Laurence Sterne (2)

Les citations célèbres de Laurence Sterne :

Les franc-penseurs sont généralement ceux qui ne pensent jamais.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Il ne faut dire son secret qu'à un homme sobre.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Les hommes sont comme les plantes : les unes aiment le soleil, et les autres l'ombre.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Les bons écrits sont comparables au vin : le bon sens en est la force, et l'esprit la saveur.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Le savoir est le dictionnaire des sciences, mais le bon sens est leur grammaire.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
L'homme sobre, quand il s'est enivré, a la même stupidité que l'ivrogne, quand il est sobre.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
On voit souvent le vice marcher en avant, tandis que le mérite modeste chemine derrière.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
L'impôt n'est juste qu'autant que la nation consent à s'y soumettre.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Le mensonge est la plus insupportable poltronnerie : c'est craindre les hommes et braver Dieu.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Ne faites point de votre testament un dernier acte de vengeance.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La tolérance est la mère de la paix.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La sympathie est l'aimant de la vie.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La fraude et les vices s'accroissent en raison des impôts.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
L'avarice est le vêtement le plus voisin de l'âme, c'est le dernier vice qu'elle dépouille.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La paix et la bienveillance sont les sentinelles avancées de la religion.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La censure est la taxe que l'envie met sur le mérite.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La plus vraie piété est la plus secrète.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Un original est un monstre qu'on admire plus qu'on ne l'estime.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La potence, ainsi que l'arbre défendu du paradis terrestre, donne la mort et la science.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
On peut comparer le vin aux amis : le nouveau est potable ; le vieux est généreux, mais il a du marc.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Le désir est une passion dans la jeunesse et un vice dans la vieillesse : quand il sollicite, il est pardonnable ; quand on le sollicite, il est vil.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La nécessité de paraître quelqu'un, pour le devenir, ruine et perd le monde.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Nous et nos enfants sommes nés pour mourir, mais aucun de nous est né pour être esclave.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La moitié des hommes traite l'autre moitié comme des bêtes, et s'efforce de les rendre tels.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Heureux l'homme qui a navigué sans dangers toute sa vie, et franchi tous les écueils.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La méchanceté est une brutalité dépourvue de principes suggérée par le démon.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
L'amour est grand, trois fois grand est son pouvoir pour renouer ce qui a été brisé.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Les reproches de l'homme miséricordieux sont doux et tranquilles ; peu semblables aux efforts que fait sur lui l'homme orgueilleux et inexorable, efforts qui humilient encore plus ceux auxquels il pardonne, ces reproches, dis-je, sont calmes et courtois comme le génie qui veille sur son caractère.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Le sentiment de la douleur d'avoir commis une offense est doux dans un cœur qui ne veut plus la commettre.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
La moitié douce et tranquille du genre humain est ordinairement outragée par l'autre ; mais dans cette fatalité, il lui reste un précieux avantage ; elle pardonne : quel que soit le ressentiment de l'injure qu'on fait à l'homme de paix, l'orgueil ne surveille pas de si près le pardon qu'il accorde, que dans le cœur de l'homme superbe.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)