Les phrases tristes

Les citations et mots d'auteurs :

Les 16 phrases sur la tristesse :

Seul ici bas sur terre, il n'est pas en ce monde une âme qui s'intéresse à moi, ni parent, ni ami, pas une pensée fraternelle où puisse se réfugier mon âme solitaire, pas un être qui, me voyant triste et pleurant, me serre la main en me disant : Qu'as-tu ? Le passé ne m'a laissé que des souvenirs désolés. Je porte en moi un deuil qui s'étend sur toutes choses : mon présent est désert, mon avenir désenchanté.
Phrase de Jules Sandeau ; Marianna (1839)

Hélas ! après avoir perdu un être cher, les arbres retrouveront leur verdure et les fleurs leur parfum ; un feu secret circulera dans toutes les sèves ; tout revivra après cette mort, et tout renaîtra pour aimer : moi seule je n'aimerai plus ; et le temps, en s'écoulant, ne peut m'apporter d'autre bien que de m'approcher de mon dernier jour.
Phrase de Sophie Cottin ; Malvina (1800)

Sans toi mon cœur est triste, il étouffe, il palpite violemment ; je veux respirer, et de longs et profonds soupirs s'échappent de ma poitrine. Un feu brûlant court dans mes veines et me consume ; des larmes amères mouillent mes yeux et ne me soulagent pas. Que faire ? où porter mes pas ? pourquoi rester ici ? pourquoi aller ailleurs ? J'irai lentement errer dans la campagne ; là, choisissant des lieux écartés, j'y recueillerai quelques fleurs sauvages et desséchées comme moi, quelques soucis, emblèmes de ma tristesse : je n'y mêlerai aucun feuillage, la verdure est morte dans la nature, comme l'espérance dans mon cœur. Dieu ! sans toi, que l'existence me pèse !
Phrase de Sophie Cottin ; Claire d'Albe (1798)

Je n'en puis plus, la langueur m'accable ; l'ennui me dévore, le dégoût m'empoisonne ; je souffre sans pouvoir en trouver le remède ; le passé et l'avenir, la vérité et les chimères ne me présentent plus rien d'agréable ; je suis importune à moi-même ; je voudrais me fuir et je ne puis me quitter ; rien ne me distrait, les plaisirs ont perdu leur piquant, et les devoirs leur importance. Sans toi mon amour, je suis mal partout.
Phrase de Sophie Cottin ; Claire d'Albe (1798)

Hélas ! il est facile de prescrire la patience ! Si vous étiez, comme moi, placée entre ceux qui vivent encore et ceux qui ne vivent plus, vous seriez, comme moi, agitée d'une sombre colère, et tourmentée d'un insatiable désir d'être quelque chose, de commencer la vie, ou d'en finir avec elle.
Phrase de George Sand ; Lélia (1833)

Dormir toujours, que cela doit être bon, quand on n'a plus rien en soi qui vaut le plaisir de veiller !
Phrase de Émile Zola ; Pour une nuit d'amour (1898)

Si vous saviez tout ce qu'on souffre, hélas ! À n'être plus aimée, alors qu'on aime encore ! N'avoir que le mépris d'un époux qu'on adore ! Tant de secrets ennuis ! de douloureux combats !
Phrase de Barthélemy Imbert ; Le jaloux sans amour, II, 7 (1781)

Vous ne connaissez pas les supplices affreux d'une épouse qui cache un amour malheureux ; qui, de ses pleurs, la nuit, baigne sa triste couche, et fait mentir, le jour, ses regards et sa voix ; qui toujours se condamne à porter à la fois le chagrin dans le cœur, et le rire à la bouche !
Phrase de Barthélemy Imbert ; Le jaloux sans amour, II, 7 (1781)

Heureuse, si plutôt la mort tranchant mes jours, de mes longues douleurs eût abrégé le cours !
Phrase de Charles-Georges Fenouillot de Falbaire ; L'honnête criminel, II, 3 (1767)

J'en jure par la mort, dans un monde pareil : non, je ne voudrais pas rajeunir d'un soleil, je ne veux pas d'un monde où tout change, où tout passe, où tout s'use et tout s'efface.
Phrase de Alphonse de Lamartine ; La foi, Méditation XIX (1820)

J'ai vécu ; j'ai passé ce désert de la vie, où toujours sous mes pas chaque fleur s'est flétrie.
Phrase de Alphonse de Lamartine ; La foi, Méditation XIX (1820)

De cieux lointains, de mers où s'égarent nos pas ; redemander cet âge où l'on ne dormait pas, se dire qu'on était bien malheureux, bien triste, bien fou, que maintenant on respire, on existe, et, plus vieux de dix ans, s'enfermer tout un jour pour relire avec pleurs quelques lettres d'amour.
Phrase de Victor Hugo ; Les feuilles d'automne, Où donc est le bonheur, le 28 mai 1830.

Le temps, qui me prend par la main, m'avertit que je me retire.
Phrase de Voltaire ; À Mme du Châtelet.

Il existe souvent une certaine fleur qui s'en va dans la vie, et s'effeuille du cœur.
Phrase de Alfred de Musset ; Poésies, À Sainte-Beuve (1837)

Aime, et tu renaîtras ; fais-toi fleur pour éclore ; après avoir souffert, il faut souffrir encore.
Phrase de Alfred de Musset ; Poésies nouvelles, La nuit d'août (1836)

Le plus triste, hélas, de toutes les vieillesses, c'est la vieillesse de l'amour.
Phrase de Jules Barbey d'Aurevilly ; Pensées détachées (1889)

Page principale et termes connexes :