Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations sur susceptibilité.

Notre citation et pensée favorite :

La citation favorite La susceptibilité est un défaut qui en contient mille. L'homme susceptible, loin de pouvoir n'être que susceptible, est, par cela seul qu'il l'est, amené peu à peu à avoir presque tous les défauts. Et comment en serait-il autrement de celui qui, n'ayant jamais pu supporter, je ne dis pas la critique directe, mais la leçon, l'avis, le conseil, la plus douce remontrance, n'a jamais pu en profiter ? Il n'est pas de qualité native qui ne succombe dans le voisinage d'un tel défaut ! (Pierre-Jules Stahl)

Les 73 pensées et citations sur susceptibilité :

Pour moi, si j'étais un susceptible, et si j'avais le bon sens de me rendre compte de mon état et de mon défaut, j'irais chez un menuisier pour me faire raboter, chez un serrurier pour me faire limer, chez un chirurgien pour me faire amputer.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

La susceptibilité se loge rarement dans les grandes âmes, elle loge dans les petites.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

La susceptibilité peut avoir des flatteurs ; elle ne doit pas avoir d'amis, elle ne peut en avoir que de faux. Il semble qu'il y ait de pires défauts que la susceptibilité ; il n'en est pas, du moins, qui rendent leur homme plus insupportable, plus insociable.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

Être très susceptible, c'est être un buisson d'épines, être un fagot d'orties !
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

Le soupçon, la défiance, la jalousie, puis l'envie, qui n'est autre que la souffrance du bien d'autrui, voilà ce qui est au fond de la susceptibilité. Le susceptible, fût-il né très brave garçon, deviendra tôt ou tard un très fâcheux et peut-être un très dangereux, un très méchant homme ! Dites-moi ce qu'il peut avoir d'aimable celui dont la personne tout entière est menaçante et hérissée comme une place de guerre. Cherchons les agréments du porc-épic quand toutes ses lances sont en arrêt !
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

J'aime mieux traverser sans guêtres, jambes nues, un champ de landes et de chardons que d'accompagner, sur la pelouse la plus unie, le susceptible : j'y trouve moins de piqûres !
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

Le pauvre boudeur, à côté du susceptible, n'est qu'un simple hérisson ; le susceptible est un hérisson double qui a double garniture de piquants, les uns au dehors, les autres en dedans ; tout ce qui vit le blesse, et il blesse tout ce qui vit : les morts même lui veulent du mal, lui font du tort, et il tâche de le leur rendre.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

L'égoïste ne pense qu'à lui ; le susceptible, plus fâcheux, en un sens, que l'égoïste, croit que tout ce qui arrive, même aux autres, n'arrive qu'à lui, est fait contre lui. Il pense que l'univers lui marche sur les pieds tous les jours !
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

Les exigences du susceptible sont si variées, si multiples, si inattendues, si impossibles à prévoir, si opposées les unes aux autres, qu'il est de fait incapable de garder un ami.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

L'homme susceptible, qui s'était endormi satisfait, s'est réveillé mécontent. Pourquoi ? Vous lui avez été désagréable en rêve au plus profond de son sommeil, il a trouvé des guêpes dans son oreille à son réveil. Et vous voilà brouillés !
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

La susceptibilité a pour mère une personnalité poussée jusqu'à l'absurde ; le fond de son mal, c'est un amour-propre incommensurable et jamais satisfait.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

L'homme susceptible, en tout cas, est au moral ce délicat imbécile : le pli d'une feuille de rose suffit à troubler ses esprits.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

Le susceptible est un homme faible, c'est un roquet toujours agacé, toujours prêt à vous mordre les jambes, faute de pouvoir vous sauter à la figure !
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : La susceptibilité (1868)

La susceptibilité, chez un particulier, n'est qu'un travers ; elle est un vice chez l'homme public qui doit s'estimer assez pour se croire au-dessus de l'épigramme et même de l'injure.
Louis Joseph Mabire - Œuvre : Le dictionnaire de maximes (1830)

La susceptibilité consiste à se fâcher sans raison de ce qu'on vous fait ; elle est l'erreur ou le masque de la délicatesse : l'erreur, lorsqu'elle ne vient que d'un faux jugement ; le masque, lorsqu'elle vient d'un faux orgueil.
Hypolite de Livry - Œuvre : Les pensées et réflexions (1808)

Certains hommes blessés sont comme les jolies femmes, ils ne pardonnent pas aisément ; leur amour-propre est susceptible.
Goswin de Stassart - Œuvre : Les pensées et maximes (1780-1854)

