Les citations célèbres sur la politesse (2)

Les citations, pensées et mots de célébrités :

La politesse ne donne pas les vertus, mais elle les rend agréables et sociales.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
La véritable politesse consiste à paraître persuadé que les autres sont tels qu'ils se montrent à nos yeux.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Nous pardonnerions volontiers à une femme de ne pas nous aimer, si elle nous faisait la politesse de n'en pas aimer d'autres.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
La politesse est une question de temps et de lieu : Nous saluons dans un chemin de traverse telle personne que nous n'oserions pas saluer sur la grande route.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
La politesse cache bien souvent les vices comme la parure masque les rides.
Francis Bacon ; Les essais (1625)
Il est une bonté si légère qu'elle flotte à la surface de toute chose, on la nomme politesse.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Les politesses des gens civilisés sont tellement entachées de lâchetés, qu'il est bien difficile de se montrer poli sans cesser d'être brave.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
L'homme sans éducation prend toujours la politesse pour de la peur.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Qui veut observer les règles de la politesse est tenu à faire plus de mensonges qu'un autre.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
Le plus malheureux effet de la politesse d'usage est d'enseigner l'art de se passer des vertus qu'elle imite.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)
La politesse est aux hommes médiocres ce que le succès est aux petits talents.
Simon de Bignicourt ; Les pensées et réflexions philosophiques (1755)
La politesse est une imitation de l'honnêteté, et qui présente l'homme au-dehors, tel qu'il devrait être au-dedans : elle se montre en tout, dans l'air, dans le langage et dans les actions.
La marquise de Lambert ; La femme ermite (1735)
L'homme modeste ne prouve jamais mieux sa modestie que par une politesse accompagnée de réserves.
Simon de Bignicourt ; Les pensées et réflexions philosophiques (1755)
À défaut de la bienveillance, il a bien fallu inventer la politesse.
Cécile Fée ; Les maximes et pensées (1832)
En fait de politesse, le cœur en sait la plus grande partie, l'usage du monde enseigne le reste.
Cécile Fée ; Les maximes et pensées (1832)
Une extrême politesse et une extrême hauteur tiennent également les gens à distance.
Cécile Fée ; Les maximes et pensées (1832)
Cinquante politesses ne peuvent tenir lieu d'une seule marque d'estime. Au contraire, elles semblent des assignats, de la fausse monnaie, et dans ce cas, elles indisposent comme un artifice plutôt qu'elles ne font plaisir comme une gracieuseté.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 18 novembre 1870.
Oppose la douceur à la violence, la politesse à la grossièreté, et le raisonnement à l'injure.
François-Rodolphe Weiss ; Les principes philosophiques et moraux (1785)
Les personnes de mérite ont une politesse qui leur est particulière ; leur but est moins d'être applaudi que de faire naître chez les autres des impressions agréables, c'est une espèce de bonté qui s'exerce en petites choses, et qui invente des attentions d'une délicatesse que tout l'esprit et l'usage du monde essaieraient vainement d'imiter.
François-Rodolphe Weiss ; Les principes philosophiques et moraux (1785)
La politesse coûte peu, mais elle rend beaucoup.
La marquise de Lambert ; L'avis d'une mère à sa fille (1728)
Avec une politesse fine et délicate, on vous passe bien des défauts.
La marquise de Lambert ; L'avis d'une mère à sa fille (1728)
Un des hommes parmi les plus mal élevés est celui qui ne sait pas allier la politesse à la discussion.
Goswin de Stassart ; Les pensées et maximes (1780-1854)
La politesse est le vêtement de l'esprit, elle doit servir comme les habits de tous les jours.
Francis Bacon ; Les essais (1625)
En politesse, on veut être traité comme tout le monde ; mais en amour, comme personne.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Il en est de certains défis comme des visites de politesse que l'on fait lorsqu'on est sûr de ne trouver personne.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Il est des gens avec qui on reste en compagnie que par politesse.
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1821-1881)
La véritable politesse consiste à marquer de la bienveillance aux hommes, elle se montre sans peine quand on en a. C'est pour celui qui n'en a pas qu'on est forcé de réduire en art ses apparences. Qu'on nous inspire dans l'éducation l'humanité et la bienfaisance, nous aurons de la politesse ou nous n'en aurons pas besoin.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)
Il y a dans la politesse charme et profit.
Euripide ; Hippolyte couronné - Ve s. av. J.-C.
La politesse aplanit les rides.
Joseph Joubert ; Des différents âges de la vie, XLVI (1866)
La politesse est une grande force, la forme viable de l'insolence, un art dont se servent les sots.
Marcel Jouhandeau ; Monsieur Godeau intime (1926)
La politesse cache très imparfaitement l'égoïsme général.
