Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations célèbres sur l'amitié (2)

Notre citation favorite :

La citation favorite
Le désintéressement est l'un des caractères nécessaires de l'amitié, et ajoutons que le devoir d'un ami qui peut rendre un service est de deviner les soucis de l'autre et de rendre le service avant qu'il ait été demandé. (Émile Salomon Wilhelm Herzog, dit André Maurois)

Les citations, pensées et mots de célébrités :

L'amitié qui s'épanouit sur un terrain légèrement préparé par l'amour a des couleurs et des parfums d'une suavité toute particulière ; on dirait une plante de nos zones tempérées devenue hybride dans le voisinage d'une fleur des tropiques.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)
La raison est le flambeau de l'amitié ; le jugement en est le guide ; la tendresse en est l'aliment.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)
L'amitié embellit les jours mauvais, charme les ennuis, et évite les écueils de la si courte mais si périlleuse traversée de la vie.
Auguste Guyard ; Quintessences (1847)
L'amitié honore au moins autant celui qui l'éprouve que celui qui l'inspire.
Cécile Fée ; Les maximes et pensées (1832)
Les vrais épanchements du cœur veulent non seulement l'amitié, mais la familiarité, et la familiarité ne vient que par l'habitude de vivre ensemble. Puisse un jour cette habitude si douce donner, entre nous, à l'amitié tous ses charmes !
Jean-Jacques Rousseau ; Lettre à Pierre-Alexandre Du Peyrou, le 12 avril 1765.
Il est des moments d'amitié qui ont la grâce de la rose sans épines.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 12 août 1862.
La véritable amitié est opulente, les avares ne connaissent point un si noble sentiment.
La marquise de Lambert ; Le traité de l'amitié (1732)
Il n'y a que ceux qui ont joui du doux plaisir de l'amitié qui sachent quel charme il y a à passer les journées ensemble. Que les heures sont légères, qu'elles sont coulantes avec celui qu'on aime !
La marquise de Lambert ; Le traité de l'amitié (1732)
Nous jouissons dans l'amitié de ce que l'amour a de plus doux, du plaisir de la confiance, du charme d'exposer son âme à son ami, de lire dans son cœur, de le voir à découvert, de montrer ses propres faiblesses, car dans la véritable amitié, il faut penser tout haut devant son ami.
La marquise de Lambert ; Le traité de l'amitié (1732)
L'amitié s'enrichit des pertes de l'amour, elle en devient plus tendre et plus vive.
La marquise de Lambert ; Le traité de l'amitié (1732)
L'amitié est de tous les biens le plus désirable, sans elle, la vie n'a aucun charme.
La marquise de Lambert ; Le traité de l'amitié (1732)
Plus on avance dans la vie, et plus on sent le besoin que l'on a de l'amitié. À mesure que la raison se perfectionne, que l'esprit augmente en délicatesse, et que le cœur s'épure, plus le sentiment de l'amitié devient nécessaire.
La marquise de Lambert ; Le traité de l'amitié (1732)
L'amitié la plus vraie entre âmes nobles est celle qui a pour nœud le lien respectable des bienfaits et de la reconnaissance.
François-Rodolphe Weiss ; Les principes philosophiques et moraux (1785)
L'amitié est le plus doux assaisonnement de tous les biens.
Francis Bacon ; Les essais (1625)
L'amitié qui nous cache nos défauts nous sert moins que la haine qui nous les reproche.
Francis Bacon ; Les essais (1625)
L'amitié ne peut subsister sans l'estime.
Mademoiselle de Sommery ; Les doutes sur différentes opinions reçues (1782)
La vraie amitié se mesure encore moins aux joies qu'elle nous donne qu'aux chagrins qu'elle nous évite.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
L'amitié de certaines personnes ressemble à un costume de théâtre dont toute la valeur est dans les formes.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Les amitiés se mesurent au vide qu'elles comblent ou au vide qu'elles laissent après elles.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Ce qui rend si rare la véritable amitié, c'est qu'elle exige des rapports de goûts, mais encore une certaine égalité dans l'esprit comme dans le rang, et surtout quelque force dans le caractère.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les réflexions sur l'amitié (1808)
