Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations sur fils

Ce dictionnaire contient 35 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le mot fils. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur fils issus des quatre coins du monde :

La plupart des fils uniques ne sont pas mécontents de leur sort. Il n'est pas sans agrément d'être le petit roi, de ne partager pas plus ses jouets que l'amour de ses parents, de s'enraciner dans des manies que tout le monde respecte, de n'être pas dérangé dans ses rêveries ou dans ses lectures par quelque braillard de frère ou quelque mijaurée de sœur, de jouer prématurément au célibataire encroûté.
Jean Dutourd ; Le printemps de la vie (1972)
Ceux qui n'ont pas d'enfant ignorent bien des plaisirs, mais ils évitent aussi bien des souffrances. Si votre fils veut manger de la vache enragée, laissez-le faire ! il deviendra quelque chose.
Honoré de Balzac ; Les deux frères (1841)
Plus tard, mon fils, tu seras un homme libre, conscient de ses droits et respectueux de ses devoirs. Regarde ces malheureux animaux : ils marchent à quatre pattes ; leur corps est couvert de poils ; ils sont dénués de raison et passent toute leur vie derrière les barreaux d'une cage, hélas.
Jean Dutourd ; Le fond et la forme (1965)
Le fils prodigue est plus précieux que l'étranger le plus poli. Familles, je ne vous hais point ; on ne peut haïr sans être tout à fait déraisonnable ce qui a des racines si profondes dans l'humanité.
Jean Dutourd ; Le fond et la forme (1965)
L'artiste n'est pas toujours la joie de l'art, comme le fils n'est pas toujours la joie de la maison.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Un malheur qu'on ne craint pas pour soi, par exemple l'inconduite d'un fils quand on n'a pas d'enfant, nous semble à peu près supportable.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
On peut, heureusement, être bon patriote sans avoir les vices de son pays, et bon fils sans avoir les défauts de sa mère.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Mieux vaut souhaiter à son fils une bonne volonté plutôt que des talents.
Jeanne-Marie Leprince de Beaumont ; Le prince Fatal et le prince Fortuné (1756)
Apprenez à votre fils que, s'il veut être honnête, il sera pauvre ; que, s'il est fidèle à ses convictions et à ses amitiés, il sera dédaigné ; que, s'il a raison un peu trop tôt, il sera persécuté ; que, s'il est désintéressé, on se moquera de lui. Au moins, vous ne l'aurez pas trompé et s'il s'avise de prendre une mauvaise route, il saura où ça conduit.
Alphonse Karr ; L'esprit d'Alphonse Karr (1888)
On peut être le fils de quelqu'un sans être quelqu'un soi-même.
Paul Brulat ; L'histoire populaire d'Émile Zola (1909)
Mieux vaut être fils de personne que fils de n'importe qui.
Pascal Garnier ; Les hauts du bas (2003)
Tout fils unique se cherche un frère spirituel avec qui partager ce qu'il ne peut confier à ses parents.
Pascal Bruckner ; Un bon fils (2014)
Une femme qui ne dit plus à son fils « Mon petit » quand il est devenu vieux, n'est pas une vraie mère.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)
De nos jours on trouve plus de mauvais fils que de mauvais pères.
Jules Simon ; Le devoir (1854)
Il est si naturel à l'homme de s'attacher à ses enfants, que si la vieillesse arrive sans que nous ayons été pères, nous nous sentons nus et abandonnés dans ce monde ; il nous semble alors que nous l'avons traversé en vain ; la mort n'a plus de consolation ; l'affection la plus vive, l'amour lui-même ne sauraient remplacer un fils au chevet d'un mourant.
Jules Simon ; Le devoir (1854)
Les fils d'hommes connus qui embrassent la même carrière que leur papa ont besoin d'un grand tact un peu à la façon de ces jeunes acrobates qui se maintiennent en équilibre sur la tête glissante de leur père.
Albert Guinon ; Le Figaro, le 7 mai 1910.
Le fils unique est le plus malheureux de tous, adoré comme une idole, surveillé comme un malade, épié comme un prisonnier, dorloté comme un caniche par des parents qui n'ont pas d'autre préoccupation et qui, disposant de peu d'argent, ne sortent jamais.
Jean Dutourd ; Le printemps de la vie (1972)
Un fils craint aisément pour un père qu'il aime.
Marie-Joseph Chénier ; Tibère (1819)
Quand on le rendrait savant jusqu'aux dents, un grand nigaud de fils ne sera jamais qu'un nigaud.
Victor Cherbuliez ; La bête (1887)
Les fils ne sont pas responsables des infamies des pères.
Victor Cherbuliez ; Après fortune faite (1896)
Le visage du fils d'une mère est un livre qu'elle lit aussi couramment que son livre de messe, et à vrai dire elle n'en lit pas d'autres.
Victor Cherbuliez ; La ferme du Choquard (1883)
Le champ de l'espérance s'ouvre à l'imagination près du berceau d'un fils.
Claire Élisabeth de Vergennes ; L'essai sur l'éducation des femmes (1824)
Mon fils m'est cher, chacun aime les siens.
Plaute ; Les captifs - IIe s. av. J.-C.
Je méprise celui-là qui, son fils ayant péché, dénigre son fils.
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)
Ne pas obéir à ses parents c'est ne pas être fils.
Mencius ; Le livre des livres, II, I, 28 - IVe s. av. J.-C.
Un bon fils fait l'orgueil et la consolation de ses parents.
Pierre Larousse ; La lexicologie des écoles (1857)
Mon fils est fou, mais il n'en est pas moins mon fils.
Mark Twain ; Le prince et le pauvre (1882)
Les fils croient à la vertu de leur mère ; les filles aussi, mais moins.
Anatole France ; L'anneau d'améthyste (1899)
Un bon père n'a peut-être pas été un bon fils. Un bon fils sera sûrement un bon père.
Jean-Benjamin de Laborde ; Les pensées et maximes (1791)
C'est bien doux, une lettre, mais un fils absent, c'est cruel !
Joseph Roux ; Les pensées, notes et réflexions (1866)
Mon fils, l'art le plus nécessaire n'est pas de bien parler, mais de savoir se taire.
Voltaire ; L'indiscret, I (1725)
Le premier pas, mon fils, que l'on fait dans le monde est celui dont dépend le reste de nos jours.
Voltaire ; L'indiscret, I (1725)
C'est un grand bonheur d'avoir un fils prudent et sage, mais quant à une fille, c'est un fardeau bien onéreux pour un père.
Ménandre ; Les fragments - IVe s. av. J.-C.
Les fils ne savent pas que leurs mères sont mortelles.
Albert Cohen ; Le livre de ma mère (1954)
Aucune mère n'est le camarade de son fils. Le fils devine vite l'espion derrière le camarade et la femme jalouse derrière l'espion.
Jean Cocteau ; Les parents terribles (1938)

Thèmes de rubriques en rapport :