Les citations sur poésie

Ce dictionnaire contient 100 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le mot poésie :

Les soucis de notre temps ne font que rendre la poésie plus nécessaire. Elle est, avec la religion bien comprise, le baume qui adoucit et console, la voix qui dit en nous : Élevez vos cœurs !
Ernest Renan ; Les feuilles détachées (1891)
La plupart des gens font banqueroute parce qu'ils ont trop lourdement investi dans la prose de la vie. Finir ruiné par la poésie est un honneur.
Oscar Wilde ; Les aphorismes et pensées (1854-1900)
La poésie est une, qu'elle se traduise par un chant, un poème ou un tableau ; seulement le génie complet parle ces trois langues.
Eugène Sue ; Les maximes et pensées diverses (1857)
La poésie n'est pas telle que la fleuraison d'un champ. Celle-ci se développe sans soin et il ne lui faut que la lumière et la chaleur du soleil pour étaler toute sa beauté. – La nature, à ceux-là mêmes qu'elle a le plus enrichis de ses dons, ne donne que la possibilité de devenir artistes ; mais un sérieux et long travail et une ferme persévérance sont nécessaires pour qu'ils le deviennent effectivement ; et de ceux dont le front est ceint de lauriers toujours verts et dont tout le monde civilisé reconnaît les mérites, il n'y en a pas un qui ne doive sa couronne seulement à sa bonne fortune et non à son propre travail.
József Eötvös ; Les pensées et réflexions de Eötvös (1877)
Une généreuse critique épure le feu de la poésie, et enseigne à admirer avec connaissance.
Alexander Pope ; Essais sur la critique (1711)
L'amour, qui est la poésie même, suffit à donner un sens à la vie.
Jean d'Ormesson ; C'est une chose étrange à la fin que le monde (2010)
Le but de toute haute poésie est la représentation de la nature humaine, la douleur sans nom, les tourments des hommes, le triomphe de la méchanceté, la domination ironique du hasard l'irrémédiable chute du juste et de l'innocent, c'est là un signe remarquable de la constitution du monde et de l'existence.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
Saisir l'inspiration au vol et lui donner un corps dans les vers, telle est l'œuvre de la poésie.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
La Poésie n'est pas de tout repos, elle peut s'accommoder du luxe, mais elle refuse le confort.
Robert Sabatier ; L'oiseau de demain (1981)
La poésie, c'est la communication absolue d'une personne à une autre : Un partage sans reste, un échange sans perte.
Christian Bobin ; La merveille et l'obscur (1991)
La vie n'est jamais belle, il n'y a que les tableaux de la vie qui soient beaux, lorsque le miroir de la poésie les éclaire et les réfléchit, surtout dans la jeunesse quand nous ne savons pas encore ce que c'est que de vivre.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
Un livre de poésie entre les mains de la plupart des hommes, fort éclairés d'ailleurs, est comme une partition de musique devant ceux qui ne savent pas solfier.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
La poésie doit ressembler à l'or pur : la pensée, c'est le poids ; le titre, c'est la correction ; le son, c'est l'harmonie.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
La voix claire d'aucun ennui : la poésie c'est suivre son cœur en allant à la fête.
Christian Bobin ; L'épuisement (1994)
La mélodie est à la musique ce que l'image et le sentiment sont à la poésie, une fleur qui peut s'épanouir spontanément.
Honoré de Balzac ; Modeste Mignon (1844)
La poésie est comme le soleil, qui fait pousser les forêts éternelles et qui engendre les cousins, les moucherons, les moustiques.
Honoré de Balzac ; Un grand homme de province à Paris (1839)
La poésie est un délire inspiré par les muses à une âme simple et vierge.
Victor Cherbuliez ; L'art et la nature (1892)
Comme le cœur humain le champ de la poésie est infini et les poètes sont libres dans le choix de leurs sujets comme dans celui de leurs amours. Le point est que l'inspiration soit franche, que l'artiste ait une âme, que dans l'œuvre il y ait un homme.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 16 juin 1872.
Les raisonneurs font fuir la poésie, mais elle sait aimer la raison.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
La poésie est une chose qu'on porte avec soi partout.
