Plutarque (2)

Les citations célèbres de Plutarque :

Les envieux souffrent à la fois du mal qui leur arrive et du bien qui arrive aux autres.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Si l'on demandait quel est le plus méchant, le plus pernicieux des hommes, tout le monde répondrait que c'est le traître.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Le superstitieux a peur des dieux, et c'est dans leur sein qu'il se réfugie : il les flatte et les outrage ; il les implore et les accuse.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Le principal avantage de la justice et de la bonne loi est de rendre la force inutile.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Les insensés négligent et méprisent les biens dont ils jouissent, c'est vers l'avenir qu'ils tournent toutes leurs pensées ; les sages se rendent présents par le souvenir les biens dont ils ont joui, et même après les avoir perdus, ils en jouissent encore.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Le moyen le plus sûr de se rendre inaccessibles aux chagrins, c'est de se bien pénétrer de l'inconstance du sort, et de se tenir préparés à tous ses caprices ; non seulement nous sommes tous mortels, mais tout ce qui nous touche est changeant et périssable.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Le sage prévoit tous les malheurs qui lui peuvent arriver. Quand ils surviennent, il travaille à les alléger autant qu'il est possible, et s'il ne peut en diminuer le poids, il se résigne à le supporter.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Il est d'un esprit léger de louer ce qui a été dit, sans savoir, sans se soucier d'apprendre si ce qui a été dit est utile ou sans utilité, nécessaire ou superflu.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Le repos est l'assaisonnement du travail.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Rien n'irrite autant la faim que de voir manger.
Plutarque ; Comment on peut se louer - Ier s. ap. J.-C.
Le superflu fait l'orgueil du riche.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
L'avarice est un tyran bien cruel : elle ordonne d'amasser et défend l'usage de ce qu'on amasse ; elle irrite le désir et interdit la jouissance.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
L'un a du superflu, et l'autre manque du nécessaire.
Plutarque ; Les symposiaques, II, 10 - Ier s. ap. J.-C.
Il faut vivre et non pas exister.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
On entend avec peine ceux qui se louent eux-mêmes.
Plutarque ; Les symposiaques, II, 1 - Ier s. ap. J.-C.
Il faut savoir saisir l'à-propos.
Plutarque ; Les symposiaques, II, 1 - Ier s. ap. J.-C.
Le vent éteint facilement le feu quand il commence à s'allumer.
Plutarque ; Les symposiaques, II, 1 - Ier s. ap. J.-C.
L'amour est comme le lierre, il peut s'attacher à tout.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
L'ignorance est toujours à bon marché.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
La barbe ne fait pas le philosophe.
Plutarque ; Isis et Osiris - Ier s. ap. J.-C.
Il n'est rien de plus pénible et pesant qu'un auditeur insensible et glacé parce que, secrètement convaincu de son mérite et d'une vaine estime de soi, il est persuadé qu'il dirait beaucoup mieux.
Plutarque ; Comment écouter - Ier s. ap. J.-C.
Le commencement de bien vivre, c'est de bien écouter.
Plutarque ; Comment écouter - Ier s. ap. J.-C.
La patience a beaucoup plus de pouvoir que la force.
Plutarque ; Les vies parallèles, XVI - Ier s. ap. J.-C.
Une bonne éducation est la source de toutes les vertus.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Quand les bougies sont éteintes, toutes les femmes sont jolies.
Plutarque ; Préceptes conjugaux - Ier s. ap. J.-C.
L'or et l'argent ne peuvent assouvir l'amour des richesses : la cupidité, en acquérant toujours, n'est jamais satisfaite.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Mentir est le fait des esclaves.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Tête fort chevelue embellit le beau et enlaidit le laid.
Plutarque ; Les vies parallèles - Ier s. ap. J.-C.
Être franc est le langage propre de l'amitié.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Toutes femmes sont une quand la chandelle est éteinte.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Une bonne éducation est la source et la racine d'une vie vertueuse.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Il faut déraciner de son cœur l'amour-propre et la bonne opinion de soi-même : ce sont là nos premiers adulateurs, qui, ouvrant la porte aux flatteurs étrangers, nous rendent plus faciles a séduire.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Ceux qui sont unis par les liens du mariage doivent le traiter avec le plus grand respect, et n'en jamais souiller la pureté par des unions illégitimes.
Plutarque ; Préceptes sur le mariage - Ier s. ap. J.-C.
Dans les maux où il n'y a plus de remède, il faut parler avec douceur, de sorte que nos réprimandes paraissent moins tenir de la censure que de la compassion et de la douleur.
Plutarque ; La manière de discerner un flatteur - Ier s. ap. J.-C.
Les bons médecins connaissent leurs malades par leur appétit.
Plutarque ; Des causes des phénomènes naturels - Ier s. ap. J.-C.
La médecine fait mourir plus longtemps.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Je me sens frappé d'incertitude, et je flotte irrésolu.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Le silence observé à propos est un acte de sagesse qui vaut mieux que toutes les paroles du monde.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Résister à la tentation de se mettre en colère est le propre du sage.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Toute l'existence est une alternative de repos et de travail.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Il ne se trouve point d'aussi grande distance de bête à bête que d'homme à homme.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Chacun sait où le soulier le blesse.
Plutarque ; Les vies parallèles - Ier s. ap. J.-C.
Rien n'irrite davantage que de surprendre à mal faire un homme qu'on avait cru honnête.
Plutarque ; Des moyens de réprimer la colère - Ier s. ap. J.-C.
Il est bon, il est même indispensable, dans l'éducation des enfants de ne pas négliger les écrits des anciens, et de faire un choix de bons livres.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Le sol riche produit aussi de mauvaises herbes.
Plutarque ; Les vies parallèles - Ier s. ap. J.-C.
Rien ne rend plus odieux que des manières dures et hautaines.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Tout homme justement décrié pour aimer les flatteurs s'aime toujours passionnément, et cet amour aveugle fait qu'il désire et croit posséder toutes les perfections.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
L'avarice se tourmente sans cesse pour n'être jamais satisfaite.
Plutarque ; Les œuvres morales - Ier s. ap. J.-C.
Trois genres de vie différents partagent tous les hommes : la vie active, la vie spéculative et la vie voluptueuse.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Il n'est rien dont le travail et l'exercice ne viennent à bout.
Plutarque ; L'éducation des enfants - Ier s. ap. J.-C.
Il faut inventer en même temps que l'on apprend.
Plutarque ; Isis et Osiris - Ier s. ap. J.-C.

Les célébrités de la Grèce antique :