Bernanos - Nous autres Français (1939)

Le goût du suicide est un don, un sixième sens, je ne sais quoi, on naît avec !

Georges Bernanos - Le journal d'un curé de campagne (1936)

Me suicider ? Allons donc ? C'est un passe-temps de grand seigneur, de poète, une élégance hors de ma portée !

Georges Bernanos - Le journal d'un curé de campagne (1936)

Vous n'avez jamais eu la tentation du suicide, vous ? Le fait n'est pas rare, il est même assez normal chez les nerveux de votre espèce.

Georges Bernanos - Le journal d'un curé de campagne (1936)

On peut être bon chrétien moyen, et cocu.

Georges Bernanos - Nous autres Français (1939)

Le cynisme ne soulage qu'un moment les consciences écœurées par l'hypocrisie.

Georges Bernanos - Nous autres Français (1939)

Les démocraties ne peuvent plus se passer d'être hypocrites.

Georges Bernanos - Nous autres Français (1939)

La plus grande imprudence n'est pas d'outrager un peuple dans la défaite, c'est de l'humilier.

Georges Bernanos - Le chemin de la croix-des-âmes (1948)

Le mépris est un sentiment très scolaire qui tourne vite à l'éloquence.

Georges Bernanos - Les grands cimetières sous la lune (1938)

Il n'y a qu'un moyen de se faire aimer, c'est d'agir, de s'élancer en avant, de montrer la voie.

Georges Bernanos - Le chemin de la croix-des-âmes (1948)

Le monde est dévoré par l'ennui.

Georges Bernanos - Les dialogues des Carmélites (1949)

Comprendre, c'est déjà aimer.

Georges Bernanos - Les grands cimetières sous la lune (1938)

Ne soyez pas injuste, ne me faites pas de peine, vous le regretterez tant !

Georges Bernanos - Les dialogues des Carmélites (1949)

Les curieux sont toujours dupes de leur curiosité.

Georges Bernanos - La France contre les robots (1944)

On ne saurait être déçu sans être injuste.

Georges Bernanos - La France contre les robots (1944)

Dans chaque petite chose il y a un ange.

Georges Bernanos - Le journal d'un curé de campagne (1936)

Les plus dangereux de nos calculs sont ceux que nous appelons des illusions.

Georges Bernanos - Les dialogues des Carmélites (1949)

Rien ne ressemble plus à un coup d'audace qu'un coup de désespoir.

Georges Bernanos - Les enfants humiliés (1949)

Les déroutes ne se rachètent que par des victoires, la lâcheté que par un élan d'audace.

Georges Bernanos - Lettre aux Anglais (1942)

L'audacieux préfère son risque à la vie, et même à la gloire.

Georges Bernanos - Scandale de la vérité (1939)

Les idées sont comme les jolies filles : elles peuvent aussi mal tourner.

Georges Bernanos - Le lendemain, c'est vous (1969)

Il n'est qu'un sûr moyen de connaître, c'est d'aimer.

Georges Bernanos - Le chemin de la croix-des-âmes (1948)

Ce que la voix peut cacher, le regard le livre.

Georges Bernanos - Les dialogues des Carmélites (1949)

La prière est la seule révolte qui se tienne debout !

Georges Bernanos - Les grands cimetières sous la lune (1938)

La prière seule justifie notre existence.

Georges Bernanos - Les dialogues des Carmélites (1949)

Il faut savoir risquer la peur comme on risque la mort, le vrai courage est dans ce risque.

Georges Bernanos - Les dialogues des Carmélites (1949)

D'être sage à vingt ans, hélas ! il y a plus souvent de honte que d'honneur.

Georges Bernanos - Les dialogues des Carmélites (1949)

Quand les sages sont au bout de leur sagesse, il convient d'écouter les enfants.

Georges Bernanos - Les dialogues des Carmélites (1949)

La jeunesse est un don de Dieu, et comme tous les dons de Dieu, il est sans repentance.

Georges Bernanos - Le journal d'un curé de campagne (1936)

Tout le problème de la vie tient à l'aise dans celui du péché.

Georges Bernanos - Lettre à Frédéric Lefèvre (1926)

Le problème de la vie est le problème de la douleur.

Georges Bernanos - Lettre à Frédéric Lefèvre (1926)

Qui cherche la vérité de l'homme doit s'emparer de sa douleur.

Georges Bernanos - La joie (1928)

Il est plus facile que l'on croit de se haïr ; la grâce est de s'oublier.

Georges Bernanos - Le journal d'un curé de campagne (1936)

Se connaître est la démangeaison des imbéciles.

Georges Bernanos - Lettre à Robert Vallery-Radot (1933)

Chacun de nous est tour à tour, de quelque manière, un criminel ou un saint.

Georges Bernanos - Sous le soleil de Satan (1926)

Que le péché qui nous dévore laisse à la vie peu de substance !

Georges Bernanos - Sous le soleil de Satan (1926)

La colère des imbéciles remplit le monde.

Georges Bernanos - Les grands cimetières sous la lune (1938)

L'imbécile est d'abord d'habitude et de parti pris.

Georges Bernanos - Les grands cimetières sous la lune (1938)

Béni soit celui qui a préservé du désespoir un cœur d'enfant !

Georges Bernanos - Le journal d'un curé de campagne (1936)

Un seul mensonge fait plus de bruit que cent vérités.

Georges Bernanos - Chemin de la Croix-des-Âmes (1943-1945)

On ne va jamais jusqu'au fond de sa solitude

Georges Bernanos - Le journal d'un curé de campagne (1936)

L'humilité épargne les affres de l'humiliation.

Georges Bernanos - Les grands cimetières sous la lune (1938)

Il n'est de véritable déception que de ce qu'on aime.

Georges Bernanos - Les enfants humiliés (1949)

3 — La liste des auteurs célèbres :

Top