Victor Cherbuliez ; Paule Méré (1864)
La poésie n'est pas dans les coquelicots et les bluets, elle est dans les épis de blé.
Maxime Du Camp ; Les forces perdues (1867)
La plus belle des proses est celle à laquelle se mêle le plus de poésie.
Virginia Woolf ; Les essais choisis (2015)
La poésie du mouvement pour en savourer la volupté, il faut s'être trouvé seul, sur une hauteur, au milieu du calme de la nuit, et avoir contemplé la marche des étoiles ! Après cette incursion dans le domaine des constellations célestes, l'esprit, élevé au-dessus des préoccupations terrestres, des pensées et des visions ordinaires, comprend mieux l'éternité.
Thomas Hardy ; Loin de la foule déchaînée (1874)
La poésie, fille de l'enthousiasme, est le langage des dieux.
François de Reynaud de Montlosier ; Les mystères de la vie humaine (1829)
La poésie doit passer par la bouche d'une femme comme la rosée doit couler d'un calice ; la voix pure et tendre de la femme en est la vraie musique.
Sully Prudhomme ; Journal intime, le 22 octobre 1862.
La poésie c'est suivre son cœur en allant à la fête.
Christian Bobin ; L'épuisement (1994)
Les charmes de la poésie font oublier aux âmes sensibles les plus rudes fatigues.
Pindare ; Les jeux néméens - Ve s. av. J.-C.
La poésie est l'héroïne de la philosophie. La philosophie élève la poésie au rang de principe. Elle nous apprend à connaître la valeur de la poésie. La philosophie est la théorie de la poésie. Elle nous montre ce qu'est la poésie, qu'elle est un et tout.
Novalis ; Les semences (1798)
J'aime la poésie avec entêtement, et surtout quand les vers sont tournés galamment.
Molière ; Les femmes savantes, III, 2, le 11 mars 1672.
La poésie est une religion sans espoir. Le poète s'y épuise en sachant que le chef-d'œuvre n'est, après tout, qu'un numéro de chien savant sur une terre peu solide.
Jean Cocteau ; Journal d'un inconnu, De l'invisibilité (1953)
La poésie est des dons de l'esprit plutôt que des fruits de l'étude.
René Descartes ; Le discours de la méthode (1637)
Les belles images poétiques vont aux Louvres des Anthologies.
Louis-Philippe Robidoux ; Lueurs (1951)
La poésie, c'est cela qui importe. La poésie des mots, mais aussi et surtout celle des choses, celle des sens, du sens et du non-sens, celle des sensations que l'on éprouve durant ce court rêve éveillé qu'est la vie.
Georges Dor ; Écrivains / paroliers (1994)
La poésie est la conscience d'un monde passé et d'un monde à venir.
George Gordon Byron ; Les maximes et pensées (1788-1824)
La poésie, c'est le langage qui est libre à l'égard de soi-même.
Gaston Bachelard ; Fragments d'une poétique du feu (posthume, 1988)
Un amour naissant inonde le monde de poésie.
Edgar Morin ; Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur (2000)
La poésie, contrairement à la musique, n'a pas une âme voyageuse, elle est capable d'un seul paysage : la langue de son pays.
Henri Salvador ; La joie de vivre (2011)
Il y a dans la musique, la poésie et les beaux-arts quelque chose de surhumain qui ne peut venir que des cieux.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
De la poésie naissent les belles pensées, les généreux élans du cœur.
Rodolphe Töpffer ; Les réflexions et menus propos d'un peintre genevois (1830)
La jeunesse est l'âge de la poésie, celui où elle amasse ses trésors, mais non, comme quelques-uns le croient, celui où elle peut en faire usage. De cet or pur entassé autour d'elle, elle ne sait rien tirer. Vienne le temps qui le lui arrache pièce à pièce, alors, en lui disputant sa proie, elle commence à connaître ce qu'elle avait ; par ses pertes, elle apprend ses richesses ; par ses regrets, ses joies taries. Alors le cœur se gonfle, alors l'imagination s'allume, alors la pensée se détache et s'élève vers la nue… alors Virgile chante !
Rodolphe Töpffer ; Les deux prisonniers (1837)