Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations sur soupir

Ce dictionnaire contient 30 pensées et citations soupir :

Partout où il y a un être qui souffre, ses soupirs appellent une femme.
Emile Mathieu ; Études cliniques sur les maladies des femmes (1848)
Jusqu'à son dernier soupir il fut gai et drôle. La joie chrétienne lui apparaissait comme un défi à la malheureuse condition de l'homme sur la terre !
Jean Dutourd ; Le fond et la forme (1965)
Non décidément, les artistes ne sont pas des boutiquiers, et ceux à qui les dieux n'accordent pas la faveur de les tuer en pleine jeunesse doivent travailler comme des forçats jusqu'au dernier soupir.
Jean Dutourd ; Les matinées de Chaillot (1978)
Passage protégé : Traces de peintures qui annoncent que vous risquez la mort mais que vous rendrez le dernier soupir avec la satisfaction d'avoir été dans votre droit.
Philippe Bouvard ; Bouvard de A à Z (2014)
Est-ce que tous les morts ont la même existence posthume que moi ? Tant de gens cessent d'exister bien avant leur dernier soupir.
Philippe Bouvard ; Je suis mort, et alors ? (2009)
Certes, nous sommes tous des condamnés à mort, mais l'être par Dieu et non par les hommes permet d'être chouchouté jusqu'au dernier soupir.
Philippe Bouvard ; Je suis mort, et alors ? (2009)
Les soupirs de l'amour sont la respiration du cœur ; sans amour, la vie est une nuit au milieu d'une éclipse de lune ; mais lorsque cette nuit n'est plus obscurcie par l'interposition d'aucun globe terrestre, une douce lumière éclaire le monde ; les belles de nuit entrouvrent leurs calices, les rossignols font retentir des accents mélodieux, le ciel est partout.
Jean-Paul Richter ; Les pensées et réflexions (1829)
Le long soupir brisé est le timide frère du sanglot.
Rémy de Gourmont ; Les histoires magiques (1894)
Il est des soupirs qui valent un poème.
Pierre-Édouard Lémontey ; Raison, folie, chacun son mot (1801)
Les hommes sont si faux qu'ils ne valent pas la peine que nous poussions un soupir pour eux !
Paul de Kock ; Monsieur Dupont ou La jeune fille et sa bonne (1824)
Je me demande combien de temps je vais pouvoir retenir mon souffle avant de rendre le dernier soupir.
Grégoire Lacroix ; Les euphorismes de Grégoire (2006)
Les soupirs et les chagrins me sont plus chers que le bruit de la joie et des rires.
Khalil Gibran ; À la porte du temple (1923)
Si le drame de la vie était écrit en musique, il ne contiendrait que des soupirs.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Vouloir rendre un être heureux, voilà le principe sentimental du mariage. Donner à une femme l'occasion d'exercer les vertus qu'elle porte en elle, de faire rayonner les forces et fructifier les facultés dont elle est dépositaire, lui ouvrir la carrière conjugale, maternelle, sociale, humaine, pour laquelle elle est née, vers laquelle la poussent les instincts de sa nature, les élans de son cœur, les soupirs de son âme, c'est une belle tâche, c'est presque un devoir.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 30 octobre 1860.
Un soupir est un reproche au présent, un sourire au passé.
Madame de Girardin ; Les poésies complètes (1842)
Mon amour, nous voir est notre unique bonheur ; nous aimer est toute notre vie : nous ne renoncerons à l'espoir de nous réunir, nous ne sentirons éteindre notre amour, qu'en exhalant notre dernier soupir.
Mirabeau ; Les lettres à Sophie Ruffei (1777-1780)
Où sont, dans notre famille, ceux qui savent consoler, fortifier, relever, comprendre les autres ? Qui donc sait essuyer une larme, recueillir un soupir, donner un bon conseil ? Qui sait deviner une peine, provoquer une confidence, solliciter un épanchement, respecter un secret, panser une blessure, mériter la confiance illimitée ? Et d'où vient cette lacune ? D'un manque de spiritualité de vie intérieure. La sainte sollicitude est remplacée par la susceptibilité vigilante. On s'aborde par le dehors, avec une gaieté plus ou moins railleuse. On ne met en communauté ni les choses belles ni les choses éternelles. Et la frivolité rend sec, et le badinage perpétuel déshonore la vie. Dieu, l'infini, le sublime, sont absents.
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1852)
L'oreiller est le confident discret de nos peines, et que de soupirs il étouffe !
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)
Dans un bon ménage, les peines doivent être partagées avec égalité entre les deux époux. Aussi voit-on d'ordinaire que c'est le mari qui a le mal, et la femme qui fait les soupirs.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
La longue habitude du renoncement n'a pu étouffer encore mes derniers soupirs.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 12 décembre 1864.
Aimer, c'est acheter par le dédain par les pleurs, de farouches regards par des soupirs déchirants, la joie éphémère d'un moment par vingt nuits de veille, de fatigue et d'ennui. En cas de conquête, votre triomphe peut être un malheur ; en cas d'échecs, une pénible souffrance est votre conquête. À coup sûr, c'est la folie achetée au prix de la raison, ou c'est la raison vaincue par la folie.
William Shakespeare ; Les deux gentilhommes de Vérone (1590)
N'étouffe pas tes soupirs, ne dévore pas tes larmes, ils annoncent ou une grandeur inconnue, ou un trésor oublié, ou une vertu qui se noie et appelle au secours : la douleur est bonne, elle fait connaître le bien.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 12 mars 1851.
Le soupir annonce la tempête comme un vol précipité d'oiseau.
Rémy de Gourmont ; Les histoires magiques (1894)
L'amant qui ne dépense qu'en soupirs n'est payé qu'en espérances.
Sophie Arnould ; Les pensées, maximes et anecdotes (1740-1802)
Qui a choisi la privation doit apprendre que la privation ne va pas sans soupir.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 19 janvier 1866.
Tous les hommes sont des êtres de soupir et de désir, d'inquiétude et d'espérance.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 20 avril 1873.
Les grands soupirs ont toujours l'air de chercher une patrie.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Du premier cri au dernier soupir, l'homme est un souffle pensant.
Claude Roy ; La fleur du temps (1983-1987)
Les soupirs sont comme les éclairs : ils annoncent la pluie.
Carlo Goldoni ; Arlequin serviteur de deux maîtres (1745)
Le premier soupir de l'enfance est pour la liberté.
Vauvenargues ; Les réflexions et maximes (1746)

Thèmes de rubriques en rapport :