Les citations sur prêter

Ce dictionnaire contient 62 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le verbe prêter. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur prêter issus des quatre coins du monde :

On prête généreusement aux femmes des autres les agréments qu'on ne trouve pas dans la sienne.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
On ne prête qu'aux riches ! Encore un proverbe idiot. Depuis une trentaine d'années, on n'arrête pas de prêter à fonds perdus au tiers monde.
Jean Dutourd ; Les pensées et réflexions (1990)
Dans le commun de la vie, cela passe pour ingratitude de rendre de mauvaise grâce ce qu'une main bienfaisante a généreusement prêté.
William Shakespeare ; Richard III (1592)
Ne prête pas plus que tu te ne peux, mais aussi, ne refuse pas de prêter suivant tes facultés, surtout si le prêt peut faire plus de bien à celui que tu obliges, qu'il ne te fera de tort.
William Penn ; Les fruits de l'amour d'un père (1790)
Le débiteur se plaint de la dureté de son créancier. Prête-t-il à son tour, il devient lui-même un créancier plus rigoureux.
Citation chinoise ; Les sentences et pensées morales chinoises (1832)
Être sans argent est un éternuement qui dure soixante-dix ans, pendant lesquels tout le monde nous dit : Dieu vous bénisse ! sans que personne vous prête un mouchoir.
Alexandre Dumas ; Saphir, pierre précieuse montée (1854)
S'il arrive à l'avare de prêter quelque chose, il le prêtera évidemment à son semblable, à un autre avare qui en connaîtra le prix et le lui rendra, car les avares sont exacts.
Jean Dutourd ; Le fond et la forme (1965)
Le prêt est le plus ingrat de tous les dons.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
On ne prête de l'argent qu'à des gens qui ont de quoi répondre.
Jeanne-Marie Leprince de Beaumont ; Le trésor des familles chrétiennes (1753)
Les femmes prêtent volontiers le temps qu'elles ont de trop à ceux qui n'en ont pas assez.
Honoré de Balzac ; Les femmes (1857)
Quand on prête à de trop gros intérêts, on s'expose à perdre le fonds.
Adrien Destailleur ; Les observations morales, critiques et politiques (1830)
Il n'est pas nécessaire de se donner, mais il faut savoir se prêter.
Victor Cherbuliez ; La bête (1887)
Personne n'a le droit de faire le métier de prêteur d'argent, que celui qui a de l'argent à prêter.
Thomas Jefferson ; Lettre à Madame Cosway, le 12 octobre 1786.
Le charitable est le seul prêteur qui prête à cent pour un.
Charles Péguy ; Ève (1913)
Qui prête à rire n'est jamais sûr d'être remboursé.
Raymond Devos ; Sens dessus dessous (1976)
L'homme, en pensant même à la destinée, ne doit pas cesser de faire des efforts. Sans efforts on ne peut tirer de l'huile de la graine de sésame.
Citation hindoue ; Les maximes de la sagesse hindoue - IIe siècle.
Le bonheur n'est qu'un prêt, sa rançon c'est l'amour.
Henri-Frédéric Amiel ; Grains de mil (1854)
De nos jours, les mecs te prêtent plus volontiers leur femme que leur bagnole. Ils savent qu'une petite chevauchée sur une monture de Jacob-Delafon répare les éventuels dégâts infligés à leur compagne ; tandis qu'une chignole, si tu lui infliges un gnon, ça laisse des traces coûteuses.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)
Il n'est pas nécessaire d'être aussi riche pour donner que pour prêter.
Diane de Beausacq ; Les pensées et maximes de la vie (1883)
Il faut prêter l'épaule à qui est trop chargé.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Si tu veux jouir de ton mérite, il faut que tu prêtes du mérite aux autres.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Prêter à un taux usuraire, c'est usurairement usuel, d'autant que ça ne s'use que quand ça ne se prête plus.
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
Envier l'argent des autres, ce n'est pas très joli, mais c'est humain. Ne pas le rendre à celui qui l'a spontanément et généreusement prêté, c'est croire à un don du ciel.
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
Prêter de son argent à des frères malheureux qui sont dans le besoin, quand même on courrait quelquefois le risque de ne jamais le revoir, ce n'est pas le perdre, c'est prêter à intérêt, parce que Dieu le rendra avec usure.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Il y a deux règles à observer pour prêter avec prudence autant qu'avec charité. La première est de ne prêter que de votre superflu, de votre abondance, ou, si dans quelques cas particuliers vous prenez sur votre médiocrité, que ce ne soit que de petites sommes, afin que vous ne vous mettiez pas dans la nécessité d'emprunter vous-même, et que la perte qui pourrait vous en arriver ne puisse occasionner votre ruine. La seconde règle que prescrit la prudence, est de prendre vos sûretés par des billets, des contrats, des gages, des cautions. Quelque convaincu qu'on soit de la probité d'une personne, ou cette probité peut se démentir dans la suite, ou la mort peut changer l'état des choses et nous mettra dans le cas d'avoir affaire à des héritiers difficultueux : et il est toujours désagréable de s'exposer, en obligeant, à des peines qu'on aurait pu éviter par de sages précautions.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Il ne faut pas être moins prudent à se rendre caution qu'à prêter.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Prêtez gratuitement et sans aucune vue d'intérêt, c'est le beau et noble précepte de l'Evangile. Ceux qui agissent autrement, n'ont ni honneur ni religion. Leur cœur, insensible à la ruine des malheureux, que la nécessité ou la débauche engage à courir à leur porte, l'est encore plus aux cris de leur conscience.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
L'ingratitude et l'injustice de quelques-uns ne doivent pas nous rendre durs, et nous exposer à être injustes nous-mêmes en refusant généralement de prêter. Il y a des cas où la charité oblige à le faire quand on le peut, c'est une véritable aumône que de secourir ainsi ceux qui sont dans la nécessité.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Il faut prêter volontiers et gratuitement à ceux qui sont dans le besoin : c'est un acte de charité chrétienne, mais il faut le faire avec prudence. C'est un défaut de prêter trop facilement et à toutes sortes de personnes, parce qu'on en est souvent la dupe.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Obliger les autres, c'est souvent prêter à usure et s'obliger soi-même.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)