Frédéric Dard (2)

Les citations de Frédéric Dard :

Avec sa gueule de cul, elle doit utiliser le papier hygiénique comme démaquillant.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Les deux hommes sont de la même mère, mais pas de la même paire.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Le pétomane est mort : pet à son âme.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Vieillir, c'est un jour de moins chaque soir.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Le vrai bonheur, c'est de l'eau fraîche, un cul et de la chaleur autour.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Un con vivant est plus intelligent qu'un intellectuel mort.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Le con ne perd jamais son temps, il perd celui des autres.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Traiter son prochain de con n'est pas un outrage mais un diagnostic.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

L'amour est à portée de toutes les bourses.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Les femmes franches sont celles qui mentent intelligemment.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Les femmes sont la femelle de l'homme.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Le plus court chemin d'un cul à un autre, c'est encore ma bite.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Dans les débuts d'une aventure, la bouffe prépare la baise ; sur la fin elle la remplace.
Frédéric Dard ; Buffalo Bide (1991)

La plupart des écrivains font leurs livres chiants pour faire croire qu'ils sont longs.
Frédéric Dard ; San-Antoniaiseries (1989)

Il était si vieux qu'il avait l'air d'un oubli.
Frédéric Dard ; San-Antoniaiseries (1989)

On est comme on naît.
Frédéric Dard ; San-Antoniaiseries (1989)

Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
Frédéric Dard ; San-Antoniaiseries (1989)

Le bon sens, c'est ce qui permet d'être écouté quand vous n'êtes pas intelligent.
Fréderic Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

La langue française a été inventée pour écrire l'amour, comme les Français pour le faire.
Fréderic Dard ; Toi qui vivais (1958)

Les femmes sont comme les artichauts : le cœur est sous les poils.
Fréderic Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Le comble de la politesse, c'est de savoir céder sa place, n'importe où, fût-ce dans un livre.
Fréderic Dard ; Le Standinge selon Bérurier (1965)

Etre riche, ce n'est pas posséder, c'est posséder trop.
Fréderic Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

L'amour, c'est une onde de bonheur en cours de matérialisation.
Fréderic Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Pour l'homme, le mensonge est un outil ; pour la femme, une parure.
Frédéric Dard ; San-Antoniaiseries (1989)

Quand on est con et qu'on n'a pas de parachute, on s'écrase.
Fréderic Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)