Les citations célèbres sur la fortune (2)

Les citations, pensées et mots de célébrités :

La fortune favorise la folie et la force.
Shûdraka ; Le chariot d'enfant - VIIe s.
Le mérite et la fortune ne voyagent guère de compagnie.
Shûdraka ; Le chariot d'enfant - VIIe s.
La fortune se fait une comédie de la vie des hommes.
Ménandre ; Les fragments - IVe s. av. J.-C.
La fortune change tout, triomphe de tout, et personne ne triomphe en dépit de la fortune.
Ménandre ; Les fragments - IVe s. av. J.-C.
La fortune est tout, c'est elle qui gouverne, change, ou conserve toute chose. La prudence des mortels n'est que chimère.
Ménandre ; Les fragments - IVe s. av. J.-C.
Quelle que soit votre opulence, sachez qu'elle porte sur une base qui peut s'écrouler et qu'un flux d'air n'est pas plus muable que le souffle de la fortune.
Ménandre ; Les fragments - IVe s. av. J.-C.
C'est la fortune qui règle tout : tel individu est esclave aujourd'hui qui se verra demain en liberté, et tel autre est libre pour le quart-d'heure qui se réveillera dans les chaînes. Le destin pétrit les hommes à sa guise.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
On aime à commencer la fortune de quelqu'un, mais jamais à l'achever.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
L'homme le plus délicat cache ses bonnes fortunes comme l'on cache ses décorations, en en laissant toujours apercevoir un petit bout.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
On ne monte à la fortune que par degrés, il n'en faut qu'un pour en descendre.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)
La fortune se vend cher à ceux qui la recherchent, elle se livre d'ordinaire aux moins empressés.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)
Un homme sage ne méprise le conseil de personne, il sait que la pauvreté n'ôte pas le bon sens, et que le conseil d'un homme pauvre peut ouvrir le chemin à la fortune.
Axel Oxenstiern ; Les réflexions sur les conseils (1652)
Gardez-vous de regarder la fortune comme une déesse.
Épicure ; Les lettres à Ménécée - IIIe s. av. J.-C.
L'homme, dans la fortune, méconnaît tout le monde ; et dans la disgrâce, il n'est connu de personne.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)
Si la fortune fuit et méprise tant les gens d'esprit, qui le lui rendent bien, n'est-ce point par jalousie de les savoir plus riches qu'elle ?
Auguste Guyard ; Quintessences (1847)
La fortune est semblable à ces courtisanes qui chaque nuit changent d'amants, et prodiguent leurs faveurs au premier venu.
l'Orient ; L'Orient en maximes et proverbes (1909)
La fortune est une femme coquette et fantasque qui veut être brusquée par ses amants.
l'Orient ; Les apologues et contes orientaux (1784)
La fortune ressemble à un marché, il suffit d'attendre pour que le prix baisse.
Francis Bacon ; Les essais (1625)
La fortune veille à ce que l'homme ne soit jamais sans douleurs.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.
L'avare n'a qu'une parole à la bouche : il faut faire fortune.
François-Rodolphe Weiss ; Les principes philosophiques et moraux (1785)
La fortune prodigue noie ses favoris dans l'opulence.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
La fortune nous récompense aussi souvent lorsqu'elle paraît nous punir.
François-Rodolphe Weiss ; Les principes philosophiques et moraux (1785)
La fortune est, comme le verre, brillante et fragile.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.
La bienveillance établit un pont entre ceux que la fortune a séparés.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
En désertant notre toit, la fortune en éloigne les indifférents et y rend plus assidus ceux qui nous aiment.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Les grandes fortunes et les grandes rivières ne font jamais plus de bruit qu'au moment de leur chute.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
La gloire et la fortune sont les poupées de grands enfants.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
Si la fortune pouvait récriminer, on serait moins prompt à l'accuser.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)
Conduisez-vous avec la fortune comme avec les mauvaises payes, ne dédaignez pas les plus faibles acomptes.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)
La fortune est capricieuse ; une première négligence, une inattention, un rien l'irrite souvent, jusqu'au point de ne pardonner jamais à celui qui a eu le malheur de lui déplaire.
Axel Oxenstiern ; Les réflexions sur la fortune (1648)
Il ne faut laisser à la fortune que ce qu'on ne peut lui ravir.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 30 octobre 1851.
La roue de la fortune ne s'immobilise jamais, le point le plus haut est le point le plus menacé.
Maria Edgeworth ; Les réflexions et maximes morales (1849)
Jamais la fortune n'a placé un homme si haut qu'il n'eût besoin d'un ami.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
La fortune, qui veut être prise de force, avec le vrai mérite inactif fait divorce.
Louis Belmontet ; Les pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)
