Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues (2)

Les citations célèbres de Vauvenargues :

On tourne une pensée comme un habit pour s'en servir plusieurs fois.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les choses que l'on sait le mieux sont celles qu'on n'a pas apprises.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La paresse et la crainte de se compromettre ont introduit l'honnêteté dans la dispute.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'adversité fait beaucoup de coupables et d'imprudents.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

On n'est pas toujours si injuste envers ses ennemis qu'envers ses proches.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Tout ce qui est injuste nous blesse, lorsqu'il ne nous profite pas directement.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Il est difficile d'estimer quelqu'un comme il veut l'être.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'intérêt fait peu de fortunes.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les sots ne comprennent pas les gens d'esprit.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Le trafic de l'honneur n'enrichit pas.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les orages de la jeunesse sont environnés de jours brillants.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les abus inévitables sont des lois de la nature.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La guerre n'est pas si onéreuse que la servitude.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'estime s'use comme l'amour.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Il est aisé de critiquer un auteur ; mais il est difficile de l'apprécier.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Ni l'ignorance n'est défaut d'esprit, ni le savoir n'est preuve de génie.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Le goût est une aptitude à bien juger des objets de sentiment.
Vauvenargues - Œuvre : De l'esprit humain (1746)

La grande vanité de ceux qui n'imaginent pas, est de se croire seuls judicieux.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Le mépris n'est qu'un sentiment mêlé de haine et d'orgueil.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La lumière est le premier fruit de la naissance qui nous enseigne que la vérité est le plus grand des biens.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La justice est le fondement des sociétés, nulle vertu n'est plus utile au genre humain.
Vauvenargues - Œuvre : Traité sur le libre arbitre (1744)

La nature a rempli le cœur des bons de l'horreur du vice, mais elle y a mis aussi la compassion, pour tempérer cette haine trop fière, et les rendre plus indulgents.
Vauvenargues - Œuvre : Traité sur le libre arbitre (1744)

En ce monde, les uns sont destinés à jouir, et les autres à souffrir toute leur vie.
Vauvenargues - Œuvre : Traité sur le libre arbitre (1744)

Qui recherche la gloire par la vertu ne demande que ce qu'il mérite.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

On promet beaucoup pour se dispenser de donner peu.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La pensée de la mort nous trompe ; car elle nous fait oublier de vivre.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Le désespoir comble non seulement notre misère, mais notre faiblesse.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La paix rend les peuples plus heureux, et les hommes plus faibles.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les meilleures choses devenues communes, on s'en dégoûte.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La conscience, l'honneur, la chasteté, l'amour et l'estime des hommes, sont à prix d'argent.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Le silence et la réflexion épuisent les passions, comme le travail et le jeûne consomment les humeurs.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Il est bon d'être ferme par tempérament, et flexible par réflexion.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les femmes ont, pour l'ordinaire, plus de vanité que de tempérament, et plus de tempérament que de vertu.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'espérance est le seul bien que le dégoût respecte.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Tous les sujets de la beauté ne connaissent pas leur souveraine.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les feux de l'aurore ne sont pas si doux que les premiers regards de la gloire.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les conseils les plus faciles à pratiquer sont les plus utiles.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La gaieté est la mère des saillies.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La nécessité de mourir est la plus amère de nos afflictions.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Il ne faut pas autant d'acquis pour être habile que pour le paraître.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Le désespoir est la plus grande de nos erreurs.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

On est d'autant moins raisonnable sans justesse qu'on a plus d'esprit.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Le caractère du faux esprit est de ne paraître qu'aux dépens de la raison.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La langue et l'esprit ont leurs bornes, la vérité est inépuisable.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La folie de ceux qui réussissent est de se croire habiles.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Plus on est de fous, et moins on rit.
Vauvenargues - Œuvre : Lettre à Saint-Vincens, le 25 mars 1739.

La clarté est la bonne foi des philosophes.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La nécessité nous délivre de l'embarras du choix.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La nature a donné aux grands hommes de faire, et laissé aux autres de juger.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions critiques sur quelques poètes (1746)

Il y a de plus de grandes fortunes que de grands talents.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

On n'est pas né pour la gloire, lorsqu'on ne connaît pas le prix du temps.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Ce qui est arrogance dans les faibles est élévation dans les forts ; comme la force des malades est frénésie, et celle des sains est vigueur.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Qui se moque des penchants sérieux aime sérieusement les bagatelles.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'avarice annonce le déclin de l'âge et la fuite précipitée des plaisirs.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les hommes actifs supportent plus impatiemment l'ennui que le travail.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'éloquence vaut mieux que le savoir.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les maladies suspendent nos vertus et nos vices.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La sincérité me paraît l'expression de la vérité ; la franchise, une sincérité sans voiles.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

On tire peu de services des vieillards, parce que la plupart, occupés de vivre et d'amasser, sont désintéressés sur tout le reste.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'espérance est le plus utile et le plus pernicieux des biens.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Qui sait tout souffrir peut tout oser.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Quand on n'a pas de talent, il faudrait au moins avoir du goût.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La tempérance est la modération dans les plaisirs.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Trop et trop peu de secret sur nos affaires témoignent également une âme faible.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La sagesse est la connaissance et l'affection du vrai bien.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les longues prospérités s'écoulent quelquefois en un moment, comme les chaleurs de l'été sont emportées par un jour d'orage.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'opiniâtreté est une fermeté déraisonnable dans nos sentiments
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Les demi-philosophes ne louent l'erreur que pour faire les honneurs de la vérité.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Ce qui paraît aux uns étendue d'esprit, n'est aux yeux des autres que mémoire et légèreté.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Peu de choses nuisent absolument à un bon esprit, parce que toutes choses l'instruisent.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Il est plus aisé de dire des choses nouvelles que de concilier celles qui ont été dites.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

On dit peu de choses solides, lorsqu'on cherche à en dire d'extraordinaires.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La conviction de l'esprit n'entraîne pas toujours celle du cœur.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Il n'y aurait pas beaucoup d'heureux, s'il appartenait à autrui de décider de nos occupations et de nos plaisirs.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

On paye chèrement les moindres biens, lorsqu'on ne les tient que de la raison.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

On pardonne aisément les maux passés et les aversions impuissantes.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Le prétexte ordinaire de ceux qui font le malheur des autres, est qu'ils veulent leur bien.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

Le monde est rempli de ces hommes qui en imposent aux autres par leur réputation ou leur fortune ; s'ils se laissent trop approcher, on passe tout à coup, à leur égard, de la curiosité au mépris.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'antipathie est une haine violente, et qui ne raisonne pas.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

L'insuffisance de notre être fait naître l'amitié, et l'insuffisance de l'amitié même la fait périr.
Vauvenargues - Œuvre : Les réflexions et maximes (1746)

La liste des auteurs populaires :