Les citations célèbres sur le coeur (2)

Les citations, pensées et mots de célébrités :

L'élan du cœur n'a rien de commun avec l'élan du Grand Nord.
Pierre Dac ; Les pensées (1972)
Chez certaines personnes, l'imagination a du cœur.
Honoré de Balzac ; Les maximes et pensées (1856)
Pour étendre son horizon le cœur le plus froid n'a besoin que d'une habile attitude. Pour agrandir une perspective à l'infini, il suffit de deux glaces placées en face l'une de l'autre.
Paul Masson ; Les pensées d'un Yoghi (1896)
Il arrive que des personnes dont on ne convoitera jamais le cœur le tiennent comprimé, comme si elles redoutaient un larcin.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)
Ne ferme pas ton cœur aux créatures imparfaites ; tu risquerais alors de le fermer à tous, et aussi à toi-même.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)
Dans la montée de l'être moral, c'est le cœur qui le délivre du poids des bagages.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)
Le cœur de l'homme ?... Une étincelle du cœur de Dieu participant de son éternité.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)
Flamme au cœur et frimas aux tempes vont rarement bien ensemble.
Louis-Philippe Robidoux ; Les feuilles volantes (1949)
Il y a beaucoup d'hommes dont le cœur est puissamment ému par la seule apparence de la souffrance chez une femme : pour eux la douleur semble être une promesse de constance et d'amour.
Honoré de Balzac ; La femme de trente ans (1834)
En amour, tout cœur doit être son propre interprète, tout regard doit parler pour lui-même, et ne se fier à aucun agent : car la beauté est une sorcière sous les charmes de laquelle la bonne foi se fond en convoitise.
William Shakespeare ; Beaucoup de bruit pour rien (1600)
C'est un excellent moyen de gagner le cœur et volonté d'autrui, de s'y aller soumettre et fier, pourvu que ce soit librement et sans contrainte d'aucune nécessité, et que ce soit en condition qu'on y porte une fiance pure et nette, le front au moins déchargé de tout scrupule.
Michel de Montaigne ; Les essais (1580)
Le mariage, tel que le catholicisme l'institue, n'est pas autre chose qu'une couture au cœur humain, proprement faite.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)
L'âme, le cœur et l'esprit, c'est la trinité qui est dans l'unité de l'homme comme dans l'unité de Dieu.
Victor Hugo ; Philosophie prose (1835-1840)
Quand la vertu succombe aux griffes du malheur, il doit gémir, le cœur qui fut toujours tenu pour généreux.
Euripide ; Alkestis - Ve s. av. J.-C.
Il faudrait faire pour le cœur ce que Descartes a fait pour l'esprit : table rase, puis, une construction originale.
Jules Renard ; Le journal du 5 mai 1901.
Le cœur d'une femme est un noyau de pêche. On la mord à pleine bouche, et, tout à coup, on se casse les dents.
Jules Renard ; Le journal du 20 mai 1898.
Les hommes forts qui aiment ont tant d'enfance dans l'âme, leur cœur bat à cent à l'heure.
Honoré de Balzac ; Les maximes et pensées (1856)
Le cœur de ceux que le malheur n'a point aigris est plein d'affection pour l'affection.
Honoré de Balzac ; Les maximes et pensées (1856)
Le cœur a sa propre mémoire. Telle femme incapable de se rappeler les événements les plus graves, se souviendra pendant toute sa vie des choses qui importent à ses sentiments.
Honoré de Balzac ; Les maximes et pensées (1856)
Le cœur est trompeur, et désespérément malin par-dessus toute chose : qui peut le connaître ?
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1821-1881)
Ce qu'un homme tient renfermé dans son cœur ne peut être découvert.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Il est toujours chanceux de compter sur les métamorphoses du cœur, et sur les conversions.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 15 mars 1855.
Un cœur humain est plus touché du mal d'autrui que du sien propre.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Les gens d'esprit et de cœur se font leur fortune eux-mêmes.
Tite-Live ; Les maximes et sentences - Ier s. ap. J.-C.
L'égoïste a tout autant de cœur qu'un autre, mais il n'en a que pour lui.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Le cœur, tour à tour brulant ou glacé, a ses pôles comme la terre.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Plus on fait de parts de son cœur, plus il en reste.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Le cœur est parfois sourd, muet et aveugle comme le corps.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Le cœur frappé du feu de l'enthousiasme devient étranger à tout sentiment terrestre ; il ressemble à ces lieux consacrés par la foudre, où les anciens ne voulaient plus ni marcher ni bâtir.
Jean-Paul Richter ; Les pensées et réflexions (1829)
L'homme lit à peine dans son cœur, il épelle à peine dans le cœur ses autres.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)
Si l'on veut connaître le cœur d'un homme, il faut connaître ses environs.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)
Quand on ne peut dire tout ce qu'on a sur le cœur, on ne dit plus ce qu'on a dedans.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 13 décembre 1852.
Un bon cœur a besoin de croire et d'aimer.
Cécile Fée ; Les maximes et pensées (1832)
Un cœur qui nous entoure de sa sollicitude vaut à lui seul un soleil.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 26 décembre 1875.
Il n'y a pas de cœur à qui la nature n'ait destiné un autre cœur.
Bernard Fontenelle ; Les pensées et réflexions (1757)
Un bon cœur est aimé de tous, hormis des gens qui n'ont point de cœur.
Félicité Robert de Lamennais ; Les pensées diverses (1854)
Hélas ! dans la vie, lorsque le cœur se demande : M'aime-t-il, ou m'aime-t-elle ? C'est le plus souvent le hasard qui, comme la marguerite, se charge de répondre : un peu, beaucoup ou pas du tout !
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Dans les naufrages du cœur, comme dans les naufrages de l'océan, le moindre mot d'espoir devient une planche de salut à laquelle en cherche à se cramponner.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Le cœur d'une femme légère est, comme une chambre garnie, toujours prêt à recevoir un locataire.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
La vraie noblesse est celle du cœur et de l'esprit.
Samuel Ferdinand-Lop ; Nouvelles, pensées et maximes (1969)