Recueil de poésie et de citations ainsi que des proverbes.

Pierre-Claude-Victor Boiste (3)

Les meilleures citations de Pierre-Claude-Victor Boiste :

Qu'un aigle crie ou qu'un lion rugisse, il suffit de les entendre pour juger de leur force.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La calomnie creuse sous nos pas comme la taupe, et nous fait trébucher.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La morale est dans la tête, et la moralité dans le cœur.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Il n'y a rien de plus choquant ni de plus incivil que l'indiscrétion des gens.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

En France le droit de chasse estime plus la vie d'un lièvre que la liberté d'un homme.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Les serments ne font rien qu'avilir en effet celui qui les demande, et celui qui les fait.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'âme la plus vile est celle qui s'avilit pour plaire.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La plus douloureuse lassitude est celle des plaisirs.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Les personnes aimantes ont plus de jouissances que les autres.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La probité s'arrête aux devoirs de la justice, l'honnêteté s'étend à tous les services.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Des niaiseries bien imprimées et bien reliées n'en paraissent que plus plates.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La méthode est aux ouvrages d'esprit ce que la régularité des traits est à la beauté.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le respect, l'estime, l'attachement s'acquièrent et ne se commandent pas.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'honneur est comme la neige dont la blancheur est ternie par les pas qui la foulent.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La routine fait les trois quarts de la besogne dans le travail de la vie, demain comme hier.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Rien n'est plus insupportable qu'un gueux arrogant.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La présomption est compagne de l'inexpérience.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Il est peu de choses et de personnes qui ne puissent se remplacer, si ce n'est la vertu et ceux qui la suivent.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Nos goûts s'émoussent par la satiété, la privation les réveille.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

On n'acquiert le superflu qu'aux dépens du nécessaire.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Il faut examiner longtemps ce sur quoi on ne peut statuer qu'une fois.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Quiconque viole un engagement dégage celui qui l'a souscrit.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Parmi les bêtes sauvages, la plus à craindre est le tyran.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Qui n'a pas d'argent rien ne paye.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La hauteur n'a jamais les grâces et la majesté de la vraie grandeur.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le divertissement le plus facile est celui que donne le changement d'occupations.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La dureté de l'esprit se communique au cœur.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'encre de la médisance est indélébile.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Il faut laisser une certaine latitude à l'esprit, trop de liens l'énervent.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Quand on s'accoutume à parler des vices d'autrui, on ne fait plus attention à leurs vertus.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le courtisan peut être un homme honnête, l'homme courtisan est nécessairement un malhonnête homme.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Ne faites pas votre joie du malheur d'autrui.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Un despote est préférable à un corps despotique.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Entre deux vrais amis, celui qui oblige est le plus heureux.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le despote aime mieux accorder des grâces que de rendre justice.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le pardon ôte à un ennemi le pouvoir d'altérer votre caractère ou votre repos.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La bienfaisance change l'or en panacée universelle.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Les traits de la médisance, acérés par les deux bouts, blessent aussi celui qui les enfonce.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La plus sotte des occupations est de s'adorer dans un miroir.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'être le plus féroce de la création, c'est une âme humaine sans pitié.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'homme se fait plus de maux à lui-même que ne lui en fait la nature.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le malheur allonge la vie, le plaisir l'abrège.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le travail sauve de l'ennui.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Les lois d'exception, toujours odieuses, ne sont qu'un despotisme légal.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'imprévoyance nous perd, la vigilance nous garde.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'homme insensé est un clavecin sans cordes.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Les plus hautes dignités sont des piédestaux qui rapetissent les hommes sans mérite.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le mariage entre deux amants éperdus est un contrat passé dans le transport de la fièvre.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La négative est le refuge de l'imbécile ignorance.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Il existe une musique de style, et celui qui ne la possède pas, ne saura jamais écrire.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Il est une fermeté douce qui ressemble à une barre de fer entourée de velours.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

On ne peut s'empêcher de sourire en voyant les médisants et les calomniateurs se tuer à qui mieux mieux.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Si l'on n'est pas toujours maître de tenir sa promesse, on l'est presque toujours de n'en pas faire.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Si les hommes avaient une juste idée de Dieu, ils n'auraient plus besoin de ses représentants.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La philosophie n'applique ses mépris qu'aux choses ; le philosophisme l'applique aux hommes.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le menteur a besoin d'une mémoire exquise.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La plupart des hommes ne sont ni à aimer, ni à haïr, mais juste à supporter.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'humeur est un corrosif qui use le cœur et dépolit les mœurs.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le bien vivre n'a d'autre mobile que le bien mourir.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le plus malheureux des hommes est celui qui fait le plus de malheureux.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le pouvoir absolu sous des formes populaires est le grand œuvre du machiavélisme.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Il n'y a de louanges désirables que celles des hommes louables.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le mariage est une loterie, chacun doit y prendre lui-même son billet.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Il y a des espérances qui ne valent pas mieux qu'un billet perdant de loterie déjà tirée.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le jeune homme doit s'attacher au vieillard, comme le lierre à l'orme.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le beau parleur aime mieux avoir les mains et les pieds liés que la langue.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Une jeunesse licencieuse ne transmet à la vieillesse qu'un corps usé.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'esprit, comme le corps, a sa lassitude ; il fonctionnera mal si vous ne lui accordez aucun repos.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

On se lasse de plaindre ceux qui se plaignent toujours.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

L'homme se connaît par sa langue, de même qu'une mauvaise noix à sa légèreté.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Dans l'amour, si l'inconstance donne des plaisirs, la constance seule donne le bonheur.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le malheur est aux lieux qu'on habite, et le bonheur où l'on n'est jamais.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Celui qu'on aime n'a point de défauts, et si l'on vient à le haïr, il n'a plus de vertus.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Les insultes sont toujours les raisons de ceux qui ont tort.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Qui ne plaint personne ne mérite pas qu'on le plaigne.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Ne jugeons promptement de personne ni en bien ni en mal.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Le despotisme aime l'ignorance qui n'a d'opinion que celle qu'il lui donne.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Ne séparez jamais l'homme que vous jugez des circonstances où il se trouvait.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Nous n'avons pas de plus dangereux flatteurs que nous-mêmes.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Les courtisans voient de trop près, le peuple voit de trop loin, les citoyens éclairés se placent au vrai point de vue.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La liste des auteurs populaires :

Le dictionnaire des meilleurs auteurs français et étrangers »
Top