Les citations célèbres sur adorer (2)

Les citations, pensées et mots de célébrités :

L'homme fait à l'image de son idéal toutes ses idoles, la femme qu'il aime comme le Dieu qu'il adore.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
Le sentiment de l'adoration entre jusque dans l'amour physique.
George Sand ; Lélia (1833)
On s'attache par le temps, on finit par s'adorer.
Jules Michelet ; La femme (1859)
L'intérêt n'a point de temples, mais il est adoré.
Voltaire ; Olympie, I, 5 (1763)
Qu'une femme soit adorée, elle veut bientôt être aimée comme une simple mortelle, et si elle a le bonheur d'être tendrement aimée, elle ne se consolera pas de n'être pas adorée : ni la divinité ni la femme ne veulent abdiquer !
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)
Ils sont des millions de Français qui adorent la France, mais ce n'est jamais la même.
Robert Sabatier ; Le livre de la déraison souriante (1991)
J'aime mieux entendre mon chien japper aux corneilles qu'un homme me jurer qu'il m'adore.
William Shakespeare ; Beaucoup de bruit pour rien (1600)
Les rois sont comme les idoles : quand on ne les adore pas, on les méprise.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Femmes, je vous adore, comme on adore une édition originale, avec ses fautes.
Sacha Guitry ; Elles et toi (1946)
Si une femme est adorée, elle est donc adorable.
Sacha Guitry ; L'amour masqué (1923)
La femme qui se voit vaincue sent un mouvement de haine contre son vainqueur, quelque adoré qu'il soit.
Alphonse Karr ; Le chemin le plus court (1836)
Adore secrètement la sympathie, mais aguerris-toi toujours davantage à t'en passer.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 22 mai 1867.
Elle a dix-huit ans, elle est adorable, et elle a une absence de poitrine qui me fait bien rigoler.
Sacha Guitry ; Les pensées, maximes et anecdotes (1992)
Si Dieu avait eu besoin d'être adoré, il n'eût créé que des chiens : le chien est plus apte que l'homme à l'amour.
René Barjavel ; La faim du tigre (1966)
Les vieux adorent manger des cacahuètes : ça leur rappelle leurs dents.
Jean Yanne ; Les pensées, répliques, textes et anecdotes (1999)
Le propre de l'homme est d'adorer ce qui est sale.
Jean Yanne ; Je suis un être exquis (2001)
On s'adore pendant plus ou moins de temps, puis un jour, on s'étranglerait.
Paul Léautaud ; Les propos d'un jour (1947)
Le vulgaire est un vieux Narcisse qui s'adore lui-même et qui applaudit le vulgaire.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)
Le monde est plein de midinettes prêtes à adorer les princes quels qu'ils soient.
Jean Anouilh ; La répétition ou l'amour puni (1947)
Quand nous adorons Dieu, c'est l'amour de Dieu que nous reflétons.
Alphonse de Châteaubriant ; Lettre à la chrétienté mourante (1951)
Si je t'aime, diable ? Mais je t'adore !
Louis Dumur ; Le sceptre de la Russie (1929)
L'amour, ces gens qui s'adorent et qui se retrouvent avec des têtes d'enterrement !
Jean Dutourd ; Les horreurs de l'amour (1963)
Il faut la nuit dire tout ce qu'on sent au tendre objet que notre cœur adore ; se réveiller pour en redire autant, puis se rendormir pour y songer encore.
Denis Diderot ; Lettre à Sophie Volland (1759)
Avec de l'imagination, on peut adorer une femme ; il n'est pas aussi facile de l'aimer.
Alphonse Karr ; Vendredi soir (1835)
Il doit aimer l'œuvre, celui qui en adore l'auteur.
Michel-Ange ; Madrigal I, Sur l'amour (1540)
Qui se dispute, s'adore.
Lévy frères ; Proverbe en un acte (1850)
C'est pour s'entendre dire qu'on est parfait et se voir adorer qu'on veut être aimé.
Alfred de Vigny ; Cinq-Mars (1826)
Adorez-vous, et fichez-vous du reste ; croyez ce que je dis là, c'est du bon sens.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)
La meilleure manière d'adorer Dieu, c'est d'aimer sa femme : Je t'aime ! voilà mon catéchisme.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)
Le dédain imbécile peut avoir les mêmes effets que l'adoration imbécile.
Victor Hugo ; William Shakespeare, IV, 5 (1864)
Salut ! J'adore ta beauté.
Charles Baudelaire ; L'amour du mensonge (1857)
Aimer qui vous adore, et laisser qui vous quitte.
Philippe Quinault ; Les rivales (1653)
Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne.
Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal, Je t'adore à l'égal (1857)

Autres dictionnaires à consulter :