Les citations soupirer

Ce dictionnaire contient 41 pensées et citations soupirer :

L'insensé soupire après les richesses, le sage se contente de ce qu'il a.
la Perse ; Les sentences et pensées persanes (1793)
Il est rare de penser à fond sans soupirer ; à l'extrême de toute pensée est un soupir.
Paul Valéry ; Tel quel (1929)
Le cœur est un glouton insatiable, on le sait ; le cœur qui soupire voudrait plus et mieux.
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1852)
Quand on n'attend dans le futur que déboire, chagrin, humiliation, souffrance, déclin, on soupire malgré soi et l'on garde le cœur serré.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 29 septembre 1874.
Comme s'envolent les années, me voilà bientôt dans les vieux ! Hélas, hélas mes destinées forment un cercle vicieux : Le présent est mauvais, le futur sera pire ; je vois mes peines, hélas, j'en soupire ! et n'attends rien de mieux.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 30 août 1875.
Il y a des jours où l'on voudrait être athlète, et d'autres où l'on voudrait être femme. Dans le premier cas c'est le muscle qui palpe, dans le second c'est la chair qui soupire et qui s'embrasse.
Gustave Flaubert ; Les pensées (1915)
Le désordre et la confusion toujours ont régné dans le monde ! L'un rit, l'autre pleure, un troisième pousse des cris. L'un est le rossignol qui soupire ses chagrins, l'autre la rose des joues de l'objet qui l'attache. Le monde est pour les uns le plus charmant pavillon, un jeu, un divertissement, une jouissance ; à d'autres il n'offre que chaines et amertumes. Le roi et l'indigent sont également sujets à devenir à la fin le jouet des pieds de la fortune, ô Baki ! Tu es aujourd'hui tout étonné en présence du couvent de ce monde : tous ceux qui y arrivent restent stupéfaits devant ces mystères.
la Turquie ; Les sentences et pensées morales turques (1832)
Un soupirant qui soupire depuis quelques années n'est pas très pressé.
Jean Dutourd ; Les mémoires de Mary Watson (1980)
Si les amants ne soupirent plus, c'est la faute des femmes qui ne leur en laissent pas le temps.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
On n'apprécie que ce qui se perd, on ne soupire qu'après l'inaccessible et l'impossible.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 15 avril 1859.
Soupirer près d'une jeune, se plaindre près d'une vieille, deux agréables passe-temps.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Le cœur est un glouton insatiable, il soupire constamment ! C'est notre destinée ici-bas.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 29 janvier 1866.
La vie : Si on vous interroge sur la vôtre, félicitez-vous de l'avoir eue aussi belle. Soupirez que ça se termine toujours mal. Et ajoutez : On fait le con jusqu'au moment où on fait le mort.
Philippe Bouvard ; Bouvard de A à Z (2014)
Soupirer, c'est appeler.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Il y en a qui ne soupirent jamais plus que quand ils sont parfaitement heureux.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Les indolents gémissent de la brièveté du temps, ils soupirent jour et nuit, en songeant à la quantité de papiers qui s'amassent sur leur bureau et oublient que le travail seul pourrait alléger ce fardeau !
Johann Georg Zimmermann ; Les réflexions sur la solitude (1756)
Je ne puis faire entendre mes plaintes aux rochers ni raconter mes joies aux vents du soir. Mon âme soupire après une âme qu'elle aime comme une sœur ; mon cœur cherche un cœur qui lui ressemble.
Johann Georg Zimmermann ; Les réflexions sur la solitude (1756)
Jupiter ne nous promet point ici-bas de succès assuré, cependant nous méditons avec orgueil les plus vastes projets, et une audacieuse espérance nous y entraîne sans cesse avec force et nous fait rejeter les conseils de la prévoyance ; Sachons donc borner notre ambition, c'est un funeste délire que de soupirer après ce qu'on ne peut atteindre.
Pindare ; Les jeux néméens - Ve s. av. J.-C.
Assise à côté de son grand frère l'espoir, la tendresse attend et soupire.
Anne Barratin ; De toutes les paroisses (1913)
Le découragement absolu produit l'inertie, et fait soupirer après le néant.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 19 janvier 1872.
L'homme n'est heureux que lorsqu'il est hors de son état naturel ; et comme il ne peut presque jamais chasser le naturel, il est toujours à soupirer après le bonheur.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
On ne craint rien tant que la mort, tout ce qui nous en approche nous effraye ; il n'est cependant pas de jour où l'on n'ait des motifs de soupirer après le lendemain.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
Nous soupirons après la vanité jusqu'à notre dernier soupir, et si, par impossible il ne nous reste alors plus rien de la vanité terrestre, la céleste vanité nous attire encore et plus que jamais.
Edmond Thiaudière ; La décevance du vrai (1892)
On aspire à être amoureux, on soupire pendant qu'on l'est, mais comme on respire, quand on ne l'est plus !
Edmond Thiaudière ; La soif du juste (1895)
Le cœur, quand il n'a pas ce qu'il désire, soupire, et quand il a ce qu'il veut, il tremble.
Anne Barratin ; De toutes les paroisses (1913)
L'amour a ses expressions, l'orgueil a les siennes ; l'amour soupire de ce qu'il perd, l'orgueil méprise ce qu'on lui refuse.
Marivaux ; Les pensées diverses (1763)
Un ennuyé prend tant de place ! sa présence rend l'atmosphère si pesante ! il absorbe tant d'air vital quand il soupire et quand il bâille !
Madame de Girardin ; Les maximes et pensées (1855)
L'espérance trompe, les années passent, et en vieillissant on a plus à soupirer qu'avant.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 2 janvier 1874.
Toi qui soupires après le bonheur tu ne connais donc ni la philosophie, ni l'espérance, ni l'amour ? Oh ! penser, espérer, aimer, sont des biens si grands qu'ils donnent à l'homme une éternelle jeunesse et suffiraient à justifier Dieu de nous avoir créés sans notre consentement.
Auguste Guyard ; Quintessences (1847)
Le sot recherche la louange, le sage l'attend, et les belles, tout bas, soupirent après.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)
Attiré par la nouveauté, mais esclave de l'habitude, l'homme passe sa vie à désirer le changement et à soupirer après le repos.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)
En amour, celui qui ne fait que soupirer court grand risque de soupirer longtemps. Demander avec timidité, c'est appeler le refus, a dit un philosophe : Qui timide rogat, docet negare.
Adolphe Ricard ; L'amour, les femmes et le mariage (1857)
Si dur que soit l'état dont notre cœur soupire, et quel que soit le mal qui nous vienne éprouver, supportons ; tout malheur qu'on change devient pire, la peine qu'on maudit peut encore s'aggraver.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 30 août 1878.
Travaille sur ton cœur et, quoiqu'il en soupire, attends pour demander d'être prêt au refus.
Henri-Frédéric Amiel ; Il penseroso (1858)
Santé, premier des biens après la paix du coeur, santé, je soupire après toi.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 20 avril 1873.
Les pensées trop fines, le style trop châtié, l'amabilité trop régulière font soupirer après la nature.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
Je soupire, je tremble, je souffre ; écoutez mes plaintes, écoutez mes pleurs.
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)
Soupirer ne peut rassurer.
Pascal Quignard ; La parole de la Délie (1974)
Qui soupire n'aime pas.
Pascal Quignard ; Écrits de l'éphémère (2005)
L'homme passe sa vie à désirer le changement et à soupirer après le repos.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)
Tel rit de jour, qui toute nuit soupire.
Mathurin Régnier ; Satire XIII, Macette (1604)

Autres dictionnaires à consulter :