Georges Bernanos (2)

Les citations célèbres de Georges Bernanos :

La tristesse est le plus grand vice du monde moderne, le monde moderne est triste.
Georges Bernanos ; Le chemin de la croix-des-âmes (1948)
Il n'y a de véritable tristesse que dans la honte ; la honte seule est triste.
Georges Bernanos ; Lettre aux Anglais (1942)
L'espérance, c'est le désespoir surmonté.
Georges Bernanos ; La liberté, pour quoi faire ? (1953)
L'espérance, c'est de faire face.
Georges Bernanos ; Le combat pour la liberté (1934-1948)
Nous ne pourrions être déçus au-delà de nos forces, sans risquer de tomber dans le désespoir.
Georges Bernanos ; Les enfants humiliés, Gallimard, 1949.
Chacun de nous a des déceptions à sa mesure ; notre part de déception est fixée d'avance.
Georges Bernanos ; Les enfants humiliés, Gallimard, 1949.
Déception d'amour, la seule qui ne soit jamais pardonnée !
Georges Bernanos ; La grande peur des bien-pensants (1931)
Ce qui me lie à toi est encore bien plus fort que l'amour.
Georges Bernanos ; Un mauvais rêve, Paris, Plon (1950)
On peut être capable de beaucoup aimer ce qu'on aime, sans être un rêveur sentimental.
Georges Bernanos ; Le combat pour la liberté (1934-1948)
Il est ignoble et inhumain de se marier sans amour.
Georges Bernanos ; Le combat pour la liberté (1934-1948)
Pour l'amour, rien n'est médiocre, tout est grand.
Georges Bernanos ; Le crépuscule des vieux (1956)
On ne se débarrasse pas d'une jolie fille aussi aisément que d'un vieux bonhomme !
Georges Bernanos ; Sous le soleil de Satan (1926)
Une idée juste peut se fausser, une idée vraie peut se corrompre.
Georges Bernanos ; Le chemin de la croix-des-âmes (1948)
Dieu seul est juste et bon.
Georges Bernanos ; Les dialogues des Carmélites (1949)
Une idée juste dans laquelle on s'installe, à l'abri des contradictions comme à l'abri du vent et de la pluie, pour regarder les autres hommes piétiner dans la crotte, ce n'est plus une idée juste, c'est un préjugé.
Georges Bernanos ; Les réflexions sur le cas de conscience français (1944)
L'amour de la patrie comme l'amour de Dieu est fondé sur le don volontaire de soi.
Georges Bernanos ; La liberté, pour quoi faire ? (1953)
L'amour s'insurge contre qui manque à son attente.
Georges Bernanos ; Le chemin de la croix-des-âmes (1948)
Être capable de trouver sa joie dans la joie de l'autre, voilà le secret du bonheur.
Georges Bernanos ; Correspondance (1971)
Ne plus se sentir vivre, c'est la seule chose qui m'accable ! et c'est sans remède.
Georges Bernanos ; Un mauvais rêve (1950)
La patience du pauvre aura raison de tout.
Georges Bernanos ; Les grands cimetières sous la lune (1938)
Le sceptre du pauvre est la patience.
Georges Bernanos ; Les grands cimetières sous la lune (1938)
La vie est toute patience.
Georges Bernanos ; Lettre aux Anglais (1942)
Le grand nerveux est toujours son propre bourreau.
Georges Bernanos ; Le journal d'un curé de campagne (1936)
L'optimisme est un ersatz de l'espérance, dont la propagande officielle se réserve le monopole.
Georges Bernanos ; La liberté, pour quoi faire ? (1953)
Le sot ne nous entretient que de lui, car il s'aime exclusivement.
Georges Bernanos ; Le crépuscule des vieux (1956)
Le péché entre en nous rarement par force, mais par ruse.
Georges Bernanos ; Sous le soleil de Satan (1926)
À quoi bon se flatter d'échapper au passé, quand il nous presse si étroitement ?
Georges Bernanos ; La grande peur des bien-pensants (1931)
Le désespoir est la charité de l'enfer ; il sait tout, il veut tout, il peut tout.
Georges Bernanos ; Nous autres Français (1939)
Ne flatte pas le peuple qui veut.
Georges Bernanos ; Nous autres Français (1939)
Le goût du suicide est un don, un sixième sens, je ne sais quoi, on naît avec !
Georges Bernanos ; Le journal d'un curé de campagne (1936)
Les news de mon-poeme.fr
Vous aimez les citations d'auteurs célèbres ? Découvrez nos dernières citations sur le thème de l'ambition, dont cette citation de Victor Cherbuliez qui dit ceci : Il y a deux sortes d'ambitieux : les dévorants et les rongeurs, les premiers happent le morceau, les autres le grignotent à petits coups de dents.