Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations sur sourires

Ce dictionnaire contient 104 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le mot sourire. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur sourire issus des quatre coins du monde :

Quand je chante mes larmes deviennent une rosée sur la rose de mon sourire.
Rina Lasnier ; Le sommeil de Rachel (1947)
Sourire, c'est parfois montrer que l'on n'est pas si sérieux qu'il semble, c'est atténuer les reproches, assurer une communion spirituelle que l'homme trop sérieux ne connaît pas. Sourire, c'est parfois détourner autrui du monde compact des intérêts pour l'appeler à une communion dans le non-sérieux.
Robert Escarpit ; L'humour (1960)
Laisse-moi boire ton sourire comme la rosée d'une fleur. Je t'aime.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
Le premier sourire de l'enfant, c'est l'aurore d'une âme.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Deux choses ont facilement raison de notre pessimisme : le sourire d'un ciel de printemps et un rayon d'amour dans le cœur.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Il y a, dans la femme heureuse, quelque chose de plus étincelant que les diamants : c'est le sourire.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
La gaieté et l'esprit sont choses différentes. On peut avoir de l'esprit sans être gai et de la gaieté sans être spirituel. L'un est le sourire de l'intelligence, l'autre est le sourire de l'âme.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Sachons sourire ; sourire à la vie, sourire à notre prochain, sourire à nos devoirs, sourire même à nos peines.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
J'aime la beauté, mais je préfère encore un fin sourire, un noble regard, une expression sympathique.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Sourire est notre dernière politesse, la suprême coquetterie, l'ultime parure de nos visages.
Marcel Jouhandeau ; Écrits secrets (posthume, 1988)
On peut encore sourire quand on est malheureux : on sourit pour les autres.
Diane de Beausacq ; Les pensées et maximes de la vie (1883)
Donne-moi un de tes plus beaux sourires, un de ces sourires qui valent un soleil.
Victor Cherbuliez ; Une gageure (1890)
Il n'est rien de plus beau que de faire éclore sur les lèvres d'un malheureux la fleur divine du sourire.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
La chance m'a souri de temps en temps, mais ses sourires ont été fugitifs.
Jean Dutourd ; Le fond et la forme (1958)
Le joli sourire d'une fillette mûrit trop vite.
Émile Zola ; Une campagne (1880)
Un sourire du cœur se répercute toujours sur les lèvres : rarement un sourire des lèvres se répercute dans le cœur.
Louis Dumur ; Les petits aphorismes sur l'hypocrisie (1892)
L'amour, il naît dans un sourire, et se noie dans une larme.
Alexandre Dumas, fils ; L'ami des femmes, le 5 mars 1864.
Il y a de ces sourires qui entravent une discussion comme ces haies légères et verdoyantes qui voilent un précipice.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)
Il y a des gens qui font en souriant les plus grandes choses, comme d'autres en pleurant les plus petites.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Les doux sourires coûtent peu quand on a de belles dents.
Alfred de Musset ; Les deux maîtresses (1840)
Les bonnes filles qui croient qu'on retient un homme en étant gentille, en fermant les yeux sur ses frasques, en ayant toujours le sourire, sont plaquées au bout de six mois.
Jean Dutourd ; De la France considérée comme une maladie (1982)
Une bouche de corail, sur laquelle se jouent le plus charmant sourire et des nichées d'Amours, attire le baiser.
Honoré de Balzac ; Clotilde de Lusignan (1822)
De sourire en sourire, de silence en silence, nous allons l'un vers l'autre.
Jacques Salomé ; Bonjour tendresse (1992)
La vie est une marâtre ; combien de sourires avez-vous vu passer sur ses lèvres d’airain !
Victor Cherbuliez ; Le comte Kostia (1863)
Il y a un sourire de l'homme qui a pris depuis longtemps le parti de faire beaucoup de bien et beaucoup d'ingrats.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Une bouche souriante et fraîche aux dents de perle appelle l'abeille de l'amour.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 9 juillet 1851.
Il y a des sourires qui ne sont que mensonge, art ou science, mais perfection dans la dissimulation.
Stefan Zweig ; Amok ou Le fou de Malaisie (1922)
Quand tu donnes, donne avec joie et en souriant.
Joseph Joubert ; Les carnets et textes recueillis (1938)
Il est des sourires qui semblent être retenus au coin des lèvres par des coutures.
Jean Giraudoux ; L'école des indifférents (1922)
On n'apprend le sourire à personne, et il porte en soi un sens clair à tous.
Sully Prudhomme ; Journal intime, le 6 février 1864.
Pour ceux dont l'esprit est occupé de choses d'importance, sourire est du temps perdu.
René Barjavel ; Ravage (1943)
Ton sourire est pur comme le ciel, et j'y ai vu un infini d'amour.
Rémy de Gourmont ; Les pensées inédites (1920)
Ton sourire est si doux que je ne m'en fatiguerais jamais. Que j'aime ton sourire !
Rémy de Gourmont ; Un cœur virginal (1907)
Un sourire ne dure qu'un instant, mais son souvenir est parfois éternel.
Raoul Follereau ; Le livre d'amour, Le sourire (1920)
Un sourire de presque rien peut être le signal du bonheur.
Philippe Besson ; L'arrière-saison (2002)
On peut tout dire en souriant.
Paul Léautaud ; Le journal littéraire (1968)
Il a dû apprendre à sourire chez le dentiste, ça ne lui vient pas spontanément.
Pascal Garnier ; La théorie du panda (2008)
Je souris à tous, je suis habité par l'Ange du Bien en personne.
Pascal Bruckner ; Un bon fils (2014)
Une mère accueille nos premiers regards de son doux sourire, et, attentive à tous nos mouvements, y répond par des mots caressants qui nous initient peu à peu à la vie morale.
Silvio Pellico ; Des devoirs des hommes (1834)
Le sourire d'une femme aimée que l'on a attendue, qui se présente enfin à vous, avec laquelle on va retrouver des plaisirs un peu oubliés et cependant très distincts dans l'esprit, c'est une merveille, c'est une des joies les plus profondes qu'un homme puisse goûter sur la terre.
Jean Dutourd ; Les horreurs de l'amour (1963)