Un esprit bien fait espère une bonne fortune dans la mauvaise, et en craint une mauvaise dans la bonne.
Antoine Arnauld ; La logique ou L'art de penser (1683)
Il vaut mieux être l'ouvrier de sa fortune que d'en être l'ouvrage.
Jean-Baptiste de La Roche ; Les pensées et maximes (1843)
Tenez toujours votre fortune à l'abri des hasards, et ne vous liez qu'avec vos pareils.
Martial ; Les épigrammes - env. 90 ap. J.-C.
La fortune, comme une maîtresse, plus elle nous accorde, plus on lui demande.
Manon Roland ; Lettre à Henriette, le 21 mai 1777.
Il n'y a que les malhonnêtes gens qui font fortune.
Jean Dutourd ; Le déjeuner du lundi (1947)
Pour faire fortune, ce n'est pas de l'esprit qu'il faut, c'est de la délicatesse qu'il ne faut pas.
Alfred Bougeard ; Les moralistes oubliés (1858)
Si la fortune vient en dormant, ça n'empêche pas les emmerdements de venir au réveil.
Pierre Dac ; Les pensées - Ed. du Cherche Midi (1972)
À grande fortune, grand cœur.
Citation latine ; Les proverbes et sentences latines - Ier s. av. J.-C.
Si la fortune nous refuse les occasions de bien faire, au moins évitons soigneusement de nuire.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)
Là où les violons se font entendre, les femmes y courent : quand on a la fortune pour soi, on a toujours de son côté celles qui lui ressemblent.
Adolphe Ricard ; L'amour, les femmes et le mariage (1857)
Qui attend la Fortune est moins sûr de la rencontrer que qui va au-devant d'elle.
la Perse ; Les proverbes et dictons persans (1822)
La fortune ne fait pas le bonheur, parce que le bonheur de l'homme n'a pas de thermomètre fixe et que son désir n'a pas de limites certaines ; mais je déclare que, parmi les choses qu'il recherche le plus obstinément, et qui, par conséquent, sont pour lui sinon le moyen unique de parvenir au bonheur, au moins un des plus certains pour se le procurer, la fortune doit être placée au premier rang.
Alexandre Dumas, fils ; Un cas de rupture (1892)
La fortune ne fait pas le bonheur ! C'est là une vieille maxime inventée certainement par un millionnaire pour un de ses amis pauvre auquel il aimait mieux donner cette consolation que la moitié de ses rentes.
Alexandre Dumas, fils ; Un cas de rupture (1892)
Qui a gagné, à la sueur de son front, une fortune honorable est exposé à la médisance.
Joseph Méry ; Les nuits de Londres (1840)
Le plus fortuné des hommes est celui qui n'a pas besoin de la fortune.
Sénèque ; Les lettres à Lucilius, XC - env. 64 ap. J.-C.
Il faut ramener à des justes proportions la fortune de quelques riches.
Gandhi ; Tous les hommes sont frères (1969)
La magnificence de la toilette d'une femme qui n'a pas de fortune, atteste deux choses qui lui font peu d'honneur : la prodigalité de son amant et la sottise de son mari : Quand madame les porte beaux, disait Scarron, monsieur les porte belles.
Adolphe Ricard ; L'amour, les femmes et le mariage (1857)
Faire sa fortune n'est pas synonyme de faire son bonheur, l'un peut cependant s'accroître avec l'autre.
Claude-Adrien Helvétius ; Les pensées et réflexions (1765)
Il y a des gens qui n'ont de leur fortune que la crainte de la perdre.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)
Bien des fortunes se dissipent en même temps qu'on les gagne.
Benjamin Franklin ; L'almanach du pauvre Richard (1733)
On dit que la fortune vient en dormant : il n'est pas nécessaire de dormir, il suffit de se coucher.
Marcel Pagnol ; La prière aux étoiles (1941)
À Paris, sans fortune, sans héritage, on existe à peine déjà, on a bien du mal à ne pas être déjà disparu.
Louis-Ferdinand Céline ; Le voyage au bout de la nuit (1932)
L'ami qu'à son gré la fortune conduit, nous sourit avec elle, avec elle nous fuit.
Pétrone ; Satyricon, LXXXII - env. 60 ap. J.-C.
Les gens de cœur et d'esprit se font leur fortune eux-mêmes.
la sagesse populaire ; Le recueil d'apophtegmes et axiomes (1855)
Quand la fortune vient, attends ; quand elle attend, marche à elle.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 juillet 1852.
Il faut se défier de la fortune, mais il faut n'en désespérer jamais.
Christine de Suède ; Les maximes et pensées (1682)
Attachez-vous à la vertu, vous n'aurez pas à vous plaindre de la fortune.
la sagesse populaire ; Les sentences et adages et maximes morales, 157 - XVIIIe siècle.
Ne reprochez à personne sa mauvaise fortune : L'avenir est incertain, c'est le sort qui règle tout ici-bas.
Isocrate ; Les discours de morale - IVe s. av. J.-C.
Je déteste les cœurs qu'une amitié commune fait flotter incertains au gré de la fortune.
Jean-Baptiste Vivien de Châteaubrun ; Troyennes, I, 1 (1751)
On passe à la fortune un peu d'impertinence.
Charles-Guillaume Étienne ; Les deux gendres, le 11 août 1810.
Mieux vaut perdre sa fortune que de perdre son honneur.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
Il y a des émotions que la fortune ne donne pas.
Alfred Capus ; L'adversaire, I, 1 (1903)
Souvent un homme à bonnes fortunes, coquette avec dix femmes, n'en a pas une seule.
Honoré de Balzac ; Le contrat de mariage (1835)
Qui ose a peu souvent la fortune contraire.
Mathurin Régnier ; Satires, III, 66 (1608)

Autres dictionnaires à consulter :