Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations sur effacer

Ce dictionnaire contient 62 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le verbe effacer. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur effacer issus des quatre coins du monde :

La mémoire est une table d’airain remplie de caractères que le temps efface insensiblement si l'on n'y repasse quelquefois le burin.
John Locke ; Les pensées sur l'éducation (1693)
Les bienfaits s'écrivent sur le sable, le moindre souffle les efface ; et les injures se gravent sur l'airain, rien ne peut détruire l'impression qu'elles font sur nous.
Citation persane ; Les proverbes et dictons persans (1822)
La tache que fait un seul mensonge n'est pas effacée par cent paroles véridiques.
Abu Shakour ; Les poèmes persans - Xe siècle.
Les droits de l'homme s'effacent devant les droits de l'asticot.
Pierre Desproges ; Les réquisitoires du tribunal des flagrants délires (1980-1983)
Où l'intérêt cesse, la mémoire s'efface.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Le passé est une médaille dont le revers est effacé.
Diane de Beausacq ; Les pensées et maximes de la vie (1883)
On ne peut rien recommencer, on ne peut rien effacer ; la vie passe implacable.
Diane de Beausacq ; Les pensées et maximes de la vie (1883)
Une larme efface un péché si cette larme jaillit d'un cœur repentant.
Edmond de Pressensé ; Les études évangéliques (1867)
Effaçons la peine de mort, je le veux bien, mais que Messieurs les meurtriers commencent.
Alphonse Karr ; L'esprit d'Alphonse Karr (1888)
L'absence simplifie, efface les nuances, pâlit les couleurs ; c'est une terrible calomniatrice. On oublie un détail après l'autre, des traits qui étaient originaux ou délicats deviennent communs.
Jean Dutourd ; Conversation avec le Général (1990)
La grâce de la nouveauté est à l'amour ce que la fleur est sur les fruits : elle donne un lustre qui s'efface aisément et qui ne revient jamais.
La Rochefoucauld ; Les réflexions ou sentences et maximes morales (1665)
Combien un regard est fugitif et passager ! Cependant l'homme, au milieu de l'immensité des mondes, s'attache souvent au plus petit, au globe qu'une paupière recouvre, au regard si vite effacé et qui à peine a existé.
Jean-Paul Richter ; Les pensées et réflexions (1829)
Il est des caractères qui semblent, comme une médaille d'un métal trop mou, avoir été effacés et un peu usés par la vie.
Victor Cherbuliez ; Le roman d'une honnête femme (1865)
Le pli de l'ironie une fois contracté ne s'efface plus.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Les calomnies et les méchancetés, même les moins vraisemblables, prennent aisément consistance, et l'impression qu'elles laissent s'efface difficilement.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)
Il y a des fois où il faut effacer complètement le passé pour aborder une situation donnée d'un œil réaliste, et tenter d'inventer des solutions qui tiennent compte du présent et qui sont une garantie pour l'avenir.
Pierre Bourgault ; Les écrits polémiques, La politique (1982)
Plutôt que de mourir j'efface ce que j'ai mis de temps à vivre.
Paul Éluard ; Je suis la bête, Le Livre ouvert (1942)
Il y a des absents sans retour. Des effacés au souvenir du monde.
Pascal Quignard ; Sur le jadis (2002)
Le devoir des vieux est de s'effacer devant les jeunes dès que les jeunes sont en âge de les remplacer.
Elisabeth de Bagréef-Spéranski ; La vie de château en Ukraine (1857)
Il n'est rien que ne puissent effacer des larmes sincères.
François-René de Chateaubriand ; Les martyrs (1809)
Faveur populaire ! mot tracé dans le sable, et qu'efface le plus léger souffle de l'adversité.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)
Il est des temps que l'oubli doit effacer.
Étienne Pivert de Senancour ; Oberman (1804)
Quand j'étais gamin, je jouais à pile ou face avec une pince et une gomme. Bah oui, la pince épile et la gomme efface !
Coluche ; L'almanach (2015)
Jeune, on jette au vent ses souvenirs : à qui voit devant soi l'avenir qu'importe le passé ? Vieux, on veut tout noter, tout conserver, non pour soi qui va finir, mais parce qu'on rêve de laisser, dans le sillage où tout s'efface, une trace de soi.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
L'homme délicat, généreux et bon, aime à s'effacer lui-même et à s'occuper d'autrui.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 23 mars 1852.
Nous fuyons d'instinct ce qui nous rappelle un tort, et nous espérons vaguement l'effacer en l'oubliant. La nature humaine a toujours incliné vers le prétendu droit de prescription.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 12 février 1853.
Avec beaucoup de diamants ne faire aucun effet, être riche et paraître gueux, être original et paraître copie : c'est là mon art. Il faut avouer qu'il ne fera pas de jaloux ! Par timidité, je ne sais pas paraître ce que je vaux ; je me dissimule, me cache, m'efface avec la honte la plus niaise. Je n'ose pas me montrer, me poser et me faire ma place. Je demeure furtif, non avenu, gêné par le public, comme un hibou jeté en plein air au grand jour, et je cherche l'ombre avec le même empressement que d'autres l'éclat. Aussi qu'arrive-t-il ? Le moindre sot qui d'aventure s'avance, hardi et confiant, me distance et m'éclipse aussitôt.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 8 juillet 1853.
Dans mes voyages, dans mes études, partout la timidité m'a nui, m'a effacé, m'a enlevé force et originalité, initiative et décision. - Aujourd'hui encore, je ne sais exploiter ni mon talent, ni mes ressources, et je ne sais pas prendre ma place réelle et légitime. Les regards m'embarrassent, les conséquences sont innombrables.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 6 juin 1852.
Je t'ai effacé de ma mémoire comme on déchire une page d'un livre d'histoire.
Maxalexis ; Adieu et bon vent (2017)
Les sentiments purs et délicats de l'amour, lorsqu'ils s'évanouissent, ne renaissent plus ; ils sont comme le duvet effacé des fleurs, que le printemps et la rosée ne sauraient reproduire une seconde fois.
Félicité de Genlis ; Arthur et Sophronie (1805)