Les citations beauté grâce

Ce dictionnaire contient 24 pensées et citations : La beauté grâce.

Beaucoup d'hommes apprécient plus la grâce que la beauté, la coquetterie que la grâce, l'effronterie que la coquetterie, l'impudence que l'effronterie, la perversité que l'impudence.
Louis Dumur ; Les petits aphorismes sur les femmes (1892)
La grâce est un accord dans les mouvements ; la beauté est un accord dans les traits.
François de Reynaud de Montlosier ; Les mystères de la vie humaine (1829)
Différence de la beauté et de la grâce. D'où vient la séduction ? La beauté en elle-même, sans le secours de la grâce, n'est qu'admirable, elle n'est pas aimable. Pourquoi ? La beauté m'est redoutable. Cela vient-il du sentiment de la difficulté de la posséder joint au sentiment de l'irrésistible attrait ? L'irrésistible, l'inaccessible : Tout l'amour.
Sully Prudhomme ; Journal intime, le 27 janvier 1869.
La beauté est la clef des cœurs, la grâce le passe-partout.
Paul Masson ; Les pensées d'un Yoghi (1896)
La pudeur et la modestie donnent plus de grâce à une jeune personne que la beauté même.
Félicité de Genlis ; Les pensées et maximes détachées (1801)
Qui a trouvé une femme réunissant la grâce, la beauté, la santé, la bonté, l'intelligence et la richesse, est le plus heureux des hommes.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 2 janvier 1873.
Beauté naïve et grâces naïves, des bijoux rares à trouver !
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)
La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Le premier qui a dit que les roses ne sont point sans épines, que la beauté ne plaît point sans les grâces, que le cœur trompe l'esprit, etc., a étonné : le second est un sot.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)
La beauté sans grâce est un printemps sans verdure.
Mirabeau ; Les lettres à Sophie Ruffei (1777-1780)
La beauté sans grâce est un hameçon sans appâts.
Ninon de Lenclos ; Les confessions (1700)
On admire d'un coup d'œil la beauté, elle ne laisse plus rien à deviner ; la grâce se fait aimer peu à peu par des détails variés, imprévus, qui vous plaisent d'autant plus qu'ils vous surprennent, et ses petits défauts d'ensemble sont quelquefois des charmes qui nous attachent.
Louis-Philippe de Ségur ; L'ennui (1816)
La beauté est dans la spiritualité des sentiments, et la grâce dans leur modération.
Joseph Joubert ; Des passions et affections de l'âme, XXIII (1866)
Les grâces préférables à la beauté ornent la femme de tous ce qu'elles ont de séduisant.
Marie-Geneviève-Charlotte Darlus ; Le traité des passions (1764)
Il y a un art caché dans la simplicité qui donne une grâce à l'esprit et à la beauté.
Alexander Pope ; Les maximes et réflexions morales (1739)
Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie.
Victor Hugo ; Post-scriptum de ma vie (1901)
Brillante de beauté, de grâces, de jeunesse, pour vous plaire, on accourt, on s'empresse.
Charles-Guillaume Étienne ; L'Intrigante, I, 9, le 6 mars 1813.
L'amour plaisir, c'est le fils de la beauté, le frère des grâces.
Louis-Philippe de Ségur ; Les pensées diverses (1823)
La beauté réside dans la forme ; la grâce dans les mouvements, le charme dans l'expression.
Lucien Arréat ; Les réflexions et maximes (1911)
La grâce, plus belle encore que la beauté.
Jean de La Fontaine ; Adonis (1658)
La grâce dans certaines femmes est le plus dangereux des mensonges. Elle trompe même les yeux et peut faire croire tout à la fois à la vertu et à la beauté d'une femme qui n'est ni sage ni belle.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
La grâce, ce charme suprême de la beauté, ne se développe que dans le repos du naturel.
Germaine de Staël ; L'influence des passions (1796)
La beauté ne déplaît jamais, mais sans la grâce, elle est dépourvue de ce charme secret qui invite à la regarder.
Voltaire ; Le dictionnaire philosophique (1764)
Sans le fard de l'amour, par qui tout s'apprécie, les grâces sont sans force, et la beauté sans vie.
Antoine Bret ; La double extravagance, VII, le 27 juillet 1750.

Autres dictionnaires à consulter :