Recueil de poésie et de citations ainsi que des proverbes.

Les citations célèbres de Paul Bourget.

1 — Notre citation favorite de Paul Bourget :

Photo de Paul Bourget Il y a, dans les ruptures amoureuses, de ces minutes d'une mélancolie navrante, où l'on mesure la ruine en nous-mêmes des sentiments sur lesquels posait tout notre avenir de cœur. Des détresses durant lesquelles les blessures du passé se rouvrent et saignent avec cette nouvelle blessure du présent, pour nous attester que si tout doit périr de ce qui fut notre joie, rien ne s'abolit jamais entièrement de ce qui fut notre peine. (Extrait de : Un cœur de femme, roman publié en 1890.)

2 — Les pensées et citations célèbres de Paul Bourget :

Le flirt, c'est l'aquarelle de l'amour.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Un mensonge, petit ou grand, est toujours un mensonge.

Paul Bourget - Les mensonges (1887)

Il faut faire de l'obstacle la matière de son action.

Paul Bourget - Une laborantine (1934)

On expie toujours toutes ses fautes.

Paul Bourget - Une laborantine (1934)

Une femme galante qui rencontre un libertin, les deux font la paire.

Paul Bourget - Un crime d'amour (1886)

Philosopher sur soi sans mensonge soulage comme de vomir sa bile.

Paul Bourget - Un crime d'amour (1886)

La toilette achève la femme.

Paul Bourget - Un crime d'amour (1886)

Trop souvent on s'imagine avoir des sentiments que l'on n'a pas.

Paul Bourget - Un crime d'amour (1886)

Il n'y a qu'une manière d'être heureux par le cœur, c'est de ne pas en avoir.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Toute jalousie, quelle qu'elle soit, est complètement absurde.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

La franchise dans la rupture est vraiment ce que les femmes ont de plus estimable.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Osons cette banale réminiscence, tant elle est juste : un amour qui meurt jeune est béni des dieux.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Quitter sa maîtresse pour l'oublier est une maxime à peu près aussi sage que celle-ci : ne plus manger pour n'avoir jamais mal à l'estomac. C'est donner à choisir à un gourmand entre mourir de faim ou d'indigestion. — N'est-il pas insensé de choisir la faim ?

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Il n'y a que la femme que nous aimons qui puisse nous guérir d'elle-même.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Plus on lutte contre un sentiment, plus on y pense, et y penser, c'est l'exaspérer.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Le seul remède contre la mort, c'est de vivre.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Dire à sa maîtresse le nom de l'ami que l'on aime le plus, c'est risquer de les perdre et l'un et l'autre.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

La plus cruelle vengeance d'une femme est quelquefois de nous rester fidèle.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Nous ne pardonnons à une maîtresse de nous avoir ennuyé de son amour que si elle nous débarrasse d'elle sans nous remplacer.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

On n'est guéri d'une femme que lorsqu'on n'est plus curieux de savoir avec qui elle vous oublie.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

La fin de nos anciennes amours ne nous dégoûte pas d'en commencer d'autres.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

On n'est plus fort que la femme qu'à la condition d'être plus femme quelle.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Une femme vous est toujours reconnaissante de vous avoir lâché.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Pour un fou, le pire des malheurs est de ne pas être fou tout à fait.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

La plus sûre vengeance pour une maîtresse que nous quittons en l'aimant est de nous prouver qu'elle méritait d'être quittée.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Vouloir se guérir d'une femme que l'on adore en la quittant, c'est vouloir se guérir de la soif en ne buvant pas.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Avec un ancien amour on fait de tout, même un nouvel amour, tout... excepté de l'amitié.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Le rêve de l'amour, pour l'homme, c'est de tromper une maîtresse fidèle.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

En amour, tout est rompu du jour où l'un des deux amants a pensé que la rupture était possible. Dire seulement tout bas : « Quand j'aurai cessé d'aimer ... » c'est avoir cessé d'aimer.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Pour un amant, chercher le moyen de dire à une maîtresse qui l'aime encore: « Je ne t'aime plus, » sans la faire souffrir, c'est vouloir mettre en pratique la célèbre fantaisie du guillotiné par persuasion.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Toute maîtresse qui présente son amant à un de ses amis, à elle, entend bien le présenter à un espion. Il en est de ces espions-là comme des gendarmes : on n'y pense que lorsqu'on a envie de se sauver, et c'est trop tard.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

L'Art d'aimer vraiment moderne et nouveau s'appellera l'Art de rompre.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Pour deux amants, s'aimer du même amour est le premier bonheur, le second est de cesser de s'aimer en même temps.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Du civilisé au sauvage, il y a tout juste la distance qu'il y a de l'amour à la jalousie.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Une maîtresse voit dans l'ami intime de son amant presque toujours son pire ennemi, à moins qu'elle n'y trouve un nouvel amant.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Ce que certains hommes pardonnent le moins à une femme, c'est qu'elle se console d'avoir été trahie par eux.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Une femme qui vous rend jaloux ne mérite pas que vous l'aimiez.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

On n'est jamais ni le premier ni le dernier amant d'une femme.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

La volupté, qui n'est que physique, est toujours près d'être féroce.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Ce ne sont pas les trahisons des femmes qui nous apprennent à nous défier d'elles, ce sont les nôtres.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

À Paris, sur cent hommes d'amour pris au hasard, voici les chances qu'une femme de cœur a d'être heureuse si elle en aime un : vingt l'exploiteront, vingt la compromettront, vingt la corrompront, trente la méconnaîtront. Restent dix amants dignes de ce nom, mais, sur ces dix, neuf ont déjà vécu leur vie, ils sont usés ! et le centième aime presque toujours ailleurs.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

On trahit un cœur qui aime vraiment, on ne le trompe jamais.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

En amour, les grands malheurs et les grands bonheurs ont pour cause des nuances de sentiment.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

La femme qui vous aura fait le plus souffrir est quelquefois une femme que vous n'aurez jamais aimée.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

On est jaloux et on désire, cela suffit pour métamorphoser le gentil caprice en passion cruelle.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

3 — La liste des auteurs célèbres :

Top