Dans l'amitié, gardez à jamais la noble candeur des belles âmes. On peut laisser penser aux indifférents ce qu'ils veulent, mais c'est un crime de souffrir qu'un ami nous fasse un mérite de ce que nous n'avons pas fait pour lui.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)
L'amitié adoucit toutes les douleurs, et redouble tous les plaisirs.
Madeleine de Scudéry ; Les choix de pensées, De l'amitié (1766)
La parfaite amitié, c'est ce sentiment pur et sacré, ce fruit si rare et tant désiré.
Antoine de Rivarol ; L'esprit de Rivarol (1808)
L'amitié est une estime mutuelle, l'accord parfait de deux sensibilités.
André Maurois ; Les œuvres complètes (1952)
L'amitié est plus tolérante que l'amour, mais elle aussi a son honneur qui ne peut être impunément blessé, et vilipendé ; l'amitié exige qu'on pense d'elle avec noblesse, et ne condescend pas à demander le respect de sa dignité.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 31 mars 1880.
L'amitié est une chose sacrée, elle mérite nos plus tendres reconnaissances.
William de Britaine ; La prudence humaine (1689)
Le charme de l'amitié, c'est qu'on reste libre de part et d'autre, et qu'on ne se recherche que dans la mesure de l'attrait mutuel.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 16 juillet 1879.
Quand tu auras accordé ton amitié, graves-en les devoirs à jamais en ton cœur.
Silvio Pellico ; Des devoirs des hommes (1834)
L'amitié s'attache aux qualités de cœur de l'être aimé, sans se faire illusion sur ses lacunes.
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1821-1881)
Je n'offre et n'accepte que l'amitié qui souffre le partage, et qui n'exclut pas une amitié parallèle.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 19 octobre 1879.
L'amitié peut être un fort beau sentiment, mais c'est encore de une ces beautés idéales dont l'existence est beaucoup moins connue que le nom.
Hypolite de Livry ; Les pensées et réflexions (1808)
L'amitié ne meurt jamais dans un bon cœur.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
L'amitié est une rose, qui jamais ne se fane et toujours nous embaume, et ou notre cœur se repose.
Maxalexis ; À toi mon ami pour la vie (1992)
L'amitié est un arbre sans fruit sans la réciprocité.
Simon de Bignicourt ; Les pensées et réflexions philosophiques (1755)
L'amitié est un souverain accord de deux ou trois âmes, jamais plus, qui ont trouvé l'une dans l'autre la plus grande disposition à se comprendre mutuellement, à s'être utiles, à s'interpréter noblement.
Silvio Pellico ; Des devoirs des hommes (1834)
L'amitié, de toutes les liaisons, il n'y en a pas de plus noble, il n'y en a pas de plus sûre que celle des gens unis par une conformité de goûts, par les chaînes de la familiarité.
Silvio Pellico ; Des devoirs des hommes (1834)
Le sentiment le plus parfait, le plus doux à l'âme, dans sa plénitude tranquille, c'est l'amitié qui succède à l'amour entre un homme et une femme qui n'ont à rougir ni de s'être aimés passionnément, ni d'avoir cessé de s'aimer avec l'ardeur première de la jeunesse.
Marie d'Agoult ; Les esquisses morales (1849)
Me promenant, par une belle journée d'octobre, dans les jardins de mon enfance, soudain je fus frappé de la beauté merveilleuse d'un grand nombre d'arbres verts que je n'avais point aperçus durant l'été, cachés qu'ils étaient par l'épais feuillage des massifs, alors dans tout l'éclat de la végétation, maintenant dépouillés. Humble et patiente amitié, pensai-je, c'est ainsi qu'on t'oublie aux heures splendides de la jeunesse et de l'amour ; c'est ainsi que tu apparais, douce et consolatrice, vers le soir de la vie, quand la passion est morte et l'existence dénudée.
Marie d'Agoult ; Les esquisses morales (1849)
L'amitié est le baume de la vie.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Les épanchements de l'amitié se retiennent devant un témoin, quel qu'il soit. Il y a mille secrets que trois amis doivent savoir, et qu'ils ne peuvent se dire que deux à deux.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou la nouvelle Héloïse (1761)