Paul Léautaud (2)

Les citations célèbres de Paul Léautaud :

Quand on fait la cour à une femme, dont le visage vous séduit, il faudrait ne pas voir que son visage. Il faudrait voir sa peau, son ton et la sensation au toucher, connaître son odeur, ses parties pileuses : soyeuses ou rêches, sa conformation sexuelle : maigre ou charnue, confortable ou étriquée, facilement émotive ou lente ou insensible. Tout le plaisir, — et par suite l'amour, — selon les goûts, peut tenir à l'un de ces détails.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
Je ne suis pas pour le changement, la nouveauté. Il me faut l'intimité, la liberté physiques les plus grandes. Au contraire de tant d'autres, l'habitude est une condition de mon plaisir. Plus j'ai de souvenirs, d'images de mes plaisirs passés, plus grand est mon plaisir du moment.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
L'amour est gai, vif, sans retenue. C'est l'esprit pendant le plaisir, et le rire quand on en sort. Piètres amants, les muets, les graves, les figés, les cérémonieux. Misère d'une partenaire de ce genre.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
La jalousie est une affreuse maladie.
Paul Léautaud ; Le journal particulier (1936)
C'est une singulière manie qu'ont la plupart des gens de se voir les uns les autres, d'aller faire des visites, d'en recevoir, de se retrouver sans cesse dans tels ou tels endroits, de se faire des protestations de sympathie ou d'amitié, pour échanger des propos niais sur des sujets sans intérêts.
Paul Léautaud ; Le journal particulier (1936)
De s'écrire des lettres de six pages — de se téléphoner à propos de rien. Faut-il que ces gens s'ennuient, n'aient rien à faire, ne puissent rien tirer d'eux-mêmes, soient aussi vides d'esprit que de cœur, car aimer tant de gens et se plaire avec tant de gens, c'est, au fond, n'aimer personne et ne se plaire vraiment avec personne.
Paul Léautaud ; Le journal particulier (1936)
La trahison est la seconde nature des femmes.
Paul Léautaud ; Amours (1958)
Il faut écrire avec feu — et pour écrire avec feu, il ne faut pas que ce qu'on écrit soit plus ou moins une besogne — et pour que ce ne soit pas plus ou moins une besogne il faut l'écrire dès que l'idée vous en vient, dans la chaleur, l'excitation, la vivacité d'esprit, le plaisir enfin que produit, chez l'écrivain, l'idée de telles ou telles pages.
Paul Léautaud ; Le journal littéraire (1968)
Comme la vie pèse, quelquefois Et que de fois aussi je l'aurai senti, qu'on ne réussit à la supporter qu'à force de se monter le coup. Seulement, de temps en temps, quelque chose crève, et alors, adieu l'illusion.
Paul Léautaud ; Le journal littéraire (1968)
J'ai commencé à avoir de l'esprit le jour où j'ai commencé à être moi.
Paul Léautaud ; Le journal littéraire (1968)
Pour être heureux en amour, il faut être un imbécile.
Paul Léautaud ; Le journal littéraire (1968)
Ce qui console de vieillir, c'est de voir autour de soi les choses vieillir aussi.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
La douceur, la générosité, l'amour valent mieux dans ce monde que la cruauté, la vengeance et la haine.
Paul Léautaud ; Le théâtre de Maurice Boissard (1926)
La cruauté, l'ignominie, la bêtise de la guerre, ne sont que la cruauté, l'ignominie et la bêtise des hommes.
Paul Léautaud ; Passe-temps II (1964)
Et dire que depuis des siècles les femmes parlent, sans jamais rien comprendre à ce qu'elles disent.
Paul Léautaud ; Les aphorismes (1872-1956)
Chacun est persuadé que ce qu'il fait, un autre ne s'en tirerait pas aussi bien.
Paul Léautaud ; Passe-Temps (1928)
J'écris sur l'amour, et j'ai passé la moitié de ma vie à être privé de le faire !
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
La bonhomie, le naturel, ont des charmes, mais il ne faut pas exagérer.
Paul Léautaud ; Les lettres à Marie Dormoy (1966)
Dans la vie, ce qui compte uniquement, c'est de n'être pas médiocre.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
La prudence est une médiocrité ; la hardiesse est une supériorité.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
La moyenne en tout est haïssable comme égale médiocrité.
Paul Léautaud ; Le journal littéraire (1968)
Pour bien écrire, sans pédantisme, le sûr instinct de la langue vaut mieux que la connaissance.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
Qui dit prévalence dit bientôt rivalité.
Paul Léautaud ; Passe-Temps (1928)
Rien ne vaut rien, ni l'amour, ni l'amitié, ni le travail, ni aucun plaisir : Tout est médiocre, passager !
Paul Léautaud ; Marly-le-Roy et environs (1945)
L'hypocrisie : Compliments par-devant, dénigrement par-derrière.
Paul Léautaud ; Les lettres à Marie Dormoy (1966)
Il n'y a pas que dans le mariage et le divorce que l'illusion règne.
Paul Léautaud ; Le théâtre de Maurice Boissard (1926)
Une jolie femme bête perd beaucoup.
Paul Léautaud ; Passe-Temps (1928)
Quand on est des gens sérieux, on ne cherche pas à épater les gens.
Paul Léautaud ; Le petit ami (1903)
Merveilleuse jeunesse que redonne, au visage d'amants qui ne sont plus jeunes, le plaisir de l'amour.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
L'amour des niais (empotés), des tièdes, des fades, des réservés, des muets, n'est pas l'amour.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)