Pierre-Jules Hetzel, dit Pierre-Jules Stahl (3)

Les meilleures citations de Pierre-Jules Stahl :

L'amitié d'une femme pour un homme est souvent de l'amour qui ne se montre que de profil.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Les femmes qui ont beaucoup d'amis ont presque toujours eu beaucoup d'amants. Néanmoins, il est des femmes qui ont trouvé le secret, ayant eu beaucoup d'amants, de ne pas garder un ami : condamnez celles-là sans hésiter.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
À l'instar de leur sainte patronne, les aimables Vénus de nos jours ont aussi le pigeon pour oiseau favori, seulement elles, les femmes, elles l'aiment à leur manière, elles le plument.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Où commence l'adultère ? Quel est le premier symptôme de l'infidélité ? Est-ce alors qu'une femme cherche à son mari des défauts qu'il n'a pas, ou quand elle découvre dans celui qui va être son rival des qualités qu'il n'aura jamais ?
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Il est telle femme qui, dans une heure d'égarement, a oublié ses devoirs sans avoir pour cela cessé de les aimer, et qui trompe son mari en détestant son amant.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Une femme d'esprit peut aimer à être louée, une sotte seule peut supporter qu'on l'adule.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Les femmes ne savent pas tomber. Il en est peu qui restent grandes dans l'abaissement. En revanche, elles s'élèvent à merveille, et les plus humbles sont bientôt égales aux fortunes les plus inattendues.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
On peut sans crainte abandonner aux femmes le soin de faire le succès des livres où leur sexe est maltraité. Ce n'est, de leur part, ni générosité, ni dédain. Ces sortes de livres ne sont jamais pour leurs lectrices que des miroirs où chacune ne voit que les défauts des autres.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Il y a plus de femmes sottes que de femmes bêtes.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
La femme la plus bête, si elle n'est pas amoureuse, a toujours plus d'esprit que l'homme qui l'aime.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
L'immodération de nos désirs nous éloigne autant du bonheur que l'indifférence sur les choses de ce monde peut nous en approcher.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
Il y a dans l'affliction que montre la plupart du monde, plutôt un chagrin de convenance et selon l'opinion, qu'un effet naturel d'une peine réelle.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
Dans la même journée on a souvent des pensées analogues, mais le lendemain on en a d'autres : la mobilité humaine est toujours en marche.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
Une jolie femme n'est jamais bête pour les hommes, elle a toujours le premier esprit qu'ils demandent à une femme : celui d'être jolie. Il faudrait qu'une bêtise fût plus grosse qu'une maison, pour qu'un homme la vit sortir d'une jolie bouche, éclairée de jolies dents entre deux lèvres bien roses.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
On peut tout dire à une femme d'esprit quand on sait parler et se taire.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Tout doit se faire pour le plaisir qu'on y trouve.
Pierre-Jules Stahl ; Vie et options philosophiques d'un pingouin (1841)
Il n'y a rien au monde qui vaille mieux qu'un bon somme.
Pierre-Jules Stahl ; Vie et options philosophiques d'un pingouin (1841)
L'habitude d'être seul rend maussade.
Pierre-Jules Stahl ; Vie et options philosophiques d'un pingouin (1841)
En amour on finit toujours par y voir trop clair.
Pierre-Jules Stahl ; Vie et options philosophiques d'un pingouin (1841)
Ô mon premier amour ! combien il m'en coûta !
Pierre-Jules Stahl ; Vie et options philosophiques d'un pingouin (1841)
Avant de donner son cœur, on ne ferait pas mal d'y regarder à deux fois.
Pierre-Jules Stahl ; Vie et options philosophiques d'un pingouin (1841)
L'habitude du malheur finit par rendre ingénieux à s'en consoler.
Pierre-Jules Stahl ; Vie et options philosophiques d'un pingouin (1841)
Mieux vaut la dure vérité que le plus doux des mensonges.
Pierre-Jules Stahl ; Vie et options philosophiques d'un pingouin (1841)
Il en est des plaies du cœur comme de celles du corps : Quand elles ont été profondes, elles se ferment quelquefois, mais elles se rouvrent toujours.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
On ne saurait être bien où l'on est quand on pourrait être mieux ailleurs.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
La jalousie rend féroce quand elle est impuissante.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
Le plus grand bonheur de l'amour, c'est d'aimer.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
S'il est triste d'être pauvre, il l'est encore plus de le paraître.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
Où l'homme n'est plus, la nature reprend ses droits.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
Quand on a une fois goûté de la louange, on en vient à l'aimer, si peu qu'on la mérite, ou si peu qu'elle vaille et qu'on l'estime.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
Vie errante est chose enivrante.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
Il faut vivre quand on peut être bon à quelque chose sur la terre.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
On ne fait pas ce qu'on veut, on fait ce qu'on peut.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
S'agiter n'est pas avancer.
Pierre-Jules Stahl ; Souvenirs d'une vieille corneille (1841)
Que les filles sont donc ennuyeuses !
Pierre-Jules Stahl ; Les patins d'argent (1865)
Si l'amour était sur la terre, nous serions tous parfaits.
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
Pour vous aimer, attendez que vous ayez cessé d'être parjures, perfides, égoïstes.
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
L'amour est brave, il est glorieux, et il n'est en un mot que là où est la liberté.
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
Il faut être aussi petit que l'est un homme pour qu'il soit pardonné d'associer la haine à l'amour.
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
L'amour est fort, l'amour est tout puissant, et ce qui est tout puissant est calme.
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
L'amour, c'est la perfection.
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
Une égalité de caractère dénote un esprit bien fait.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
Ôter la pudeur des relations amoureuses, c'est en ôter l'amour même.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Les femmes font trop d'heureux pour ne pas faire des ingrats.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
S'il y a quelque chose qui ne soit rien pour une femme, c'est ce qui n'est plus.
Pierre-Jules Stahl ; Bijoux parlants (1857)
La monotonie, l'immobilité sont mortelles à l'amour ; la variété est nécessaire à cette flamme active.
Pierre-Jules Stahl ; Les bijoux parlants (1857)
Il est des torts qui tuent l'amour instantanément et irréparablement, devant ces torts, un cœur fier et délicat cesse de battre.
Pierre-Jules Stahl ; Les bijoux parlants (1857)
Hélas ! nous ne sommes pas même de force à nous aimer !
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
Qu'est-ce que nous sommes, si nous ne sommes pas de même force à nous aimer ?
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
Soyez humble ; l'humilité seule peut vous sauver.
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
Là où il y a une faute il n'y a pas de véritable amour, l'amour ne peut être que l'innocence.
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)
L'amour, c'est la certitude, c'est la foi ; la jalousie, c'est l'incrédulité et la haine.
Pierre-Jules Stahl ; Ce que c'est que l'amour (1853)

La liste des auteurs populaires :