Les citations célèbres sur la joie (2)

Les citations, pensées et mots de célébrités :

Faut-il qu'il m'en souvienne, la joie venait toujours après la peine.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Le pont Mirabeau (1913)
Faire rire les gens, ça leur fait oublier qu'ils sont méchants. Quand on rit, on est dans un état de joie, d'extase, on oublie les défauts.
Henri Salvador ; La joie de vivre (2011)
Un cœur ne se trouve qu'en se donnant : être aimé, c'est sa joie ; aimer, c'est sa vie.
Adolphe Monod ; La femme, Donne-moi ton cœur (1948)
La joie est la plus grande babillarde du monde.
Jacques Amyot ; Le bréviaire (1580)
À défaut du vrai bonheur, nous appelons bonheurs nos joies éphémères.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
Les heureux de ce monde sont les hommes qui ont quelques joies pour compenser leurs peines.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
Le désir est une joie anticipée.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
Les joies de ma vie sont venues à moi comme des oiseaux du ciel, je leur ai fait accueil au passage ; mais j'ai trouvé naturels leur inconstance et leur départ. Conquérir et m'approprier n'est pas dans ma nature. Ce qui m'a été donné puis ôté était une faveur gratuite, je ne m'y suis senti aucun droit.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 24 juillet 1873.
La vie est faite de plaisir et de peine, de joie et de douleur, et la plus heureuse est celle où l'alternative n'est point rompue par une trop longue permanence des mêmes émotions ; nul ne pourrait demeurer tout le jour assis à un banquet, et nul n'a de pleurs une source intarissable.
Louis-Auguste Martin ; L'esprit moral du XIXe siècle (1855)
La joie qu'un homme éprouve en faisant du bien s'accroît de l'estime et de l'amour des autres.
Louis-Auguste Martin ; L'esprit moral du XIXe siècle (1855)
La communauté de joie et de douleur entre deux personnes provoque ces doux épanchements où elles confondent leurs deux âmes en une seule.
Louis-Auguste Martin ; L'esprit moral du XIXe siècle (1855)
Les filles de joie ne sont pas uniquement faites pour ne consoler que les hommes de peine.
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
Comme la joie est vite fatigante ! Pour rien au monde je ne voudrais être trop heureux. La joie fait au cœur l'effet d'une glace qui brûle.
Jules Renard ; Le journal du 15 août 1898.
La joie de faire du bien est plus douce que celle de le recevoir.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Rien n'est durable dans la vie : la douleur et la joie se succèdent, mais hélas ! surtout la joie est passagère.
Sénèque ; Thyeste - Ier siècle.
Le bonheur qui fait trop de bruit importune les malheureux, il faut savoir mettre des sourdines à ses joies.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
La femme est encore plus indispensable à l'homme dans ses douleurs que dans ses joies.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Les grosses joies procèdent de la fureur, elles épouvantent.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Si nous retranchions de nos joies l'excès qui les attriste, il nous en resterait assez pour appeler le sourire sur les lèvres de tous les malheureux.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
La joie semble si peu naturelle qu'on est toujours disposé à suspecter d'ivresse un homme trop joyeux.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Il n'y a réellement que la douleur qui soit à nous, tout le reste, y compris nos joies, est à autrui.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Dans les sentiers de la joie, tous ne peuvent se baisser pour cueillir une fleur.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
La joie est souvent mère de quantité de folies.
Abbé Antoine Prévost ; Histoire du chevalier Grandisson (1755)
Il est dur de voir bouillonner partout la vie excepté dans ses veines, et voir revenir partout la sève, la joie, l'espérance, excepté dans son cœur.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 31 mars 1879.
S'instruire par les baisers, c'est marier l'étude et la joie.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 février 1886.
Qui sème dans les larmes recueille dans la joie.
Abbé Roubaud ; Les nouveaux synonymes français (1786)
La joie s'envole et le souci la remplace avec le désenchantement.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 26 janvier 1853.
On attendrit autant de cœurs par la joie que par les larmes.
Madeleine de Scudéry ; Les choix de pensées, De l'amour (1766)
À défaut d'être heureux, donner un peu de joie aux autres, c'est là tout mon horizon.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 17 juin 1872.
Analysez la joie du monde, et vous verrez que le plus souvent ce n'est que celle du joueur à qui la chance sourit un instant.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)
La joie de faire le bien est plus douce et plus touchante que la joie de le recevoir.
Jean-Baptiste Massillon ; Les maximes et pensées (1742)
Il y a toujours une douleur cachée au fond de chaque joie mauvaise.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)
L'espérance est une espèce de joie qui, semblable à l'or en feuilles, se développe et s'étend sur tous les moments de la vie.
Francis Bacon ; Les essais (1625)
Dans la joie et dans la douleur, le cœur comme un vase, a sa mesure ; une fois plein, une feuille de rose ou une goutte d'absinthe le feront déborder.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
La vraie amitié se mesure encore moins aux joies qu'elle nous donne qu'aux chagrins qu'elle nous évite.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Il est des joies qui s'évanouissent comme un doux parfum et qui, comme certaines étoiles qui disparaissent dans la nuit, laissent après elles une longue trace lumineuse.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Celui qui se refuse des joies se rattrape sur des satisfactions.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Les joies vives, comme les liqueurs fortes, donnent l'ivresse, mais font trouver insipide tout ce qui n'est plus elles.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
La vie est comme l'herbe des champs, et la joie comme la fleur de l'herbe.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 14 avril 1877.
Si un malheur amène toujours son frère, la joie amène rarement sa sœur.
Maxalexis ; Les jours se suivent et se ressemblent (2015)