Honoré de Balzac ; Les mémoires de deux jeunes mariées (1841)
La politesse est la fille du savoir-vivre et de la bonne éducation.
La marquise de Lambert ; Les maximes et pensées diverses (1733)
Une politesse excessive est la monnaie des hommes sans mérite.
Simon de Bignicourt ; Les pensées et réflexions philosophiques (1755)
La véritable politesse consiste à paraître persuadé que les autres sont tels qu'ils se montrent.
Simon de Bignicourt ; Les pensées et réflexions philosophiques (1755)
La politesse ne répond aux paroles qui offensent que par le silence.
Marie-Jeanne Riccoboni ; Les pensées, réflexions et maximes (1792)
L'enfant voit de bonne heure que la politesse le rend agréable aux autres, et il se plie à ses singeries.
Denis Diderot ; Les maximes, réflexions et pensées (1784)
La politesse est bien souvent une vertu hypocrite, une flatteuse qui ne refuse son estime à personne.
Mirabeau ; Les pensées et maximes (1749-1791)
L'exacte politesse défend qu'on étale avec hauteur son esprit et ses talents.
La marquise de Lambert ; L'avis d'une mère à sa fille (1728)
La politesse est l'envie de plaire, la nature la donne, l'éducation et le monde l'augmentent.
La marquise de Lambert ; L'avis d'une mère à sa fille (1728)
La politesse est un des plus grands liens de la société, c'est elle qui contribue le plus à la paix.
La marquise de Lambert ; L'avis d'une mère à sa fille (1728)
La politesse, savoir dire Madame et Monsieur, n'écorche point la bouche.
Madame Necker ; Les mélanges et pensées (1798)
La politesse fait supporter dans la société une infinité de choses qui déplaisent.
Gabriel Girard ; Les synonymes français (1736)
La politesse est un oubli de soi-même qui inspire la bienveillance.
Emmanuel Kant ; Anthropologie (1798)
Avec de la politesse, de la prévenance et de la grâce, il est difficile de n'être pas gentil.
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1821-1881)
La politesse, quand elle est bien placée, est le plus bel ornement des paroles et des actions. Les moindres choses, guidées par elle, sont toujours accompagnées de grâce ; elle embellit le mérite même.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
La politesse est en quelque sorte plus importante que l'amitié. On peut absolument se passer d'ami, mais on ne peut se passer de société, et il n'y a point de société sans politesse. En captivant l'amour dos hommes, dont la paix, la concorde sont le fruit précieux, la politesse contribua à entretenir l'heureuse harmonie de la société.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
La politesse superficielle se termine presque toujours à des compliments et à des grimaces.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Il arrive trop souvent que la politesse est avilie et corrompue par les artifices de la basse flatterie ou du vil intérêt ; la politesse de bien des personnes n'est souvent qu'un jargon fade, plein d'expressions exagérées, aussi vide de sens que de sentiment.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
La politesse qui n'est que politique prouve déjà une délicatesse dans la ruse.
Robert Mallet ; Apostille ou l'amour et le futile (1972)
La politesse est la beauté de la vertu.
Emmanuel Kant ; L'essai sur les maladies de l'esprit (1764)
Il est bien corrompu le peuple chez qui la politesse est la première loi !
Malesherbes ; Les pensées et maximes (1721-1794)
Ne vous bornez pas à cette politesse mondaine qui n'a de vues et n'emploie de moyens que pour flatter sa vanité et celle des autres, se faire une réputation d'homme poli, de galant homme, et se distinguer par-là de la foule et du vulgaire. On cherche, par des dehors aimables et polis, à se frayer un chemin à l'amitié et à la considération du beau monde, à s'insinuer dans l'estime et peut-être dans le cœur des dames, qui sont aisément éprises de l'extérieur et du brillant. On en fait un art, on s'en fait un point capital ; et comme si les belles manières, qui ne sont qu'un accessoire au mérite, devaient tenir lieu de tout mérite, on s'en occupe plus que de perfectionner les qualités du cœur, et de bien s'acquitter des devoirs de son état.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
La politesse est comme l'eau courante, qui rend unis et lisses les plus durs cailloux.
Jean-Jacques de Lingrée ; Les réflexions, pensées et maximes (1814)
La politesse est le meilleur bâton de longueur qu'il y ait entre soi et les sots.
Jules Barbey d'Aurevilly ; Disjecta membra, Cahier de notes (1808-1889)
La politesse, ainsi que toutes les choses exquises, n'est pas commune, mais elle est nécessaire : unie à un bon caractère et quelque usage du monde, elle suffit pour acquérir cette honnêteté de manières qui fait considérer et rechercher.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Il n'est point de signe extérieur de politesse qui ne tire son origine des mœurs ; la meilleure éducation, sous ce rapport, serait donc celle qui enseignerait en même temps et les signes et leur origine.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les affinités électives (1809)
La politesse est aux hommes médiocres ce que l'intérêt est aux ambitieux.
Simon de Bignicourt ; Les pensées et réflexions philosophiques (1755)

Autres dictionnaires à consulter :