Si l'on se réunit dans un salon, c'est pour s'y délasser des soucis et des devoirs de la vie ; apportez-y donc de l'indulgence et l'abnégation de vous-même ; l'esprit social n'a pas de plus grand ennemi que cette susceptibilité tracassière, fille d'un amour-propre insatiable, et toujours prête à se cabrer au moindre mot qui lui déplaît. Sans le désir de se plaire mutuellement, à quoi bon se voir, à quoi bon se chercher ? Mieux vaudrait assurément la solitude.
Goswin de Stassart - Œuvre : Les pensées et maximes (1780-1854)

Les êtres odieux ont leur susceptibilité, les monstres sont chatouilleux.
Victor Hugo - Œuvre : Les misérables (1862)

L'homme susceptible, à la moindre apparence de reproche, boude comme un enfant.
George Sand - Œuvre : La ville noire (1860)

La défensive a été l'attitude de ma jeunesse : de là, endolorissement, racornissement, méfiance, susceptibilité, rétraction de la tortue dans sa carapace, et du nautile dans sa coquille.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Les fragments d'un journal intime (1852)

Je reconnais du reste que ma délicatesse aboutit à la susceptibilité et à la raideur, et que, sur les questions de fierté, je ne m'incline jamais ; j'admets que je suis désagréable et revêche au possible dès qu'on me rebrousse ou plutôt dès que je me refuse, et je me refuse dès qu'on refuse ma sympathie ou qu'on manque de confiance. Mais qu'y faire ?
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Les fragments d'un journal intime (1852)

Le défaut de mon caractère et par conséquent son point vulnérable, c'est la susceptibilité. Je m'offense aisément, je prends tout au sérieux, et je ne puis supporter un accroc non réparé. Outre la susceptibilité, la roideur : je ne puis être adroit, m'abaisser à l'habileté, dès que mon intérêt est pour quelque chose en jeu, ou qu'il faut spéculer sur l'amour-propre du prochain. Je suis tout à fait doctrinaire par le caractère, c'est-à-dire me respectant trop pour rien obtenir par caresse et par entraînement, et m'appuyant sur mon droit ou sur la raison, jamais sur la nature passionnée des hommes.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 10 juin 1854.

L’action m'est bonne et salutaire ; le succès double mes moyens, et je ne perdrai ma raideur et ma susceptibilité qu'en frayant avec mes semblables.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 16 novembre 1849.

Un fond de réserve fière et de susceptibilité vigilante arrête assez vite l'intimité au degré de la politesse aimable.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

J'ai si peur du bonheur, si peur du malheur, tant horreur du regret, tellement crainte du ricanement et de la raillerie, j'ai tant de susceptibilité, de défiance, d'amour-propre et de timidité, bref j'ai si peu de confiance en moi et tant de peine à voir la Providence dans ma vie, que je ne puis ni me rassurer ni me décider.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Ma chère petite sainte a deux défauts dont elle ne se défie pas assez : l'outrance du désir et la susceptibilité maladive. Ces natures absolues que ne tempère ni la nuance ni le sourire sont bien mal outillées pour le bonheur ; elles ne le trouvent pas, ne le donnent pas et l'effarouchent dès qu'il passe. Un peu d'égalité d'humeur, de débonnaireté, d'enjouement, de suavité et de grâce, d'esprit et d'indulgence valent mieux pour une femme. Mais enfin on est ce qu'on est, on a ce qu'on a !
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 17 février 1876.

Un caractère agressif, rageur, susceptible, est singulièrement fatigant.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 24 avril 1872.

Un amour-propre excessivement susceptible dans un milieu narquois et inquisitif, engendre cette tactique de l'invariable vigilance et de la méfiance absolue. Ces hommes-là sourient toujours et ne se livrent jamais.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Les fragments d'un journal intime (1852)

Ceux qui n'ont pas trop marchandé les plaisirs peu avouables sont féroces envers les paroles folâtres. On dirait que la susceptibilité de leurs oreilles veut racheter la complaisance de leurs actions.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 8 septembre 1872.

Une âme querelleuse aime à rendre le fiel pour le miel et une blessure pour une gentillesse. Ma foi, je la plains. Cette susceptibilité acerbe, cet amour - propre soupçonneux, vindicatif, toujours sur le qui-vive, indique peu de bonheur et surtout peu de bonté.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 29 février 1872.

Les thèmes de citations et de synonymes en rapport :